En mood piapia : les blogueuses mode, beauté, santé tchin-tchin!

Voilà, c’est fait.
Aujourd’hui, j’inaugure à la fois une nouvelle rubrique (En mood piapia) qui se veut légère, actuelle mais pas prise de tête et un petit billet, rapide, qui se déguste (ou pas) en une seule fois.
Donc, quel est le sujet hautement d’actualité et qui me titille le clavier?
Les blogueuses mode & beauté, ton univers impitoyableuuu!
Je vous vois d’ici lever les yeux au ciel. Effectivement, quel sujet d’actualité!
Et bien oui, parce qu’ici et là, je lis de plus en plus que les blogueurs (en général) et les blogueuses mode et beauté (en particulier) prennent limite le pouvoir sur les journalistes. Ils sont prescripteurs, à la pointe et se doivent donc d’être irréprochables. Hors plus ça va, moins ça va.
« On » reproche, dans le désordre, plusieurs choses à ces blogueuses (en majorité des filles pour la catégorie mode/beauté) :
* Elles ne se prennent pas pour de la m***
* Leurs billets sponsorisés, ça va bien cinq minutes
* Où est passée leur fraîcheur d’antan?
* Mais ce n’est pas possible, elles deviennent de moins en moins aimables dans leurs com’ / On ne peut plus rien leur dire
* Tranquille le « métier » de blogueuse, ça se fait offrir plein de trucs et ça part en voyage au frais de la princesse
* Etc., etc.
Et c’est là que j’ai eu envie de mettre mon petit grain de fleur de sel, notamment parce que j’ai un avis partagé sur la question. Je suis ni « pour », ni « contre ».
Tenir un blog, c’est fastidieux et chronophage.
Il faut être constant dans l’écriture, être toujours à la recherche de nouveautés pour les blogs « tendances » et se tenir au courant pour les autres. Et ça, ça prend du temps.
Après, concernant les points litigieux sur l’amabilité et la fraîcheur des blogueuses, que dire…
Les plus « influentes », bien que ce terme soit énergiquement réfuté par les principales intéressées (fausse modestie ou pas?), tiennent leurs blogs depuis au moins un an ou deux et à force de faire du trafic, elles deviennent l’objet des marketeux de tout poil.
Il y a donc celles qui rechignent à mettre de la pub sur leur site et les autres, mais honnêtement, là n’est pas le problème. Alors où est-il? Ce qui pose un vrai souci apparemment, c’est lorsque la frontière de la blogueuse à l’esprit indépendant devient une icône de prêt-à-porter, ou autre. Adieu libre arbitre?
Il est évident qu’une blogueuse représentant une marque va ensuite avoir du mal à la critiquer. Mais après tout, pourquoi pas?! Il faut juste savoir où se trouve le juste milieu… et avoir les pieds sur Terre! Parce que lorsque j’entends une autre blogueuse, qui, lors d’un reportage TV, chouine à l’idée de n’avoir « que » 2500€/mois pour un mi-temps en vue d’une collaboration avec un site, ça coince. Et ça coince très dur. Est-elle l’exception qui confirme la règle ou une digne représentante de la ligue des blogueuses? Je penche pour la première solution. Il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier.
Idem pour l’amabilité et les chevilles qui gonflent.
N’oublions pas, comme dit plus haut, que les blogs des plus influentes drainent un nombre de visites assez impressionnant pour une nano blogueuse comme moi. Et franchement, respect. Si elles ont des visiteurs, c’est qu’il y a une raison. Pourquoi revenir sur un blog s’il ne plaît pas? Donc il peut arriver que certaines soient humaines et n’apprécient pas forcément d’être « titillées » dans les commentaires… et ça se voit.
Certaines ont la répartie humoristique et d’autres envoient clairement le lecteur sur une autre planète plus accueillante. Il y a l’art et la manière de le faire. Que celui ou celle qui ne s’est jamais fait « troller » leur jette la première pierre. Ceci étant, n’oublions pas non plus que si nous ouvrons un blog, c’est avant tout pour être lu, recevoir des avis, pas forcément dans le même sens que les nôtres et pour partager. Le respect du lecteur est donc essentiel… et l’inverse est vrai!
Le lecteur qui prend un malin plaisir à insulter l’auteur parce qu’elle est « moche », « conne », « imbue d’elle-même », etc. quel intérêt? Où est le commentaire constructif, le « ton blog ne me plaît pas car… »? Partageons, échangeons, c’est le but même d’un blog. Pas les insultes.
Enfin, concernant le volet influence/prescription et journalisme, je dis attention.
Les blogueuses ne sont pas des journalistes et a priori, n’ont pas vocation à l’être. Ce sont deux métiers différents. L’un n’empêche pas de rédiger des articles fouillés et documentés, au contraire, mais l’autre a une éthique plus ferme. Quoique. Quand j’entends certains râler parce que les blogueuses mode/beauté reçoivent des cadeaux (et encore une fois, il s’agit d’une minorité et ça ne se fait pas comme ça), franchement, qu’ils ouvrent leurs yeux. Les journalistes des mêmes créneaux en sont également inondés. Les prêts presse et cadeaux, ça existe.
Bien entendu, depuis un certain temps, les deux ont une nette tendance à s’entremêler. Comment, pour le lecteur lambda, faire la différence entre la page beauté d’un magazine féminin remplie de marques, la page « test » d’un autre hebdo et les « tests »/ »avis » des blogueuses? Je conçois que ça peut prêter à confusion.
En résumé et en rédigeant ce billet, je m’aperçois que mon avis n’est pas plus tranché qu’avant. Je suis plutôt dubitative. On adore brûler ce qu’on a adoré. Les blogueuses mode/beauté suivent-elles le même chemin?
En tout cas, il est important que des blogs plus « petits », mais tout aussi pointus, restent en ligne et/ou se créent. La nouveauté tire le reste vers le haut.
Et vous, qu’en pensez-vous?
Avez-vous un avis sur la question ou non?
Tags from the story
Écrit par
More from Florence

Fêtes des Mères : mes idées cadeaux !

Dimanche 28 mai, c’est la Fête des Mères ! Pour être honnête,...
Lire la suite

6 Commentaires

  • A voir : le blog mode de mon amie Aude, graphiste : http://www.flanelleblog.com/

    Elle a une très belle plume, fait de très jolies photos et va à la découverte d'expos, se passionne pour la mode bio… Elle ne se la raconte pas !!! LOL

    Et non, elle ne reçoit pas (encore !!!) de cadeaux grâce à son blog !!!

  • Je viens d'y faire un tour, j'aime beaucoup! Merci pour l'adresse!!
    Pour les cadeaux, ta visite sur ton site en est un… je suis d'humeur lyrique 😉

  • moi je lis beaucoup de blogs mode / beauté, donc je dois aimer un peu ça 🙂
    ma philosophie, c'est qu'il y a des affinités dans la blogosphère comme dans la vraie vie (surtout dans les ambiance de filles). Les blogueuses que je n'aime pas je ne les lis pas. point barre.
    Quant à toutes ces histoires de pubs / marques / sous, je pense que si un blog qui marche arrive à en tirer quelques avantages, tant mieux pour elle. De toutes façons personne n'est dupe sur les cadeaux / sponsos et chacune fait ce qu'elle veut avec son blog 🙂
    voilooouuu

  • Et bien voilà, c'est exactement ça, c'est bien résumé! Si on n'aime pas, on zappe! Bref, je suis bien d'accord avec toi.
    Maintenant, il serait bien que le soufflé retombe et que chacun écrive/fasse ce qu'il veut, sans être forcément "accusé" de çi ou de ça…

  • J'ai forcément un avis 😉 Perso, je pense qu'il y a de tout sur la blogo'. C'est lorsqu'on lit le blog régulièrement qu'on peut savoir plus facilement à qui on s'adresse… mais ne pas oublier qu'être blogueuse ce n'est pas être parfaite. Un marché s'est développé, certaines en profitent outrageusement et sans scrupules, d'autres très intelligemment, d'autres encore veulent le faire intelligemment mais parfois se plantent etc etc…
    Enfin, parfois, je t'avoue que c'est fatiguant ces débats, de devoir toujours se demander avant de lancer quelque chose quelles critiques ça va pouvoir susciter etc…

  • C'est justement ce point de devoir faire attention sur les éventuelles critiques qui me laisse songeuse… Sur son blog, on doit pouvoir écrire ce que l'on veut… Est-ce réaliste désormais?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.