Pardon, mais je ne peux plus…

Je ne peux plus. Je n’en peux plus.
Passer à autre chose devient urgent. Oublier, enfouir tout ça profondément, loin, bien loin. Parce que ce n’est plus possible. Je n’en peux plus.
Mardi aura lieu la Journée Mondiale de l’AVC (Accident Vasculaire Cérébral), une « grande urgence médicale ». J’ai fait le mien le 30 juin 2010 à 7h30 du matin, je prenais mon jus de pomme. C’est comme si c’était hier. C’est comme si « ça » n’avait jamais eu lieu. Si loin et si proche à la fois.
Je pensais l’avoir intégré, digéré et mis dans un coin de ma tête, mais non. Tout ceci n’est que pure illusion. Le mien a été assez léger en comparaison de ce qu’on peut avoir. Je me suis juste contentée de perdre mon côté droit, ma jambe et mon bras. Peu de séquelles visibles, une écriture qui ne ressemble plus à grand-chose, mais de fréquents petits « malaises », quand ma jambe vit sa vie ou quand mon bras s’engourdit.
Ma neurologue pense que tout va bien, mais elle parle peu. Elle me dit que ce sont des séquelles. Que si ça s’aggrave et bien on verra, mais c’est sûrement le stress. Mon médecin « de ville » n’est pas du même avis : la question, en ce qui la concerne n’est pas de savoir si je fais une récidive, mais quand. Entre les deux, je navigue, j’essaie de ne pas y penser, de me dire que tout est dans ma tête. Que je suis beaucoup trop stressée.
Depuis 2010, je m’appliquais à en parler régulièrement, pour alerter « les gens », pour faire de la prévention. Mais là… Je n’en peux plus. Je fuis les articles, les reportages, je fuis tout ça. AVC, AVC, AVC… STOP. Cela concerne les autres, ça ne me concerne plus. Ras-le-bol. 
J’ai l’impression d’être repartie trois ans plus tôt, quand je m’écoutais un peu trop pour savoir si, par hasard, je ne faisais pas de récidive là, maintenant, tout de suite. J’en ai assez de me définir comme une personne qui a fait un AVC. J’en ai assez d’attendre le prochain rendez-vous de neuro. Et pourtant…
Je ne sais pas pourquoi j’ai écrit ce billet, ni pourquoi je le publie en fait. Les blogs sont des journaux intimes à ciel ouvert. Parfois un peu trop. Parfois l’impudeur prend le dessus. Parfois j’en dis vraiment trop, comme aujourd’hui.
Pour qui j’écris ceci ? Pour moi. Besoin d’exorciser quelque chose ? Certainement. Besoin de passer à autre chose ? Evidemment, mais c’est quelque chose que je me répète encore et encore. Pas un mois ne passe sans que j’y pense. Je me sens prise dans un étau, je me noie dans un verre d’eau. Pourtant, je sais nager et je suis entourée par ma mère, mes amis. Mes bouées de sauvetage. Mais je continue à jouer au bouchon qui coule, puis qui remonte à la surface. Epuisant.
L’essentiel, garder le sourire, toujours, tout le temps. Enfin, la plupart du temps.
Écrit par
More from Florence

En 2014, voyez la vie en Radiant Orchid 18-3224 !

Vibrante, captivante… que ce soit sur Facebook, Twitter, Instagram ou Pinterest, la...
Lire la suite

12 Commentaires

  • Difficile de répondre à cela, alors juste, courage. On pense toujours que ça n'arrive qu'aux autres. J'espère de tout coeur que le plus dur est derrière toi, et que tu vas effectivement réussir à passer à autre chose.

    • Bonjour ! Non, je lui fait confiance, si tu savais de quoi elle m'a sorti. Je pense qu'elle sait de quoi elle parle, qu'elle a appris à me connaître et qu'elle me "préserve" 😉

  • Coucou!!! te souviens tu de nous ??? Nous ne nous sommes pas vus depuis bien longtemps, mais suivons un peu de loin a travers J-Marc ta vie….
    Tu sais la vie ne nous réserve pas que des bonnes surprises, il faut parfois lutter très dur contre ELLE…
    Mais toujours adapter ses actions en fonction de soi et de ce que l'on ressent, si tu crois ou tu penses que le neuro ne te prends pas bien en charge vas chercher un autre avis pour alléger tes doutes, tes interrogations…. Luttes avec ceux qui sont à tes cotés et ne regardes que les bons aspects du quotidiens….
    Facile à dire au moment du changement d'heure et de cette sale période qu'est l'entrée dans l automne.
    Profites de ton blog pour evacuer tout ce qui te pèse….et si tu veux un p'tit coup pouce, je veux bien être une oreille attentive pour toi…

    • Bonjour. Oui, je me souviens très bien de vous. Merci pour votre commentaire. Ma neuro me convient et je lui fais totalement confiance, j'ai simplement deux avis différents. À bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *