Ma pomme au Mondial du Tatouage

Le tatouage, cet art corporel autrefois méconnu et désormais reconnu, je l’ai dans la peau à plus d’un titre. J’en parle d’ailleurs assez souvent sur ce blog, que ce soit pour dénoncer il y a quelques temps cet effet de mode qui m’horripile toujours autant ou pour vous parler de la superbe exposition Tatoueurs tatoués au Quai Branly par exemple.

Superbe affiche réalisée par Alix Gé
En septembre dernier, je vous parlais également ici de l’énorme chance que j’ai eu en décrochant un tatouage avec El Patman d’Art Corpus en moins d’une semaine. Et bien rebelote, mais cette fois, j’ai un peu « forcé » le destin au Mondial du tatouage. Mais avant, quelques mots sur cette grand-messe du tatouage organisée par le pape du genre alias Tin-Tin.

L’année dernière, j’avais dans l’espoir d’assister à cet événement dès l’ouverture, mais la file d’attente qui se prolongeait dans l’avenue et la chaleur ambiante ont eu raison de moi. Cette année, pas question de louper une 2nde fois l’occasion de découvrir la fine fleur des artistes tatoueurs !

Je me pointe samedi pour l’ouverture et… mamma mia, la file d’attente ! Je reste et bien m’en a pris, puisque ça avance assez vite. Me voilà ENFIN dans le saint des saints.

Sous la Grande Halle de la Villette sont réunis des tatoueurs tous plus talentueux les uns que les autres. (Je ne vous ferai pas le listing, n’hésitez pas à aller sur le site dédié ou sur les multiples articles dédiés à l’événement qui pullulent sur Internet.) J’ai les yeux qui papillonnent, je ne sais pas par où commencer et puis zou, c’est parti pour une plongée dans les règles au coeur d’un convention incontournable si l’on est fan du genre.

Un par un (enfin presque, j’en ai certainement loupé un ou deux, personne n’est parfait), je m’attarde dans chaque box où les artistes s’affairent à tout va, avec des clients prêts à tout pour se faire tatouer par leurs idoles.

Toute petite moisson de flyers
Impossible de connaître tous les artistes et je fais des découvertes… piouf ! Je n’aurai jamais assez d’un corps pour me faire tatouer par tous mes coups de coeur si je le souhaitais ! Green Galerie à Toulouse, Amanda Toy en Italie, Myra Brodsky à Berlin ou bien encore Shamus Mahannah… tant de talents réunis en un même lieu pendant trois jours, c’est splendide.

En termes de styles, il y en a pour tous les goûts. Du japonais/asiatique traditionnel, du old school, du dotart, du tribal, du réaliste, etc., etc., des araignées en veux-tu en voilà (mais d’où peut venir cette « passion » pour cette bestiole ?!), des crânes et têtes de mort, mais aussi des fleurs, des portraits, des trucs mignons et d’autres moins mignons. A l’impossible, nul n’est tenu !

Les visiteurs sont de tous « poils » : du jeune, du très jeune en berceau (la poussette au salon, un must), du moins jeune et même du sénior. Du tatoué, du over-tatoué, et du curieux (vais-je sauter le pas ?). Du « au petit bonheur la chance » (il reste de la place pour un tatouage ?) et du « cadré au millimètre » (j’ai calé quatre tatouages sur la journée, go go go !).

Pour ma part, j’étais plus venue en spectatrice quand soudain…
Je tombe sur le stand d’Eilo du salon MTL Tattoo à Montréal. Gros gros gros coup de coeur pour son travail coloré et délicat, sans compter la délicatesse des traits. Elle est spécialisée dans le néotraditionnel et le japonais. Des « flashs » sont disposés sur la table présentant son travail, il reste encore de la place pour un tatouage le lendemain. Je ne réfléchis pas trop longtemps, d’autant plus qu’une fille à mes côtés se demande très sérieusement si elle va sauter le pas. Deux candidates pour un tatouage… Ni une ni deux, après un rapide calcul des fonds actuellement disponibles sur mon compte bancaire, je fonce !

Dimanche en début d’après-midi, je m’assois – dans une position assez inconfortable, mais peu importe, j’y suis, j’y reste – pour deux heures de tatouage. Il faut impérativement se mettre très rapidement dans sa bulle, parce que non seulement un monde fou défile devant nos yeux, s’arrête pour « admirer » le travail, mais aussi parce que la musique est (très) forte, quand ce n’est pas le concours de meilleurs tatouages qui se déroule sur la scène à côté, la sono au maximum.

Eilo est adorable, très concentrée et incroyablement douée. J’admire l’avancée du tatouage qui prend forme sous nos yeux. J’en reste baba tellement c’est beau. Les visiteurs autour de nous s’arrêtent un instant ou un peu plus longtemps, c’est aussi ça le Mondial du Tatouage.
Une splendeur, n’est-ce pas ?!
Me voilà donc propriétaire d’un 9ème tatouage et bien évidemment, ce n’est pas fini. J’ai été plus que ravie de visiter de long, en large et en travers ce superbe salon.

Quelques bémols toutefois : un prix d’entrée à 30€ en pré-vente assez élevé / une file d’attente qui se sépare très tardivement entre les possesseurs ou non de billets ce qui implique une file indienne qui déborde jusque dans l’avenue au moment de l’ouverture / des stands pas ou mal numérotés, ce qui fait qu’on s’y perd un peu / un manque criant de cartes de visite et/ou flyers dès le 2ème jour / une musique super forte ce qui nous oblige à hurler pour s’entendre.

Hormis ces quelques détails, l’ambiance est parfaite, tout le monde est hyper accessible et poli… bref, je n’attends qu’une seule chose : l’édition 2016 du Mondial du Tatouage !

PS : si vous souhaitez voir de belles photos du Mondial, rendez-vous sur le compte Instagram de Laurence Guenoun.
Écrit par
More from Florence

Petite playlist d’août pour grand plaisir auditif

Allez hop, je suis comme ça, c’est royal, c’est cadeau ! Un...
Lire la suite

2 Commentaires

  • Je l'ai déjà dit mais ce tatouage est juste sublime ! T'as bien fait d'oser <3
    Je sais pas si j'oserais faire ca, choisir un flash et me lancer. Même s'il est sublime, j'ai besoin qu'un tatouage ait une signification hyper précise et je sais pas si j'arriverai à trouver un flash dans ce sens.
    Mais bravo, c'est beaaaaau *___*

    • Merci merci !!! ^_^
      Je t'avoue que je suis aussi une fervente partisane de la signification obligatoire d'un tatouage. Figure-toi que j'ai réussi à en trouver un avec celui-ci qui me convient assez bien. Après, j'évolue vers le côté "artistique" de la chose. L'année prochaine, j'ai déjà prévu de resauter le pas 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *