Menu
Humeurs

La confinée définitivement pas bonne à marier

Voilà presque trois semaines maintenant que nous sommes officiellement confinés. Et je constate une chose : la France a, décidément, un incroyable talent, voire des talents, laissant sur le bord du confinement un paquet de Françaises qui ne seraient, à une autre époque, vraiment pas bonnes à marier.

confinement - attente - barreaux

Le confinement : révélateur de savoir-faire français

Les réseaux sociaux : miroir déformant de la société ?

Instagram, Twitter, Facebook… Je suis ce qu’on peut appeler une vraie addict et sincèrement, la détox numérique n’est pas pour demain. Je résiste encore à Tik Tok et je n’ai pas non plus cédé à la vague Animal Crossing sur Switch. Honte sur moi ? Non.

Première semaine de confinement, telle une vague proche d’un tsunami, toutes proportions gardées, les réseaux sociaux se muent très rapidement en une cuisine, que dis-je, en une pâtisserie géante : cookies, babkas (la brioche de l’année), crêpes, banana bread, pancakes… Tout le monde ou presque y va de sa story et/ou de ses recettes adaptées de telle ou telle influenceuse ou maman gâteau. Je suis à la fois époustouflée et figée sur place.

Comme un souci n’arrive jamais seul, voilà que depuis début avril, il est question de rendre obligatoire le port du masque pour sortir. Parfait, très bien, ça me semble être une bonne chose. Et là, rebelote, tout le monde ou presque y va de sa story couture, avec partages de patrons à l’appui. SAUF que ! Comment s’y prendre quand la couture n’est pas une option ? Je suis à la fois songeuse et dépitée.

38 ans, pas toutes ses dents et une vraie quiche en cuisine

Je ne sais pas cuisiner. Et mieux, je déteste ça en fait, au grand désespoir de ma mère. Pétrir la pâte m’angoisse, cuire les aliments m’ennuie, bref, je trouve tout ceci parfaitement barbant. Mon grand fait d’armes est d’avoir, un jour, tenter de réchauffer des pâtes au micro-ondes, position décongélation. J’ai attendu longtemps.

Cuisiner des gâteaux - cooking cakes
Regarde maman, ce n’est pas moi qui l’ai fait !

J’ai aussi très peur du feu, ce qui n’aide pas. Un jour, quand j’étais petite, j’ai voulu jouer avec ma dinette en plastique et faire chauffer l’eau pour le thé. Ma théière, en plastique, sur le gaz. Ça ne matche pas forcément bien, je vous l’avoue. Depuis ce jour, la chaleur du four et des plaques est mon ennemie. Résultat des courses : je ne sais pas cuisiner, à 38 ans passés.

38 ans, pas toutes ses dents et deux mains gauches

Coudre un bouton ? Faire un ourlet ? Vous n’y pensez pas. Encore une chose que je ne sais pas faire, à mon âge. Contrairement à la cuisine qui me fatigue rien qu’à l’idée de passer derrière les fourneaux, la couture m’attire. Ce serait une bonne chose, si je n’étais pas la sœur des pieds nickelés. À mon niveau, c’est du très grand art.

tissus feutre couture
Oh le beau tissu pour coudre facilement de belles choses…

J’ai pris des cours pour découvrir la machine à coudre, une basique, pas une bête de course. Résultat : le tote bag de Martine est parfait, le mien est un sac à patates. Ma mère m’apprend à coudre un bouton, j’oublie le procédé dans la demi-seconde. Mon cerveau ne coordonne pas mes mains, c’est une réalité.

Donc quand je vois sur Instagram, Twitter ou bien encore Facebook la vague de nanas (oui, les mecs sont absents subitement) qui donne de son temps pour coudre, coudre et re-coudre des masques, je suis en PLS sur mon canapé.

En 2020, sachez, mesdames, cuisiner et coudre ou disparaissez !

À l’origine, je souhaitais rédiger un billet d’humeur un peu léger sur ce confinement, et puis cette mise en avant constante, presque toxique, des choses à faire pendant cette période étrange me mine le moral.

Quelle est la réalité distillée en creux derrière tous ces posts alléchants et parfois moralisateurs ? Cuisine, couture, sport… Il faut savoir tout faire, tout gérer. Je sais pertinemment que je ne suis pas la seule à ne pas savoir faire des cookies ou à repriser un trou dans une chemise de nuit, mais l’abondance d’images me renvoie une image de moi détestable : pas bonne à marier, bonne à jeter. En 2020, il faut savoir tout faire, et je ne sais rien faire.

Alors que faire ? Se faire violence et réessayer ? Renoncer ? Qui suis-je au final ? Définitivement pas une potentielle future bonne épouse dont le mari pourrait profiter des bons petits plats. Est-ce un drame de nos jours ? J’aurais pensé que non il y a quelques jours encore et puis les réseaux sociaux me hurlent aujourd’hui le contraire, sans répit. J’essaie de passer outre, difficilement. Je ne suis pas féministe, celle qui crie au patriarcat sur le moindre sujet, celle qui rejette tout ce que l’homme représente. Mais là, force est de constater que les années et les années de répartition inégalitaire des tâches ménagères font, aujourd’hui, de sacrés dégâts. La femme sait coudre et cuisiner, point barre, et les réseaux sociaux mettent cet état de fait en lumière chaque jour qui passe.

femme aux fourneaux - cuisine
Ouh ça donne envie… Non.

Je suis chanceuse, je vis avec ma mère (pour des raisons de santé, personnelles, j’assume parfaitement ce fait à mon âge), un cordon bleu et des mains de fée, même très fatiguée. Et je me sens mal, car quelque part, je profite d’elle. Toujours cette notion culpabilisante qui me tenaille ces derniers jours. Alors je vais essayer, l’écouter, tenter des choses. Je vais le faire. Et pourquoi pas, devenir un début de desperate housewife ?

Je clos ce long billet d’humeur sur ceci : faites au mieux, faites ce que vous voulez. Cuisinez, ne cuisinez pas. Pratiquez un sport, ne le faites pas. Ne laissez personne et surtout pas des mirages derrière les écrans vous dicter votre quotidien. Pour ma part, je vais essayer de mettre cette bonne parole en pratique. On en reparle début mai ?

About Author

Bulles de Flo, c'est le résultat de mes coups de cœur lifestyle du moment : culture (livres, cinéma, etc.), décoration, balades... Bienvenue chez moi !

7 Comments

  • […] Ce site est en cours de chargement, veuillez patienter. Toutefois, si vous souhaitez l'afficher tout de suite, Cliquez ici […]

    Reply
  • La Parisienne du Nord
    avril 5, 2020 at 11:52

    Tu comprends pourquoi je fuis les réseaux sociaux en ce moment. Tout le monde y va de ses suggestions. Ça part d’un bon sentiment : donner des idées pour s’occuper. Mais finalement ça a aussi un effet néfaste car il renvoie à ses propres défauts et/ou défaillances, qui n’en sont pas vraiment. Et au final on arrive à se dire qu’on est nul parce qu’on ne sait pas cuisiner ou coudre. Ce n’est pas normal. Chacun a des qualités et des talents. Ce ne sont peut-être pas ceux de la parfaite ménagère mais on s’en fiche. L’essentiel c’est qu’on arrive à s’occuper à sa façon. 😉

    Reply
    • Florence
      avril 9, 2020 at 7:20

      Tu as tellement raison 😉

      Reply
  • Amélie
    avril 7, 2020 at 9:42

    J’avoue que c’est la foire aux injonctions d’être une bonne ménagère en ce moment sur les RS. A tel point que parfois, je réfléchis à 2 fois avant de poster un message ou une storie.

    Je tweete que je sais pas où je vais dénicher un bandana pour faire un masque ? On me répond : tu dois bien avoir du tissu, du fil et une aiguille chez toi ! (ah ben non, non et non). Je poste mes repas de la semaine sur « A Better Me » ? On me laisse en commentaire : tu pourrais quand même cuisiner autre chose que des pâtes par moment, ton mec va peut être se lasser…

    Bref, comme toi, je ne suis pas une super féministe mais voir toutes ces injonctions de la femme parfaite qui sait tout faire, ça me fatigue aussi…

    Reply
    • Florence
      avril 9, 2020 at 7:22

      Non mais les personnes qui savent tout mieux que tout le monde, c’est simplement l’Enfer ! C’est dingue de devoir parfois s’auto-censurer de crainte d’avoir des commentaires pénibles… Reste comme tu es, c’est comme ça qu’on t’aime 💙

      Reply
  • Coups de Cœur de Mumu
    avril 8, 2020 at 6:07

    Coucou Flo,
    L’essentiel est de faire ce qui nous plaît pour passer ce confinement le plus agréablement possible !
    Je pense aussi à tous ces couples qui devaient se marier pendant cette période et qui doivent malheureusement repousser leur mariage… C’est trop triste pour eux alors qu’ils avaient mis tant de temps et d’énergie à tout préparer…
    Grosses bises et bonne soirée

    Reply
    • Florence
      avril 9, 2020 at 7:23

      J’ai une amie qui vit justement cette situation, elle est totalement blasée, dépitée, dans l’incertitude. C’est très frustrant pour elle et j’espère que la situation va vite s’éclaircir.

      Reply

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.