Le tatouage, cette mode qui ne doit pas en être une

Non mais on va arrêter tout de suite les conneries : le tatouage n’est pas une mode, bordayl. Se faire tatouer est un acte à vie, indélébile, qui ne vous quittera pas, même après le passage du (coûteux et douloureux) laser chez le dermato.

tatouage-1038x576

66 Minutes, les histoires qui font l’actu, l’émission du soir où les clichés et situations mi drôles, mi pathétiques s’empilent comme des Légo.

Autrefois (soit-disant) réservé aux « machos » (???) et bikers, le tatouage se démocratise. Voilà un reportage qui commence fort, très fort. On enchaîne avec la jeunette de 17 ans qui veut se faire tatouer. Non, non et re-non, quand on voit l’endroit et la taille de l' »oeuvre » choisie. Par pitié, que font les tatoueurs censés être professionnels? Pourquoi ne pas lui conseiller : 1°) d’attendre encore un peu 2°) de réduire la taille de ce tatouage qui la marquera, encore une fois, à vie ?

Depuis quelques temps, je vois fleurir à la TV des reportages sur les tatouages. Outre que saymal de se faire tatouer, ces reportages arrivent toujours à choper on ne sait où des adolescentes pas du tout conseillées et informées sur l’importance de ce passage à l’acte.

Un tatouage, c’est un morceau de soi, de son histoire. Une trace sur son corps pour ne pas oublier un événement, une personne, pour se rappeler qui on est, qui on sera. Un tatouage n’est pas et ne sera jamais une mode « trop hype » pour entrer dans un moule. C’est personnel, intime, même s’il est exposé à la face du monde.

Pour ma part, j’en ai actuellement six. Oui, six. Et bientôt sept. Le dernier? Je ne sais pas.

J’ai 31 ans, je ne suis ni bikeuse, ni rebelle, ni hype ou tendance. Je suis plutôt du genre vraiment banal. Un jour, j’ai ressenti le besoin de me faire tatouer. J’ai attendu, encore et encore. J’ai eu peur, j’ai reculé, je suis passée et repassée devant la boutique et je suis finalement entrée, j’ai sauté le pas. Jamais je n’ai regretté.

Chacun de mes six tatouages, et le 7ème à venir, a une signification propre qui m’est personnelle. Parfois j’en parle et parfois non. Mais pas une fois, non, pas une seule fois je me suis faite tatouer pour être « in ». Je bous intérieurement à chaque fois que je vois ces reportages et ces personnes inconscientes qui ne savent pas ce qu’elles font.

Il y a tellement de choses à prendre en compte avant de sauter le pas :
Se faire tatouer le nom de son mec/de sa nana ? Fatale erreur. L’amour d’un moment ne sera peut-être pas l’amour d’une vie, même si l’on baigne dans un océan de pétales de roses emballés dans du papier de soie ;
Se faire tatouer sur un endroit visible (le cou, la main, le poignet…) = danger. Quel sera votre futur job? Votre patron(ne) sera-t-il aussi compréhensif que votre mère? Tomberez-vous sur des perles rares comme j’ai pu le faire ?
Êtes-vous prêt(e)s à « subir » le regard des autres ? Le mythe qui veut que le tatouage se démocratise n’est visiblement pas tout à fait vrai. Combien de fois suis-je dévisagée, observée à la loupe, scannée dès que mes tatouages aux poignets se dévoilent un peu trop ?
Envie d’une étoile, d’une fleur, d’un dauphin ou d’un tribal ? Très bien mais… et dans six mois ? Un an ? Dix ans ? Quand vous aurez la peau fripée par le poids des ans, assumerez-vous encore votre tatouage ?

Avez-vous économisé ?
Un tatouage, c’est bien joli, mais ça coûte cher. En N&B, en couleur, avec du dégradé ? Et la taille ? Chacun de ces points influera sur le montant de la facture finale ;

Avez-vous pris plusieurs avis ?
Vous voulez la star des stars Tin-Tin ? C’est bien joli, mais il est inaccessible. Si l’un de ses collègues/assistants ne vous prend pas de haut, microbe que vous êtes, alors vous aurez peut-être la chance d’être pris(e) en main par l’un de ses disciples. Un tatoueur, ça se choisit, se compare. Le facteur « humain » est essentiel
– Enfin, un point à ne pas négliger : l’hygiène.
Oubliez les tatoueurs « à domicile » pour privilégier les boutiques spécialisées, demandez à faire un tour, observez la ou les salles, vérifiez que les aiguilles sont bien à usage unique..

Cette liste n’est pas exhaustive bien entendu, mais si déjà vous y avez pensé, alors peut-être que vous prêt(e)s à vous lancer. Je le dis et le répète, un tatouage se pense, se digère, se tourne et retourne dans tous les sens avant de se graver sur notre peau.

Alors par pitié, pensez avant d’agir et la TV, c’est bien joli, mais jamais elle ne se mettra à votre place.

Et vous, que pensez-vous des tatouages ?

Écrit par
More from Florence

Je veux bien être patiente, mais il y a des limites!

Bichat, ah Bichat. Ma résidence secondaire. Ou mon cauchemar, c’est selon. Apprenti...
Lire la suite

30 Commentaires

  • je suis totalement d'accord avec toi!!
    pour ma part, j'en ai deux, qui me correspondent parfaitement mais qui ne sont pas là pour faire "branché". Le premier, une fleur à la cheville, a été dessiné par un de mes meilleurs amis ( les-corps-beaux.blogspot.com ), illustre ma passion pour les plantes et représente une de mes fleurs préférées. Le second est un peu plus visible mais fin, une écriture cyrillique au poignet signifiant le pouvoir des fleurs, toujours référence à ma passion et à la Russie que j'adore.
    ce qui me fait marrer moi, outre les tatouages étoiles que beaucoup de monde ont (alors qu'un tatouage devrait être une marque unique nous représentant), ce sont les gamines de 16ans qui se font des piercings à tout va pour "faire comme les copines", surtout au nombril… ce ne sont pas des actes banals mais comme tu dis, c'est la mode… et les pseudo-magasines comme 66min aident la démocratisation de tout ça!!

  • Moi aussi, j'ai été choquée par certains aspects de ce reportage. J'ai attendu l'âge de 28 ans pour faire mon 1er tatouage. j'y ai réfléchi pendant plus de 10 ans avant de me lancer. Je suis d'accord avec toi : le tatouage est personnel et surtout indélébile. ça ne se fait pas sur un coup de tête!

  • Oui… je pense qu'on peut dire que se faire tatouer fait trop mal pour que cela devienne une "mode" ! LOL Ainsi, j'y ai pensé moi-même, mais je n'ai jamais franchi le pas.

    Et c'est rigolo ; comme Lalie, j'ai une passion pour la Russie/le russe/etc. et j'avais comme une idée une lettre cyrillique calligraphiée… 🙂 Mais bon, les journalistes font leur beurre avec ce qu'ils peuvent. 😉

  • moi je t'avoue que les tatouages ne m'ont jamais attirée, je n'aime pas du tout le côté "indélébile"… j'aime bien trop le changement pour me tatouer !

  • Moi je suis d'accord sur le fait que le tatouage n'est pas une mode. C'est juste une façon de s'exprimer, cela dépend de chacun. Pour ma part, j'ai un tatouage derrière l'épaule, un petit papillon, que j'ai fait quand j'avais 18ans, chez un tatoueur à Lyon. Cela ne se voit que si je met un vêtement sans manche. C'est mieux ainsi ! 🙂

  • Je suis complètement d'accord sur la symbolique du tatouage.
    J'ai une amie qui s'est fait tatouée dans le cou un dessin abstrait qu'elle avait gribouillé un jour qu'elle s'ennuyait, ça m'a toujours paru étrange…
    j'ai aujourd'hui un seul tatouage mais j'y ai réfléchi pendant plus d'un an et il est dédié à mon père.
    Pour moi, le tatouage ce n'est pas un bijou ou un vêtement mais tout le monde n'a pas cette vision.

  • Je suis presque d'accord avec toi ;).

    "Se faire tatouer sur un endroit visible (le cou, la main, le poignet…) = danger".
    Pour ma part l'un de mes tatouages, ah non 2 en fait, sont sur mon bras, j'ai choisi cet emplacement parce que les tatouages choisi s'intégrer à merveille sur un bras. Si ça ne plaît pas à un employeur eh bien tant pis, on a qu'une vie et les tattoos sont tellement importants pour moi qu'il est hors de question que je regrette toute ma vie et me retienne de tatouer mon bras pour un boulot.

    -" Envie d'une étoile, d'une fleur, d'un dauphin ou d'un tribal? Très bien mais… et dans six mois? Un an? Dix ans? Quand vous aurez la peau fripée par le poids des ans, assumerez-vous encore votre tatouage?"

    Oui mais à ce moment la on ne fait aucun tatouage non ?
    Généralement un tatouage est réfléchi, répresentatif de notre vie ou d'un moment clé de celle ci, pourquoi le regrettez ?
    Ca s'intégre, fait parti à part entière de notre corps et notre histoire, je vois mal comment le regretter.

    Sinon cette mode du tatouage je suis pas d'accord, par pur égoisme je le reconnais, juste parce que je n'ai pas envie qu'on pense que j'ai fais mes tattoos pour être fashion.

    • Bonjour Haeelin.
      Justement, le regret est un point essentiel. Combien d'ados se sont faits ou vont se faire tatouer une étoile parce que Rihanna la fait par exemple? Mais dans 10 ans, seront-ils toujours fan de leurs étoiles faites par "amour" de leur idole? C'est pour ça qu'il me semble important voire essentiel de réfléchir à son motif avant de se lancer dans le grand bain.

  • Je suis tatouée, j'ai mis 10 ans à le réfléchir. Mon tatouage a aussi une signification bien particulière à mes yeux et tout comme toi je m'insurge régulièrement contre celles et ceux qui font cela par effet de mode.

    Encore le weekend dernier j'en parlait avec une amie en lui disant de bien réfléchir sur son tatouage et l'endroit où elle voulait le faire.

    Mon tatoueur m'a été conseillé par un ami et quand je suis arrivée tout était plus qu'hyper stérile.

    Je suis d'accord que NON le tatouage n'est pas une mode mais comme tu le dis si bien quelque chose de personnel. Je suis scandalisée quand je vois quelqu'un vouloir se faire un tatouage pour faire comme tout le monde ou comme le copain/la copine d'à côté.

    En tout cas ton article fait plaisir à lire.

    • Taratata, tous les com' sont intéressants!
      J'ai vu passer un reportage sur le sujet… Je suis vraiment sceptique. Je "comprends" ce "besoin" de ne pas oublier, mais ce tatouage est tellement lié à une souffrance! Même la grand-mère de l'un des jeunes était contre, c'est dire.

  • D'accord avec tout ce qui est écrit dans cet article!!!! J'ai moi-même deux tatouages à 22 ans, et aucun des deux n'a été fait à la légère, je ne regrette rien. Un des deux est sur un endroit un peu visible (le pied) mais pour l'instant j'ai eu plutôt de la chance avec mes employeurs. Sinon ce sera collants opaques à vie 🙂

  • totalement d’accord , mais un ado a 18 ans fait ce qu'il veut et si il veut un tatouage malheureusement rien ne l’empêchera d'en avoir un mais n'aura pas réfléchit aux risques au futur. Parce que dans tout sa faut penser aux boulots et que tout les employeurs ne sont pas large d'esprit pour un tatouage visible.
    Moi j'en ai deux, un entre les omoplates, la pas de soucis sa ce cache pour le boulot pas de soucis mais un autre sur l'avant bras droit, et au boulot en tenu avec des manches courtes sa ce voit. Le jour de l'entretien je l'ai cacher sous des manches, il n'y a aucun soucis depuis.
    je voudrait en faire un troisieme..
    Mais comme tu dit un tatouage sa se reflechit fortement et longuement !!!!

  • Pour ma part ça fait maintenant plusieurs années que je reflechis à me faire tatouer… pour le moment j'hésites encore même si l'envie est de plus en plus présente. J'ai déjà un motif mais il me manque l'emplacement et surtout le tatoueur (important quand même). je suis d'accord avec toi sur le fait que ce doit être un acte réfléchi mais ce n'est pas forcément facile de se dire "est ce que ça me plaira toujours dans 10 ans ?"
    En attendant si vous connaissez des tatoueurs de confiance sur la région parisienne ouest je prends les noms !

  • Ah… la "symbolique" du tatouage… pourquoi tant de "tatoués" refusent et réfutent l'idée que l'esthétique est parfois un facteur essentiel, si ce n'est le seul.
    Il faudrait cesser de conspuer les reportages (aussi bidons soient-ils) en mettant en avant la sacro-sainte signification personnelle des tatouages. Il y a autant de visions que de tatoués, autant de motivations personnelles nous poussant à franchir le pas, etc.

    Dire que le tatouage n'est pas et ne sera jamais une mode n'est qu'un voilage de face : depuis que le tatouage s'est entre guillemets démocratisé, les courants de mode se succèdent : du retour en force du old school en sauce néo-traditionnelle, au blackwork, en passant par les motifs à la mode (zombies l'année dernière par exemple).

    Concernant les tattoos "coup de tête", certains en font et les regrettent, d'autres non, j'en fais partie. j'ai des pièces réfléchies, d'autres absolument pas, des pièces faites seulement pour l'esthétique, d'autres pour la symbolique.

    Bref, je suis globalement du même avis que toi, mais je tenais à apporter des nuances, trouvant que certains "tatoués" ou passionnés ont une vision très réductrice/nombriliste de cet art qu'est le tatouage.

  • Grâce à la Une sur HC j'ai découvert ton blog, et je me manifeste pour dire que je suis d'accord avec toi … le nom de son amoureux ? A bannir … rien que de penser à Eva Longoria qui a du se faire retirer au laser tous les tatouages en lien avec Tony Parker quand meme … 🙂

  • et que dire de ceux qui se tatoue le nom de leur IDOLE à 15 ans !!
    pour ma part j'étais bien tentée par un tatouage mais je n'ai pas encore trouver LE tatouage qui me parle et qui sauras faire partie intégrante de moi, alors qu'importe..pas de tatouage pour le moment.
    et je suis d'accord sur le fait que cet acte doit etre réfléchi…

  • Je trouve que pour une personne tatouée, tu es bien bornée…
    Si aujourd'hui le tatouage peut être accessible aux personnes "normales", il est vrai, et la plupart des reportages le souligne, qu'il a longtemps été l'apanage des rebelles, car la minorité est souvent rebelle, tout simplement.
    Et puis, ce jugement sur le motif ! Combien de personnes te diront qu'une simple fleur, un papillon, une citation représentent quelque chose d'intime, renvoie à un événement particulier ? Comment est-ce que toi, quand bien même tu sois tatouée, tu peux trouver ce motif "banal" "vu et revu" ?
    Je ne pense sincèrement pas qu'il faille attendre 10 ans avant de se faire tatouer. Tout simplement parce que ta jeunesse est déjà un peu passée. Le tatouage permet bien souvent de se former une identité, d'immortaliser une époque, un moment. Il ne sert à rien d'attendre indéfiniment, parce qu'au lieu de regret, ce sont des remords que tu vas avoir. Si au contraire le tatouage vieillit mal, était une erreur, comme on dit, je me dirais que je garde seulement une trace sur ma peau, comme une cicatrice. L'effacer, c'est un peu renier ce qu'on a été. De toute façon, on s'habitue tellement à nos tatouages qu'ils deviennent de la peau.
    Bref, je suis tatouée, je suis jeune, je ne regrette rien et je crois fermement que, tatoué ou non, personne ne peut décider si mes tatouages sont "authentiques et justifiés".

    • Chère "anonyme",
      La "bornée" te remercie et t'invite à relire l'article. Je ne juge pas, j'invite seulement les personnes désireuses de se faire tatouer à bien y penser. La nuance t'a peut-être échappé… Je ne me pose pas en censeur de la morale et du tatouage, bien au contraire. J'invite celles et ceux qui souhaitent sauter le pas à bien y réfléchir, pour ne jamais avoir à le regretter. Bref, je ne vais pas réécrire ici ce billet.

  • Je suis tout à faire d'accord avec toi, le tatouage n'est pas du tout une mode. Si on le fait c'est qu'il a une signification, sinon il y a de grandes chances de le regretter dans quelques années…

  • Bonjour,

    merci pour ton texte, pourrais-tu nous dire quel est le tatoueur qui a fait le tatouage des fleurs de la photo en illustration si tu le connais, je le trouve magnifique

  • Je vais bientôt avoir 18 ans. Cela fait plusieurs mois que je pense, presque tout les jours, à me faire tatouer un oiseau derrière l'oreille. Il aurait une signification pour moi, pour qui je être et veux devenir, le motif comme le fait d’être tatouée. Je sais c'est à la mode, mais ça ne m'enchante pas du tout, au contraire! Je voudrais le faire pour me démarquer et pour prouver à moi et au autre que je ne suis pas une petite chose incapable de prendre des décisions ou de faire quelque chose qui sorte du moule. Je ne sais pas si ce sont de bonnes motivations… Et je voudrais aussi savoir si derrière l'oreille se n'est pas trop voyant.
    J'aimerais beaucoup que tu me dises si, à ton avis je fait bien ou pas. Je ne voudrais pas le regretter. Je compte tout de même attendre encore un peu, au moins d'avoir la majorité.
    Merci d'avance

    • Bonjour Léa.
      Si c'est une décision mûrement réfléchie, pourquoi pas ! En revanche, je suis moins certaine de l'emplacement. Le cou, ce n'est pas optimal. J'en suis à 8 tatouages, bientôt 9 et je ne suis toujours pas tatouée dans le cou, alors que ça me tenterait bien.
      En effet, pense à tes études et à ton futur travail avant tout. Mine de rien, même si les tatouages "rentrent dans le rang", le cou reste toujours un emplacement "sensible", même si tu as les cheveux longs et que ton oiseau sera planqué derrière l'oreille. Je pense que c'est la décision la plus importante pour toi puisque le reste semble acté.
      A ta dispo si besoin !

  • C’est vrai que vu l’importance et le coût, c’est clairement pas quelque chose qu’on peut considérer comme  » à la mode  » mais bon le marketing est passé par là…me concernant j’aime bien avant de passer à l’acte, me faire un tatouagetemporaire, je me vois pas sauter cette étape. J’ai un site intéressant que je recommande c’est http://www.tatouagelife.fr, un site qui paie pas de mine mais je trouve que leurs tatouages sont vraiment de bonnes qualités et waterproof en plus…

Répondre à Agrippine Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.