Ma vie en Samsung GS6, 3 mois plus tard

J’étais une iPhone addict, à la vie à la mort. Avant ça, j’étais une Blackberry addict, mais un peu moins accro. Encore avant ça, j’ai dorloté, cajolé mon Nokia 8310. Bref, les smartphones sont (un peu) une extension de moi. Je sais, c’est grave, mais que voulez-vous, s’en rendre compte n’est-il pas le 1er pas vers la guérison ?

bugdroid-samsung-gs6

Donc pendant quelques respectables années, j’étais passée sous pavillon « Pomme » et rien ni personne ne pouvait me faire changer d’avis. Et puis… et puis mon iPhone 5 a commencé à donner des signes de faiblesse et plusieurs blogueuses m’ont vilainement tenté avec leur billet sur le Galaxy S6 de Samsung. Comme un signe n’arrive jamais seul, mon opérateur m’envoie une offre dingue : le GS6 à 89€ + 8€ par mois. Banco. Bugdroid a eu ma peau.

Alors 3 mois plus tard, suis-je toujours aussi convaincue ?

Il y a du pour, beaucoup de pour et du contre. J’ai, dans un premier temps, eu très peur de perdre toutes mes données ou de passer 15h à switcher entre différents logiciels. Que nenni, puisque le passage entre Apple et Android a dû me prendre en tout et pour tout un petit 1/4 d’heure. Bluffant.

Au quotidien, quelques petites choses m’ont obligée à changer mes habitudes et honnêtement, ça me dérange encore un peu. Les notifications sur l’écran de veille de l’iPhone me manque – je suis « obligée » de regarder le GS6 si je veux voir de quoi il s’agit – tout comme les différentes sonneries selon les applis. Que je reçoive un tweet ou un mail, même son et ça, c’est pénible. Du coup, je suis un peu plus « à l’écoute » de mon écran au boulot par exemple.

Sinon, que du positif.

  • La batterie : le Samsung Galaxy S6 a une batterie bien plus performante que l’iPhone et ça, ça me change la vie. Terminée l’époque où je regardais anxieusement le pourcentage baisser, baisser, baisser… Désormais, il m’arrive régulièrement de charger la bête tous les deux jours au lieu de quotidiennement auparavant. La charge est aussi ultra rapide avec la prise dédiée. Classe.
  • L’écran : la taille de l’écran est tellement confortable ! Impossible de revenir en arrière. Et pourtant, je pensais qu’avec mes petites mimines, ce serait trop grand. Mais ça, c’était avant ! Pour vous donner une idée, le smartphone a une taille d’écran comprise entre l’iPhone 6 et le 6 plus. Pas un phablet, mais plus un smartphone classique.
  • La photographie : le point « étrange » pour moi. Si je veux que ma photo ressemble à ce que je vois sur l’écran au niveau de la luminosité, je dois immanquablement passer par l’appli VSCO Cam. Sinon, je suis perplexe. La qualité de l’écran est bluffante, mais la photo ne correspond pas au niveau de la luminosité avec ce qui s’affiche. Frustration garantie, mais bon… Une fois le pli pris avec l’appli, c’est juste parfait.

De manière générale, la prise en main est top.

Il y a donc quelques petites choses qui me chiffonnent et qui me font dire que si mon banquier m’offrait le prochain iPhone, je ne dirais pas non. On est accro à la pomme ou on ne l’est pas ! Mais si je veux être parfaitement honnête, je ne suis vraiment pas mécontente de mon changement de bord. Android ou Apple, peu importe, tant que mes applis chouchous fonctionnent, ce qui est le cas ici. J’aime la taille de l’écran, j’aime sa luminosité, j’aime la simplicité d’utilisation (la fonction retour en arrière m’a séduite et je râle qu’elle ne soit pas présente sur l’iPad, un comble)…

Donc si, un jour, vous souhaitez sauter le pas, n’hésitez pas. Vraiment. Simple et efficace. Il ne reste plus qu’à trouver le bon smartphone sous Android : Samsung, Huawei, Asus, Motorola… Faites votre choix !

Écrit par
More from Florence

L’arabe du futur : la trilogie réussie de Riad Sattouf

A la faveur du pont du 1er novembre et surtout d’un rhume...
Lire la suite

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *