Si ce soir, on allait se casser la voix au BAM Karaoké Box ?

Je vous le dis tout de go, jusqu’à la semaine dernière, le karaoké… c’était over my dead body ! Le karaoké ? Ringard ! Pour les wannabe chanteurs sous la douche ! Mais encore une fois, ça, c’était avant de découvrir BAM Karaoké Box !

BAM Karaoké Box et l’une de ses salles privatisables

Un choix de chansons de foufous pour une folle du micro.

En pleine semaine, après un début de semaine qui ne restera pas dans les mémoires, j’avais urgemment besoin de me détendre les neurones avec ma bande de potes aussi jetés que moi. Nous voilà rue Richer, à un jet de chewing-gum collé des Folies Bergère, chez Bam Karaoké Box, ouvert depuis avril 2014. D’ailleurs, j’en profite pour vous préciser qu’une autre adresse va ouvrir d’ici le mois de juin dans le Sentier.
Le concept est ultra simple : on privatise une salle selon le nombre de participants et le créneau choisi et zou, on se met dans la peau de Johnny !

L’accueil est charmant, les explications claires.
Pourvus de deux micros, d’une playlist de plus de 9 000 chansons (7 000 anglo-saxons et 2 200 français pour être exacte) et de cordes vocales pas trop déglinguées, moi et mon « crew » nous donnons à fond dans cette salle qui prend des couleurs en un tour de main. Vous avez trop chaud ? Pas de souci, puisque la clim peut être mise sur simple demande.

Une autre salle… celle où nous étions d’ailleurs !

 

Jean-Jacques, je t’aime…

Jean-Jacques, je t’aime… Mais qu’est-ce que tu es difficile à chanter ! Non mais c’est vrai, sous la douche, ça passe, mais avec un micro, en « public », la chanson est différente tout d’un coup !
Fallait nous voir ce mardi soir nous égosiller qui sur du Indochine, qui sur du Aqua (I’m a Barbie Girl), qui sur du Niagara… Place des Grands Hommes de Bruel, Sans contrefaçon de Mylène, Antisocial de Trust, Les Rois du Monde… Chacun en a eu pour ses goûts musicaux, pour finir sur le culte Allumer le feu de Johnny ! C’est bien simple, on s’est éclatés comme des bêtes, on a rigolé tant et plus en tentant de suivre le rythme effréné des paroles qui défilaient sur l’écran.

Le karaoké n’a définitivement plus rien de ringard, c’est même tout le contraire à mon humble avis.
On se lâche, on se fiche du regard des autres (on est entre potes, faut-il le rappeler), on assume ses goûts musicaux de merdouille (ou pas), on se casse la voix en résumé ! Voilà une parenthèse qui fait du bien dans nos quotidiens métro-boulot-dodo et franchement, j’adhère totalement.
La prochaine fois, je penserai juste à prendre mes Strepsils licodaïne pour soigner ma voix. ^_^

Et pour info, si vous avez soif et/ou un petit creux, il est tout à fait possible de commander des cocktails et de manger sur le pouce.

Ah oui, parlons de la douloureuse pour terminer (parce qu’il faut bien) :
Il existe des salles pour 8, 10, 12, 15 personnes et une « big box » pour 20 personnes, à privatiser chacune pour une période de 2 heures. A partir de 10€ par personne. A vous ensuite de choisir votre jour et votre créneau, en fonction des places disponibles bien entendu. La réservation sur le site est ultra simple. En quelques clics, c’est dans le sac.

Et voilà, je crois que j’ai tout dit. Si vous avez des a priori, faites comme moi et laissez-les au vestiaire ! Vous ne le regretterez pas !

Tags from the story
, ,
Écrit par
More from Florence

Nuit magique, Nuit de la Voix avec la Fondation Orange

Oui je suis comme ça, je débute ce billet avec Catherine Lara....
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *