[Lecture d’été] Miss Cyclone

En ce chassé-croisé juillet/août, il n’est pas encore trop tard pour vous faire part d’une nouvelle pépite culturelle à lire tranquillement sur votre transat’, sous le parasol : Miss Cyclone de Laurence Peyrin. C’est grâce à la très talentueuse Virginie Grimaldi que j’ai découvert ce roman d’amitié.

Pardonnez la mauvaise qualité de cette photo…

Miss Cyclone : un roman doux-amer

A la faveur d’un post Facebook de Virginie, j’ai décidé de suivre son conseil et me suis plongée dans ce roman doux-amer dont le fil rouge s’étend sur quatre périodes clés de la vie de deux adolescentes – puis adultes – à Coney Island, près de New-York. Il n’est point ici question de légèretés d’adolescentes façon high-school musical, mais bien d’histoires de vies, profondes et intenses.

Miss Cyclone, c’est Angela, une adolescente américano-italienne de 17 ans qui n’est jamais sortie de sa bulle, toujours flanquée de sa meilleure amie pour la vie, June. Elles sont aussi proches et indissociables qu’opposées, comme le feu et la glace. Adolescentes, elles suivent leur chemin entre les auto-tamponneuses, le lycée et leur vie toute tracée.

Et puis un soir de décembre 1980, leur vie bascule, tout comme celle de John Lennon dont l’assassinat ne troublera pas que la jeunesse américaine (et mondiale).

Miss Cyclone : un livre qui ne laisse pas indifférent

Particulièrement bien écrit, ce roman ne laisse pas indifférent. J’ai eu, honnêtement, du mal à me plonger dans l’histoire, à ne pas laisser le livre me tomber des mains dès les premières pages. Bien sûr il est très intéressant, bien écrit donc et nous propulse directement au cœur des manèges de Coney Island (j’ai donc très très envie d’y aller). Mais, mais… il a fallu que je m’accroche un peu pour découvrir tout le « potentiel » de cette petite pépite. Bien m’en a pris.

L’auteur prend donc l’alibi de quatre périodes clés de la vie des deux principaux protagonistes pour nous emmener dans leur univers sur 341 pages, avec moultes interrogations personnelles à l’appui : a-t-on, finalement, réalisé nos rêves ? Connaît-on vraiment ses proches amis ? Notre vie est-elle toute tracée ?

Alors, on se laisse emporter dans le tourbillon ?

C’est ce que j’aime dans ce type de roman : la facilité que j’ai à me projeter dans les personnages, dans leur vie, leurs sentiments et les questions qu’immanquablement, je me pose en refermant l’ouvrage. Chaque livre de Virginie Grimaldi me fait cet effet par exemple.

Et puisque j’ai eu l’honnêteté de vous dire que j’ai eu du mal au démarrage, j’ai également celle de vous préciser que j’ai fini par ne plus lâcher le livre avant d’en connaître la fin (que je n’avais pas vu venir. No spoil) et c’est vraiment bon signe. Chaque personnage est assez étoffé pour avoir un vrai rôle dans l’histoire – même les seconds rôles – et on sent que l’auteur a vraiment bien « bossé son sujet », à tel point que je sentais presque l’écume des vagues sur mon visage, l’odeur des pommes d’amour ou celle des pâtes. J’imagine assez aisément une nouvelle vie pour « Miss Cyclone » en tant que scénario de film.

Et pour terminer…

[Concours] La maison d’édition Calmann-Lévy ne vous laisse pas sur votre faim, puisque qu’elle vous offre la possibilité de gagner un exemplaire de Miss Cyclone. Sympa, non ? Pour ce faire, vous avez jusqu’au dimanche 6 août minuit pour me dire en commentaire de ce billet quel rêve (perso ou pro) vous avez accompli ou rêver d’accomplir (avec un mail valide, évidemment). Tirage au sort le lundi 7 !

Un grand merci à Calmann-Lévy d’avoir accepté sans broncher de m’envoyer ce livre + un exemplaire supplémentaire pour le concours. Je suis très reconnaissante.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Tags from the story
,
Écrit par
More from Florence

Et c’est le temps qui court…

Mais comment font-ils ? Comment font tous ces gens, vous peut-être ?,...
Lire la suite

7 Commentaires

  • Bonjour, mon grand rêve serait de faire le tour du monde, visiter, découvrir chaque pays, leur culture et leur peuple.. Un rêve que je compte bien réaliser ! Je croise fort les doigts, merci pour ce concours et à bientôt ! Camille.

  • Coucou!
    Alors mon plus grand rêve à moi, c’est de valider mon expérience pro pour avoir un diplôme me permettant de péter les genoux aux nanas qui me pourrissent la vie au boulot… Ambitieux, non? :p
    En tout cas,merci pour ce concours, je croise les doigts et les orteils super forts car il a l’air prometteur ce roman 🙂
    Bisous, Emma

  • Merci à vous trois pour votre participation à mon petit concours d’été ! C’est « Dans la peau d’une fille » qui a gagné, grâce au hasard (et randomizer). Merci pour votre fidélité ! <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *