Celle qui ne sera jamais enceinte… mais tout va bien, merci !

(Ndlr : voici un petit billet super impudique, donc si vous ne le sentez pas, rd-vs pour la prochaine bafouille bullée !)

kittens

C’est le Printemps dans la blogo ces derniers temps (et chez copines) ! Les heureuses nouvelles pullulent comme des bulles de savon et c’est vraiment super mignon. Il y a plusieurs façons de l’annoncer : les photos, les sourires, les petits bidons… mais ce sont surtout de très belles déclarations qui annoncent un changement de vie radical imminent.

J’ai 33 ans (pas toutes mes dents), célibataire (pour l’instant hein, je ne compte pas le rester toute ma vie) et surtout… sans enfants ! Toute petite déjà, je n’ai jamais vraiment été « attirée » par les hurleurs de mon âge, ça m’ennuyait profondément. Du coup, je passais ma vie avec mes parents et leurs potes. Bien entendu, j’avais des copains et tout et tout, mais bon. Bof quoi. Et puis les enfants pouvant être particulièrement cruels entre eux (ça roule bouboule ?), j’ai vite été vacciné.

Tout ça pour dire que moi et les enfants, ça fait en général deux. Je n’ai pas le mode d’emploi.

J’aime bien aller voir mes copines qui viennent d’avoir leurs bouts de chou et faire des gazouillis avec eux quand ils ne dorment pas. J’aime bien les croquer en photo, j’aime beaucoup caresser leurs joues, c’est tellement doux et chaud. J’aime bien leur acheter des petites choses sympa, c’est mignon tout plein. Mais ça s’arrête là. Je ne suis pas celle qui piquera une miniature sous le manteau pour la ramener chez moi.

J’ai su très tôt, vers 15/16 ans, que physiquement, ça serait une véritable guerre, bien douloureuse, pour avoir un enfant. Et puis je n’en avais pas envie, alors bon. Les années passent, les copines se marient et commencent à avoir des enfants et moi… rien à faire, z’en veux pas ! Je vais très bien, en vous remerciant. Ceci étant, pour être honnête, je n’ai jamais eu de potes qui m’ont ouvertement posé la question. Elles ont du croire pendant un moment que j’étais lesbienne. Mais là encore, non, ce n’est pas le cas.

Et puis un jour, tout s’est accéléré.
J’ai eu un grave souci de santé et du coup, finies les pilules et autre hormone. Ah ça, c’est la tuile. Merdoum. Comment faire avec le bordel que j’avais dans le bidou… Et bien ce que je suggérais depuis de nombreuses années a fini par arriver par la force des choses :  hystérectomie. Plus d’utérus, la question est réglée…

Et bien vous savez quoi ? Je le vis bien.
Je trouve cette envolée d’annonces de grossesses plutôt craquante et je me réjouis sincèrement pour celles qui vont avoir un bébé. Moi, je ne serai jamais enceinte et tout va bien. Je sais qu’un jour, j’aurais peut-être une adoption en vue ou des beaux-enfants, mais je ne me mets aucune pression. Si ça doit arriver, ça arrivera.

Du bébé loutre tout chou !

Je lis ici et là de plus en plus d’articles sur ces femmes qui « osent » avouer (les courageuses) qu’elles ne veulent pas avoir d’enfant. Alleluia ! Que les mentalités évoluent enfin ! Etre une femme ne veut pas systématiquement dire avoir un enfant. A notre époque, c’est une question de choix, de liberté. Et que celles qui sont enceintes se rassurent, on ne vous en veut pas et on est même ravies pour vous, vraiment, j’vous jure (Marie-Thérèse, ne jurez pas !).

Ce billet, je l’ai fait pour moi, mes aussi un peu pour mes amies, pour leur montrer que oui, les années passent, mais je vais bien. La solitude, je la ressens autrement, mais tout va bien. Et puis je suis bien entourée, et c’est bien là l’essentiel.
Bon, ce n’est pas tout ça, mais qui a encore une annonce à faire ?!

Enregistrer

Tags from the story
Écrit par
More from Florence

Avez-vous fait vos rappels de séries TV?

Les vacances d’été se terminant et le cultissime (l’indispensable) Games of Thrones...
Lire la suite

4 Commentaires

  • Bonjour Flo, j’ai lu ton article et je le trouve très intéressant. Je ne veux pas d’enfants et je l’assume complètement mais que c’est pénible d’entendre des gens te dire mais c’est pas possible je vais vous trouver quelqu’un pour faire des enfants avec lui, mais dans quel monde vit on pour qu’on s’occupe de mes affaires. Mais je suis contente que mes amies aient des enfants mais je n’ai pas la fibre maternelle et comme tu dis on ne devient pas femme en ayant des enfants.
    Voilà mon avis sur la question.
    Bonne continuation
    Linda
    satinecouture.e-monsite.com

  • Ce billet fait écho à un article que j'avais publié sur un livre qui m'a fait beaucoup de bien ! On m'a souvent saoulé avec les "Alors, tu fais un enfant quand ? T'inquiète, ça va venir. Tu verras, tu vas changer d'avis. Un enfant, c'est bien. Un enfant te permet de rester jeune. Etc…"

    Et c'est en lisant ce livre que j'ai pris conscience que je n'avais pas à me justifier et que les autres n'avaient pas à me juger sur mon non-envie d'enfant ni à me pousser à en faire un.

    Un déclic ! Puisque depuis cette lecture, je n'ai plus ce malaise, cette culpabilité de ne pas vouloir d'enfant. Et je le vis maintenant très bien…

    Voici le lien si tu veux : http://memorablesoublis.blogspot.fr/2013/02/je-ne-veux-toujours-pas-denfant.html

  • Voilà un beau témoignage. A 18 ans, je ne voulais pas d'enfant… ou alors livré en ayant déjà au moins 3 ans! 😉 Après, je me disais "pas avant 30 ans". Je n'avais pas prévu que je serais célibataire très longtemps. Je n'ai rencontré mon cher Parisien qu'à 31 ans! 😉 Les années ont passé et je me suis dit pourquoi pas. J'avais trouvé le bon papa alors allons-y. Résultat 3 ans de prises de tête, d'angoisses, de stress, une séparation… Et on s'est finalement retrouvé et on s'est dit qu'avoir un enfant n'était pas une si bonne idée. Aujourd'hui je me sens beaucoup mieux et chaque jour me confirme que j'ai (nous avons) fait le bon choix. Et puis, la vie a fait que j'ai une adorable belle-fille avec qui je m'entends bien. ça me va très bien comme ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *