C’est l’heure du tea-time au Prince de Galles !

Prendre un « tea-time » dans un palace… Quelle bulle de bonheur, quel plaisir ! Et « cerise sur la pâtisserie », quand on est entouré de keupines aussi gourmandes que marrantes, c’est un moment d’exception qui se savoure avec des paillettes dans les yeux.

LesHeures2-1024x576
Le Bar Les Heures du Prince de Galles

Après avoir fait un premier tour au Mandarin Oriental, me voilà partie samedi dernier au cœur du Triangle d’Or, avenue George V, au mythique Prince de Galles et plus précisément au bar Les Heures, avec les non moins célèbres Emilie et Aline. Inutile de vous faire patienter plus longtemps : ce fut un après-midi parfait, aussi bien sur le plan gustatif que cocooning.

Dès l’entrée, on se sentirait presque comme chez soi (toutes proportions gardées évidemment). Pas de regard en coin, pas de personnel oppressant… Un premier bon point. Une fois installées dans une salle à l’atmosphère particulièrement agréable (tout y est : la déco, les lumières, le confort du canapé…), il est temps de laisser parler nos estomacs et là, deux écoles s’affrontent.

Un tea-time, des copines, de la gourmandise… what else ?

A ma gauche : Aline, gourmande devant l’Eternel, alias ventre sur pattes. Elle n’a peur de rien ni de personne et décide de but en blanc que l’après-midi sera placé sous le signe d’un tea-time à l’anglaise ou ne sera pas. Le tea-time à l’anglaise au Prince de Galles n’est pas pour les fillettes : assortiment de petits sandwiches salés, scones, assortiment de cakes, tartelette « du moment », macarons et boisson chaude au choix.

A ma droite : Emilie, alias #adieumonslim et ma pomme, adeptes du tea-time à la française (une boisson chaude, une pâtisserie au choix et un assortiment de cakes). Le match peut démarrer.

millefeuille-prince-de-galles_ok
Le millefeuille de foufou !

Tout est un délice. Je jette mon dévolu sur un millefeuille qui, au final, tiendra plus du nuage fondant et orgasmique que d’une simple pâtisserie, accompagné d’un thé à la menthe. Les mini cakes qui accompagnent le tout sont à se damner, tout comme les mini cookies d’ailleurs. Emilie choisit un éclair à la noisette torréfiée… qui n’a rien d’un éclair en fait. Une tuerie. Un léger bémol cependant, il est peut-être un chouïa trop sucré pour que l’on puisse en profiter jusqu’au bout.

tea-time-anglais-prince-de-galles

Aline déguste tout et nous, on est admiratives, car nos bidons crient « grâce ! » assez rapidement, même si ce n’est pas l’envie qui manque d’en prendre plus. Il me reste tout de même un tout petit peu de place pour goûter un morceau des scones d’Aline. Yummy miam miam. Voilà.

Au final, nous restons sur place deux bonnes heures, sans que personne ne vienne nous demander de bouger nos petites fesses. Nous avons passé un moment hors du Temps (et de la météo capricieuse qui nous a tout de même privées de patio) dans un véritable cocon délicieux, en nous abandonnant aux bons soins du chef pâtissier Yann Couvreur (que mes comparses se feraient bien au petit-déjeuner d’ailleurs en passant).

Au niveau de la « douloureuse », cela reste malgré tout raisonnable vu le lieu, l’ambiance et la qualité des pâtisseries proposées. Comptez 32€ pour un tea-time à la française et 47€ pour la version anglaise. Évidemment, on ne s’offre pas ce genre de choses toutes les semaines, donc il faut savoir se faire plaisir de temps en temps. Prochaine étape : la version dominicale du tea-time et ça promet encore d’envoyer du bois, je vous le dis !

Écrit par
More from Florence

Moi, Flo, 31 ans, femme mais pas « chienne de garde »

Tout a commencé en septembre dernier avec une première polémique féministe en...
Lire la suite

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *