Expo à la Gaîté-Lyrique : Pictoplasma, c’est extra!

Mes petits choux, veuillez m’excuser pour l’interruption momentanée de l’image et du son ces derniers jours, mais il faut trouver le bon rythme avec mon nouveau travail.
Puisque les vacances de fin d’année arrivent à grands pas pour la majorité d’entre vous, pourquoi ne pas prendre une ou plusieurs heures pour vous rendre à la Gaîté-Lyrique au centre de Paris?
Cochon mignon
Une exposition s’y déroule actuellement, jusqu’à la fin du mois, et il faut y aller, tout simplement. Vous êtes assurés d’y passer un court, mais bon moment!
Pictoplasma, puisque c’est d’elle dont il s’agit, est une exposition pas comme les autres. En voici le détail : « La Gaîté lyrique invite le festival berlinois Pictoplasma à explorer les diverse facettes de la scène internationale du character design et de l’art figuratif.
Pictoplasma sélectionne – à chaque édition du festival – des créations innovantes des studios à la pointe de la recherche et de réalisateurs indépendants qui se consacrent à la conception de créatures. Pour la première fois à Paris, Pictoplasma présente une exposition, des conférences, des concerts-performances et des projections
. »
Mur de monstres
Dit comme ça, cela peut paraître un peu vague, alors comment vous en parler concrètement?
Des monstres, partout, des mignons, des très mignons, des moches, des très moches, partout. Il y en a pour tous les goûts! Façon « oeuvre d’art », en peinture que, personnellement, j’adorerais accrocher chez moi, en sculpture de bois, en feutre, en métal, en tissu, en « installation » vidéo… Les possibilités sont énormes!
Globalement, cette exposition nous invite à découvrir des monstres à l’ère « post numérique ». Et oui. La première chose qui frappe d’entrée, c’est le mur de monstres. Immense, gigantesque, les oeuvres sont toutes plus « mignonnes » (dans le bon sens du terme, donc pas cul-cul la praline) les unes que les autres et le visiteur est bien scotché pendant au moins cinq minutes, le temps de tout regarder ou du moins d’essayer.
On enchaîne ensuite avec des peintures, des sculptures et puis boum, deuxième partie de l’exposition : le mur. Un mur entier. Un mur haut et large, complètement recouvert d’avis de recherches de petits monstres, ceux-ci élaborés par les internautes du monde entier. Wahou.
de Emmy Lincoln
de Felt Mistress
de Olla Boku
de Neil Stubbings
de Patricio Oliver
Et puis on enchaîne avec une installation vidéo numérique sur le chaînon manquant, à la recherche du Yéti. Bon là, je vous avoue que je suis restée quelque peu de marbre devant la performance, ce genre de choses ayant plutôt tendance à me passer au-dessus en règle général. Mais la plupart ont apprécié, signe que je n’ai pas forcément bon goût en la matière :).
Les enfants sont, à quant eux, invités à dessiner leur propre monstre.
Ce n’est pas mal du tout, mais je ne sais pas si cette exposition est réellement faite pour les plus petits.
En résumé, j’ai passé, grâce à Céline, un excellent moment, quoique un peu court, mais je ne regrette pas un seul instant d’y être allée. D’ailleurs, si vous ne connaissiez pas la Gaîté-Lyrique, voici un excellent moyen d’y remedier. Pour information et pour les adeptes des gadgets un peu geekouilles sur les bords, la boutique Amusement se situe juste à côté et elle propose des petites choses bien sympathiques!
Qu’en pensez-vous? Est-ce une occasion à ne pas manquer ou est-ce que cet univers ne vous touche pas? Qu’en pensez-vous?

Tags from the story
, ,
Écrit par
More from Florence

Agenda de novembre ou comment ne pas rester dans sa chambre

Quel mois de novembre je me prépare, un vrai marathon! Que d’envies,...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.