La Passe-Miroir de Christelle Dabos

La passe-miroir, les Fiancés de l’Hiver… Mais enfin, pourquoi Diable vois-je passer ce livre dans mon fil Instagram ces derniers mois ?! Visiblement un incontournable ? Et bien oui ! Voilà une saga dans laquelle je me suis embarquée en dévorant les trois tomes avec une voracité sans nom. Une réussite !

La passe-miroir de Christelle Dabos : une nouvelle saga incontournable

Franchement, j’étais dubitative à l’idée de plonger dans une nouvelle saga jeunesse et puis l’été aidant, avec son envie de lire des livres légers sans prise de tête, j’ai acheté le premier tome : les Fiancés de l’Hiver. Bien m’en a pris, puisque je n’ai pas décroché avant la dernière page du troisième et avant-dernier tome.

Les Fiancés de l’Hiver, Les Disparus du Clairedelune et La Mémoire de Babel : je suis accro

Le synopsis : Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

En un mot comme en cent : j’ai adoré ! Ce premier tome a remporté, pour information, la première édition du concours du premier roman jeunesse organisé par Gallimard Jeunesse, RTL et Télérama au printemps 2012 : de quoi attirer l’attention.

Cette trilogie, bientôt complétée par l’ultime tome en novembre prochain (j’ai hâte), fourmille littéralement d’idées ingénieuses, de détails, de références à des sagas précédentes (coucou Harry Potter par exemple, mais pas que). C’est un vrai jeu de piste littéraire où s’entrecroisent avec brio les portraits des principaux caractères (secondaires aussi) et des décors oniriques. On s’imagine sans peine dans l’arche d’Anima ou celui du Pôle, à la rencontre d’Eugénie, de Thorn ou des esprits de Famille.

Concrètement, ces romans sont bien pensés et rédigés, parfois peut-être un peu trop bouillonnants, mais terriblement addictifs. Les fanarts d’Ophélie et de Thorn font florès et c’est avec plaisir que l’on peut mettre un visage sur les personnages. Je suis ravie d’avoir suivi comme un gentil mouton l’avis général, je n’ai pas été déçue une seule seconde et vous recommande fortement d’en faire autant !

Sans doute l’un de mes fanarts favoris – ©Patricia Lyfoung
Écrit par
More from Florence

Ce que je me souhaite en 2018…

Non, je n’ai pas bu, je sais bien que les bonnes résolutions...
Lire la suite

11 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.