CATS au théâtre Mogador : félinement surprenant !

En avril dernier, je vous parlais déjà de ce « musical » culte de Broadway qui s’apprêtait à poser ses valises dans le célèbre théâtre ès « comédie musicale », Mogador et depuis, mon avis n’a pas changé, à quelques nuances près.

cats-le-musical
La troupe des félins au théâtre Mogador !
Mardi 22 septembre, rendez-vous pour l’une des avant-première de CATS.

Première impression : un décor majestueux qui en met plein la vue. Époustouflant. Il faut savoir qu’il n’y a pas de rideau, la salle donne directement sur la scène et le décor et franchement, ça claque. C’est beau. Évidemment, mon chat noir ne me quittant pas, nous héritons de Catherine & Liliane derrière nous qui vont commenter quasiment chaque scène de la soirée. Grrrrr…

Allez, c’est parti ! L’histoire est donc celle des Jellicle Cats, une bande de chats aux caractères bien trempés qui se retrouvent un soir de bal autour de leur vieux chef Deuteronome pour désigner celui ou celle qui aura l’honneur de rejoindre la Félinosphère.

Cats-les-costumes-dessin

Cats-costumes-dessin

Je m’attendais donc à beaucoup de choses, mais pas forcément à tout ce que nous avons vu.

J’ai délibérément refusé de me documenter sur ce musical pour tout découvrir le soir même et j’ai été un peu surprise. CATS n’est pas vraiment un « musical » classique, avec une vraie histoire en fil rouge et les chants/danses autour. Je résume vite fait bien entendu. Ici, c’est plutôt tout le contraire : de la danse, beaucoup de danse (et quelles chorégraphies !), des performances artistiques, des chants et une histoire somme toute assez ténue, avec peu de « vrais » dialogues. Plutôt que de vraiment suivre cette nuit de bal spéciale pour les Jellicle Cats, ce musical s’attache surtout à « présenter » les chats de la bande. C’est assez déroutant pour être honnête.

Cats-le-musical-décor

Une fois le concept compris, il est tout de même temps d’apprécier ce qui se passe sur scène et c’est là que la magie opère. Les décors sont magistralement bien faits. Pas de changements de décors comme dans la Belle et là Bête ou Le Bal des Vampires, mais juste une scène – celle de la décharge – et des balcons mis aux couleurs de l’ensemble. Très réussi.

Les maquillages des artistes sont bluffants eux-aussi. Grâce à la mise en scène revisitée et modernisée par l’équipe originale, les chats se déplacent dans la salle et on peut apprécier à loisir les costumes et donc le maquillage. Le public participe un peu à sa manière à l’ensemble, même s’il reste très timide !

cats-le-musical-mogador

Quant au casting… Mention très spéciale pour trois chats,  Munkustrap, le chat protecteur de la tribu des Jellicle Cats joué par Cédric Chupin, Rum Tum Tugger joué par Golan (qui a mis le feu à la scène) et Mistoffelees, joué par Axel Alvarez, danseur classique professionnel qui a littéralement subjugué son petit monde. J’ai adoré leur prestation dynamique et généreuse. Franchement, tout le casting est parfait et je jurerais même que les artistes miaulent encore en sortant de scène ! Chacun joue sa partition au poil de chat et s’il y avait encore des petites choses à travailler lors de cette première, nous n’en avons rien vu. Chapeau.

Véritable point fort de Mogador, l’orchestre qui joue en live, dans la fosse. A certains moments, j’avais presque pitié des premiers rangs qui ont dû perdre un peu d’audition à la fin du spectacle, mais franchement, ça en vaut la peine.

En résumé : encore une réussite à venir pour le théâtre Mogador et Stage Entertainment. Avec une mise en scène modernisée, des chorégraphies au goût du jour, des acrobaties et un casting brillant aux puissantes voix donnant des frissons (Minuit – Memory in english – chantée par Grizabella… que c’était beau !), tout est réuni pour que le public soit conquis. Pour ma part, je l’ai été. Surprise et conquise. Alors, qu’attendez-vous pour parler le chat ?

CATS le musical au théâtre Mogador à partir du 1er octobre. 90 représentations exceptionnelles. Billetterie sur le site ou sur Fnac.com, etc.

Un grand grand miaulement de remerciement sincère à Vincent du Théâtre Mogador pour cette invitation privilégiée.

Écrit par
More from Florence

PEPLUM ou le déclin de l’Empire Romain en prime time sur M6

PEPLUM ou PEPLVM, si l’on veut rester dans le ton, est le...
Lire la suite

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.