Tatoue-moi sur tes…

Le tatouage. Pas l’éphémère. Le vrai, celui qui marque la peau à vie, qui irrite quand on vous le fait, qui vous suivra partout, dans toutes les situations. Un tatouage, une étape qui marque. Pas une mode sans intérêt que l’on enlèvera via force laser et argent.

tatouage

Les tatouages. Cela fait presque dix ans que ça me trottinait dans ma petite tête. J’y vais, je n’y vais pas. J’ai peur. Mais non, je n’ai pas peur. Et puis je fais quoi ? Où ? Dans quelle boutique ? Que de questions auxquelles il faut bien réfléchir sous peine de regrets éternels.

Et puis un jour, je saute le pas. Un hérisson. Qui s’y frotte s’y pique. Avant, j’ai longtemps cherché le tatoueur qui aura l’honneur de faire son œuvre sur ma peau. Des plus connus au bouche à oreille, des moins aimables au coup de cœur. Un tatouage, c’est une affaire d’exclusivité, pas de consommation de masse. Il se doit d’être unique, pas d’être retrouvé en quatre exemplaires sur Google Images.

Le jour J. Je passe et repasse devant la boutique, puis je finis par entrer. Pas trop peur ?. Heu, hem, pfff, moi ? Si ! Bon alors on fait un test. Ok. Zzzz, crrr… C’est tout ?! Bah oui!. Allons-y gaiement alors ! Je suis prévenue, quand on commence, on ne s’arrête plus. Il ne faut pas exagérer quand même! Cinq tatouages plus tard, je me dis qu’elle avait peut-être raison.

Et oui parce que récemment, après une pause de deux ans, je me suis fait un petit plaisir. Un cinquième tatouage. Moche. Dieu qu’il est moche. Mais c’est normal voyons ! Gorgé de sang, les couleurs ne seront vraiment fixées que dans un mois. Il faut de la patience et de l’imagination.

body_art

D’où me vient cette idée saugrenue de me faire tatouer ?

Je ne sais pas. Pourtant, ceux qui me connaissent vous diront que je ne suis pas une sauvage, loin de là. D’ailleurs, a-t-on vraiment « besoin » d’être en marge de quelque chose pour se faire tatouer ? Je ne crois pas. En fait, j’en suis certaine. Pas besoin d’être en colère contre la société, fan absolu de Johnny ou je ne sais quel cliché pour se faire tatouer. A contrario, il ne faut pas non plus avoir l’esprit trop frivole, qui se lasse vite des choses. Un tatouage, encore une fois, c’est à vie. Marquer un événement, un changement. Pour moi, c’était un besoin. Comme des étapes franchies une à une.

Un hérisson, une orchidée, une clé de sol et une phrase personnelle plus tard, je ne savais que choisir. Et puis j’ai trouvé. Cela me correspond plutôt bien. A voir quand il sera enfin cicatrisé. Pour le moment, c’est un « secret ».

Par contre, une nouvelle difficulté fait, du coup, son apparition : le travail. Il y a les patrons et collègues qui s’en fichent comme de leur premier biberon, et puis ceux qui me regardent avec un air bizarre. Croisons les doigts pour que je tombe sur les plus indulgents.

En résumé, le tatouage, ce n’est pas une mode, un accessoire de peau qui se remplace en un claquement de doigts. C’est un cheminement de pensée, une forte envie réfléchie avec ses « pour » et ses « contre ». Une fois tout cela bien posé, il ne vous reste plus qu’à sauter le pas. Et non, ça ne fait pas « mal ». C’est désagréable tout au plus.

Alors, le vôtre, c’est pour quand ?

Tags from the story
, ,
Écrit par
More from Florence

32 ans et presque toutes mes dents !

Et voilà, depuis jeudi, une année de plus au compteur ! Je...
Lire la suite

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.