Le cas Eurovision ou quand le coq gaulois perd ses plumes

Pour celles et ceux qui l’auraient oublié, ou qui fuient France 3 chaque année à l’approche de ce rendez-vous annuel, la France a remporté 5 éditions depuis la création de l’Eurovision, soit en 1958, 1960, 1962, 1969 et 1977, année de LA chanson : L’Oiseau et l’enfant. Depuis, Marie Myriam s’enterre dans un trou au fin fond du Cantal pour échapper aux multi-rediffusions de sa victoire qui remuent chaque année le couteau dans la plaie.
Depuis, la France, ce beau pays qui a mis au monde les Daft Punk (je m’égare), a changé de stratégie. Le but ? Recevoir ten or twelve points dans la catégorie Looser ultime. Et franchement, on ne se démerde pas trop mal sur ce terrain.
La classe absolue du camp français
Franchement, en toute honnêteté, entre vous et moi, quand on prend trois minutes de notre précieux temps pour découvrir la daube moustachue qui nous représentera cette année, il y a de quoi pleurer de honte. Et oui, car le groupe « Twin Twin » sera sur scène avec la chanson (enfin ce qui est appelé comme telle) « Moustache« , un mix entre du grand n’importe quoi, de la parodie, du Sébastien Patoche et du Jordy. Je vous laisse juger par vous-mêmes :
Les précédentes années, nous n’étions pas spécialement gâtés non plus, avec Sébastien Tellier, Jessy Matador (arrivé 12ème quand même, respect), Anggun (sa belle 22ème place) et Amandine Bourgeois et sa remarquable 23ème place. Nous avions aussi les Fatals Picards tiens, avec leur 22ème place. Ne les oublions pas.
Mais alors, quelle putain de mouche a bien pu piquer le « jury de professionnels » (de mes fesses charnues et rebondies) qui, d’année en année, tente consciencieusement de couler le camp français ? De deux choses l’une, soit nous partons sur du bon vieux potache, mais de qualité et nous pourrions avoir nos chances, soit nous nous engouffrons dans la faille « La paix entre les mondes pour tout le monde ». Mais choisissons, ne restons pas dans un entre-deux brouillon.
Et oui, car il ne faut pas oublier que l’Eurovision propose un joyeux foutraque de chansons plus ou moins sérieuses et c’est, d’ailleurs, ce qui perpétue le charme de l’ensemble. Sinon, ça ferait bien longtemps que ce rendez-vous serait effacé des tablettes.
Non seulement l’Eurovision est un vrai gouffre financier en termes d’organisation (à tel point que certains pays – dont la France  ? – se sabotent volontairement pour échapper aux dépenses pantagruéliques à venir), mais en plus, les résultats sont plus ou moins joués d’avance. Les pays de l’Est font leur petite tambouille entre eux, le Nord (Suède, Finlande) se serre les coudes et les pays latins se font de gros câlins. Après, il reste la France, l’Allemagne, que tout le monde déteste et Israël.
http://www.pinterest.com/pin/284360163942296119/
C’est plus clair ? 😉
Donc, pour revenir à nos moutons bleu-blanc-rouge, il faudrait, à mon sens, soit plonger à bras raccourcis dans quelque chose de potache, 28ème degré, mais bien foutu ou alors proposer une vraie chanson interprétée par un vrai talent plutôt que ces mélanges improbables qui ne font rire que ceux qui les font.
Ou alors, et ce sera ma conclusion, contentons-nous de ce que nous avons, à savoir des bouses géantes, prenons notre mal en patience et créons un nouveau rendez-vous télévisuel dont l’unique but sera, pour les quarante douze Français collés devant leur écran jusqu’à minuit, de se foutre de la gueule de la concurrence.
Ah mais attendez, ce n’est pas déjà ce que nous faisons ?! 🙂
Écrit par
More from Florence

Seven Sisters : un divertissement explosif

What happened to Monday ? Le titre original de ce thriller mâtiné...
Lire la suite

5 Commentaires

  • C'est… euh… hmm. Disons que j'avais lu pas mal de tweet et tout pour critiquer la chanson mais c'est la première fois que je l'écoule et j'ai coupé a 39 secondes. J'espère qu'ils ne pensent pas vraiment gagner avec ça ?! Pourquoi ils demandent pas à… je sais pas moi, Renan Luce, Indila (qui a une super voix), Florent Pagny, Grand Corps Malade, ou même Jennifer… nan parce que là ça va être juste une grosse grosse honte.

  • Et donc sur la mélodie de Papoutai… Grande Crevette a ouvert grands ses yeux… (et ses oreilles aussi) et je suis au regret de m'annoncer… qu'elle a aimé… elle en redemande 🙁

  • Et si on commençait par jouer le jeu en chantant en ANGLAIS (comme tous les autres participants). Déjà hein?
    Parce que bon on est les seuls à arriver avec nos gros sabots et notre patois dans ce concours. Et entre nous, le français, ça fait rêver personne à l'Eurovision. O_o

    Ensuite, on étudiera le problème de la parodie potache et cie. Il parait qu'en anglais, des paroles débiles, ça passe mieux. Reste l'épineux problème du look et peut être qu'on se souciera alors de la mélodie… Tiens, tiens 😉

    Enfin, ce n'est que mon avis. Bisoux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *