Vaux-le-Vicomte : un château hors du Temps

Il existe des opportunités uniques dans une vie et une fois encore, j’ai eu le plaisir d’en saisir une à deux mains, les yeux pleins de paillettes. Après avoir visité Versailles comme une Reine, privilège absolu, j’ai eu l’occasion de me rendre au sublime château de Vaux-le-Vicomte. Un moment hors du Temps.

vaux-le-vicomte
Vaux-le-Vicomte. A couper le souffle.

Vaux-le-Vicomte : un château à taille humaine.

Qui ne connaît pas Vaux-le-Vicomte ? Ce château est dans la mémoire collective, depuis l’enfance. Fruit d’une collaboration entre trois génies – l’architecte Louis Le Vau, le jardinier André Le Nôtre et le peintre-décorateur Charles Le Brun, ce château « à taille humaine » est le bijou, le bébé de Nicolas Fouquet, surintendant des Finances de Louis XIV jusqu’en 1653.

Pour moi, et pour la plupart d’entre nous je pense, Vaux-le-Vicomte est indéniablement lié à cette fête grandiose organisée par Fouquet en l’honneur du Roi en août 1661. Mais il y a tellement plus à découvrir !

Une visite privée, Ascanio de Vogüé et le château.

Ce jour-là, nous étions une poignée de bienheureux à écouter religieusement Ascanio de Vogüé – l’un des trois frères propriétaires du château – aussi passionnant que passionné, nous compter l’histoire de Vaux-le-Vicomte, sa genèse, sa légende (ce n’est pas uniquement la fête somptueuse qui causa la perte de Fouquet, mais bien un complot hourdi par Colbert depuis un moment déjà), ses secrets… Autant vous dire que j’ai adoré !

Nous sommes chaleureusement accueillis par le maître des lieux, particulièrement accessible. Et nous voilà devant ce château dont la beauté est à couper le souffle. Le temps est un peu à la grisaille, mais rien de bien méchant. Il faut commencer la visite, un peu sur les chapeaux de roues. Le temps nous est compté. Comment ne pas se rendre compte du côté exceptionnel de la situation ?

vaux-le-vicomte-chateau-jardin-sculpture
Les statues rénovées et à rénover dynamisent un jardin des plus poétiques.
vaux-le-vicomte-chateau-jardin
C’est beau, n’est-ce pas ?

Plus importante propriété privée classée au titre des Monuments Historiques et ouverte au public depuis 1968 (hier donc), le château de Vaux-le-Vicomte et son jardin s’étalent sur plus de 500 hectares clos par un mur d’enceinte de 13 mètres de haut et sur un axe de 4 kilomètres de long avec une idée nouvelle, pour l’époque : la perspective.

Au niveau architectural, il faut voir, quand on arrive, la transparence du château à travers les façades qui donnent directement sur les jardins. Magnifique. Le travail de symétrie est tel que l’on peut apercevoir les statues au fond du jardin. Bluffant. Quant au dôme, autre prouesse technique et esthétique architecturale, il offre aux yeux des visiteurs une vue à couper le souffle sur l’ensemble du domaine (j’en reparle plus bas).

Il faut savoir également que le château et son jardin comptent sur nous ! Et oui, il faut les entretenir, les restaurer et le budget annuel dédié à cette problématique d’1,3 million d’€ ne pousse pas dans les arbres. La famille de Vogüe a donc mis en place tout un système de mécénat et les particuliers sont évidemment les bienvenus.

[Point anecdote] Des chasses privées sont organisées pour tenter de réguler la population de sangliers qui ne cesse d’augmenter d’année en année. Problème majeur : l’arrivée du TGV Méditerranée – et donc d’un mur ad hoc – a stoppé net leur « migration » et confiné les hordes dans la forêt. Hordes qui se multiplient. Problèmes qui se multiplient. Vive les chasseurs. [Fin de l’anecdote]

Après une discussion entre Ascanio de Vogüé – dont la famille est propriétaire du château depuis 1875 – et notre petit groupe dans l’un des salons privés du château (oui oui), nous prenons notre courage à deux mains, ok JE prends mon courage à deux mains pour grimper ce fameux petit escalier vertigineux du dôme pour contempler une vue absolument parfaite du jardin à la Française réalisé par André Le Nôtre. J’en ai encore des frissons !

vaux-le-vicomte-escalier
L’escalier du Dôme… Brrrr !

vaux-le-vicomte-jardin-francaise

De l’architecture réalisée par Louis Le Vau en passant par les décors somptueux de Charles Le Brun, Ascanio de Vogüé nous explique tout sur tout, c’est passionnant. Mais le temps file décidément trop vite et nous devons nous rendre dans le fabuleux jardin à la Française d’André Le Nôtre – qui s’étale sur 1 500 mètres de long – pour assister à l’une des « soirées aux chandelles » organisées par le château tous les samedis d’été.

vaux-le-vicomte-chandelle
Candle in the wind…
Vaux-le-Vicomte et ses soirées aux chandelles : poétique, flamboyant.

Tous les samedis soirs d’été donc, le château propose aux visiteurs de se poser dans ce jardin aux proportions parfaites, en profitant d’une atmosphère romantique et bucolique à souhait. Le Temps se suspend, le calme s’apprécie, les odeurs sont envoûtantes… on souhaiterait que ça ne s’arrête jamais. Les milliers de bougies vacillantes au fil du vent à la nuit tombée font de ces soirées un incontournables pour débrancher et apprécier plus que jamais la beauté des lieux.

Vaux-le-Vicomte ne se « contente » pas de chandelles élégamment disposées dans le jardin (qui tiennent bien le coup face aux éléments), puisqu’il agrémente la déambulation des visiteurs de spectacles totalement poétiques et inattendus proposés par la Compagnie des Quidams. Ce soir-là, nous avons assisté, émerveillés, au spectacle FierS à Cheval (en alternance selon les dates avec Les Bilboquets).

C’était beau, tout simplement. Poétique, envoûtant, apaisant.

FierS à cheval - ©Vaux-le-Vicomte
Poésie et beauté réunies le temps d’une soirée aux chandelles.

Vaux-le-Vicomte : un château accessible.

vaux-le-vicomte-ok

Parisiens, parisiennes, Françaises, Français… Allez faire un tour à Vaux-le-Vicomte nom de Diou ! J’étais la première à croire que ce château était situé bien loin de la Capitale et qu’il fallait faire ses vaccins pour y aller (j’exagère ? Naaaan.), mais que nenni !

Il existe 5 liaisons quotidiennes entre Paris et Vaux-le-Vicomte, de la Gare de l’Est en direction de Provins, soit une demi-heure de trajet. Ensuite, une navette « châteaubus » vous attendra à la gare de Verneuil l’étang pour une vingtaine de minutes de trajet. En gros, comptez une heure de trajet depuis Paris. Fingers in the nose.

Pour la visite du château et du jardin, comptez bien la journée pour être tranquille, déjeuner sur place et surtout, profitez au maximum de la quiétude des lieux. Au niveau des tarifs, comptez 15,5€ par adulte pour la visite en journée, 19,5€ pour les soirées aux chandelles, les plus de 6 ans ont leur tarif réduit à 13,5€ en journée. Vous retrouverez tous les détails complets sur le site du château.

Et pour finir…

J’ai bombardé le château et le jardin de photos, mais les dieux ont manifestement été contre moi… Un bon tiers des clichés sont flous (et je n’avais pas bu), la luminosité n’était pas au rendez-vous et j’ai eu un net penchant pour les photos… penchées. Allez savoir pourquoi. Cependant, quelques photos restent malgré tout potables, donc n’hésitez pas à aller faire un tour dans l’album partagé de ma visite pour juger sur pièces. Et si le cœur vous en dit, il y a également celui de Versailles à votre disposition.

Je n’étais pas seule sur place, puisque Bambi à Paris, le duo de Culturez-vous et Une Milanaise à Paris (blog en italien) étaient également de la partie. Et d’ailleurs, n’hésitez pas à aller voir leurs blog/comptes Instagram, les photos et vidéos y sont de bien meilleures qualités. Bouhou.

Je termine ce long billet en remerciant sincèrement et chaleureusement Sarah de l’agence Observatoire pour cette invitation hors-norme. J’ai adoré cette soirée de bout en bout. Merci merci et à très vite pour de nouvelles aventures !

Enregistrer

Écrit par
More from Florence

Alex Lutz : de l’humour et de la finesse dans un verre de lait

Alex Lutz, vous connaissez forcément. Mais si, voyons ! Si je vous...
Lire la suite

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *