Rodolphe Sand : du tutu et de l’émotion

En ce moment, je me fais une session « découverte » d’artistes tous plus talentueux les uns que les autres et Rodolphe Sand n’échappe pas à la règle. J’avoue humblement que sans une invitation bienvenue, je n’aurais probablement jamais poussé la porte du théâtre de poche Mélo d’Amélie. C’eût été dommage !

rodolphe-sand-tout-en-finesse

Nous voilà donc, ma +1 historique Louisa et moi au premier rang d’un spectacle d’un peu plus d’une heure mettant en scène un gars en tutu. Ah je sens que j’attire votre attention. Et le gars en question, c’est Rodolphe, qui commence par un solo de danse assez bluffant n’ayant absolument rien à envier aux « stars » de DALS. Il est gracieux, un truc de fou. Et ses mollets sont en béton, un truc de fou (bis).

Mais Rodolphe n’est plus un danseur, « depuis environ 25 kilos ». Franchement, ses rondeurs, on s’en fout. Tout ce que j’ai vu pendant ce solo, c’est de la finesse, de la souplesse et de la grâce.

Fin de l’intro, début du spectacle… par le désormais célèbre Dicodanse où Rodolphe Sand « danse la vie ». Pour faire simple, il a inventé un mime conceptuel et le public prend plaisir à chercher (en vain) une signification à chaque expression. Après un petit moment de flottement dû à une assemblée circonspecte, on comprend vite le principe et on se marre.

Rodolphe Sand : opération séduction du public réussie.

Autre moment culte : la séance détente ciné du samedi soir. Sans trop vous en dire, j’en ai pleuré de rire. C’est très bien observé et drôle à souhait. Ces moments « culture confiture ciné » dédiés à Cannes et ses palmes parfois étranges émaillent le spectacle et donnent un peu d’oxygène entre deux confessions assez intimes et émouvantes.

tout-en-finesse-rodolphe-sand

Alors on y va ?

Oui. Alors il y a bien quelques petites imperfections, quelques petites choses qui auraient mérité d’être développées ou justement raccourcies, mais c’est un détail. J’ai entendu, en sortant de ce one-man show, une spectatrice se plaindre de ne pas avoir été conquise plus que ça. Effectivement, il faut rentrer dedans, mais une fois la porte franchie, Rodolphe Sand ne vous laissera pas sur le palier.

Écrit par
More from Florence

Petite playlist d’août pour grand plaisir auditif

Allez hop, je suis comme ça, c’est royal, c’est cadeau ! Un...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *