J’me fais des cheveux!

Les cheveux, ces petites choses fragiles. Mon drame.
Jusqu’à mes 14/15 ans, j’avais une chevelure de dingue. Une bonne tignasse, noire, longue ou mi-longue selon mes envies. Le rêve. Ils étaient bien un chouïa fins, mais vu leur nombre, ça passait tout à fait. Et puis un jour…
Un jour, sans raison apparente, je me suis mise à les perdre. Pas touffe, par pelletés. Je ne m’en suis pas bien rendue compte à ce moment-là, et puis une jolie tonsure est apparue sur le haut de mon crâne, façon Zidane. J’en avais fait plus ou moins mon affaire, jusqu’à récemment.
Premier vrai choc il y a quelques mois, cet été, où je me suis vue dans une caméra de sécurité. Un vrai CHOC. Un vrai TROU. Sur le haut de mon crâne. En y repensant, j’en ai encore les larmes aux yeux… Rebelote quelques jours avec une seconde caméra de sécurité.
Ce que j’avais enfoui, mis de côté depuis longtemps me saute brusquement au visage et c’est dur.
La calvitie ou bien scientifiquement l’alopécie féminine. C’est encore un vrai tabou comme on n’en fait plus. Il est dur, très dur, pour une femme de s’avouer qu’elle perd ses cheveux, qu’elle a un trou sur le crâne et c’est vrai. Il est facile de s’enfouir la tête dans le sable, mais lorsque la réalité vous rattrape, elle fait vraiment très mal.
Troisième coup de bambou jeudi dernier avec une photo. D’ordinaire, j’échappe aux photos, je déteste ça, mais là, on m’a chopé de dos, rien à faire. Gros coup de blues, de vraie honte, le moral au plus bas, mais il faut à tout prix donner le change et très rapidement qui plus est. Hors de question pour moi de faire la tronche.
Alors le soir, en rentrant, à peine passée le pas de la porte, les larmes se sont mises à couler à gros bouillon. Je ne pensais plus qu’à « ça ». Mon trou, mon crâne, l’absence de ces satanés cheveux que j’aimais tant.
Évidemment, je suis d’abord passée par la case médicale et mes hormones de merde ont été la cause de cette chute sévère, mais malgré les soins, rien n’y fait. Ils ne tombent plus, c’est déjà ça…
Je n’ai déjà pas un physique « facile » avec mon XXL fillette, je porte des lunettes alors si en plus je n’ai plus de cheveux, autant rester cloîtrée chez moi… Voilà pourquoi 95% du temps j’essaie de ne pas y penser, mais en ce moment, avec beaucoup moins de succès. Je rase les murs, je fais attention à la façon dont je me place, ça en devient presque invivable, tant et si bien que l’idée d’une perruque ou d’une chevelure dite complémentaire fait doucement mais sûrement son chemin dans mon esprit.
Quitte à se faire des cheveux, autant aller chercher des solutions!
Franchement, il ne manquait plus que ça au palmarès des merdes de l’année. Bien sûr, ça ne date pas d’hier, mais l’effet boomerang me revient en pleine tête ces derniers temps et je sais pourquoi. Moi qui suis une vraie ourse, qui ne sort pratiquement pas, qui érige un mur entre ma petite personne et les « autres », me voilà « active » dans des soirées, des brunchs et patati et patata.
J’aimerais tellement pouvoir en profiter à 100% sans cette honte latente…
Enfin voilà, si vous avez de beaux cheveux, prenez-en soin ou sinon je pourrais bien m’emparer de ma paire de ciseaux de feu pour vous faire votre fête pendant votre sommeil et coller le tout sur ma caboche. On peut toujours rêver ou plutôt cauchemarder là en l’occurrence ;).
Et vous, faites-vous attention à vos cheveux? Prêtez-vous une attention appuyée à la chevelure des personnes qui vous entoure?
Écrit par
More from Florence

Téléthon 2012 : Oser vaincre, tout simplement

En route pour 2012 Je sais je sais, je vous vois râler...
Lire la suite

6 Commentaires

  • oh ma oauvre bichette ca doit vraiment pas être facile. Il me semble qu'ils font de chouettes perruques maintenant très naturelles, donc ce la peut être une solution 🙂 Ahlalala les hormones! J'ai vu un reportage d'une dame qui avait bcp de soucis ( dûs à son travail de caissière chez intermarché qui se déroulait dans une ambiance pire que détestable)et qui perdait elle aussi ses cheveux par poignées. En tout cas, toi tu ne les perds plus c'est déjà ça! Courage et tkt il existe des solutions 🙂 Bisous!

  • Dis donc, pas facile comme situation, je comprends comme c'est dur à vivre car même quand je n'en perds pas, j'ai toujours l'impression que j'en perds trop et ça me fait flipper… Je n'ai pas ce genre de souci mais il est clair que j'envisagerai tout à fait le port de la perruque si ça me pourrissait la vie. Je te soutiens à 100% dans ta démarche car je sais comme il est important parfois de se sentir bien quand on a déjà des difficultés à assumer son corps… Ne penses-tu pas que c'est aussi du au souci que tu as pu te faire suite à ton avc ? Car je sais que des chocs psychologiques provoquent cette alopécie. Je suis de tout coeur avec toi en tout cas. Courage et bon dimanche quand même.
    PS : Ton côté ourse me ressemble en tous points et je dois dire que je m'en accommode plutôt bien en fait, même si parfois j'aimerais moi aussi pouvoir aller partout sans m'inquiéter du jugement des autres.

  • @Webgirl: en fait, ça date d'un moment, depuis mes 14/15 ans, donc l'AVC n'y est pour rien (pour une fois) 😉
    @les filles : merci merci pour ces petits messages! Des bulles de bisous!!!

  • Je découvre à peine ton blog, et cet article m'a directement interpellé.
    Je perds également énormément mes cheveux, mon mari m'a même fait remarqué que j'avais des trous qui se formaient sous la masse. Et à chaque fois, ça me fout un coup :/
    Donc je suis plus que de tout coeur avec toi !

  • Si je peux me permettre aussi de faire un petit commentaire pour la première fois… c'est vrai que l'on parle rarement des problèmes de chute de cheveux des femmes à part les celles dues à la grossesse, pourtant il y a des solutions si on s'y prend à temps… désolée c'est pas pour te casser le moral au contraire je pense qu'il y a une trop grande pression sur les femmes qui doivent toujours au top et qu'il y a d'autres manières de paraître féminine même si on a pas beaucoup de cheveux : accessoires, bandeaux etc… courage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *