Roland-Garros, tu me casses les pieds!

Le tennis, je n’y comprends rien. Mais alors, rien.
L’année dernière, j’ai fini par entre-apercevoir un début d’explication aux matches à rallonge avec cette histoire d’écart de deux jeux… Mais c’est tout. Je suis un cas perdu pour la science de la baballe jaune.
Hors période Roland-Garrossesque, quel est donc l’intérêt du tennis, à part voir deux mecs/nanas suer sang et eau pour se renvoyer la balle? Ok ok, je suis de mauvaise foi : avec la F1, on tourne en rond, le foot ne me fait non plus sortir de ma torpeur et… et il y en a une longue liste comme ça. Mais bon.
Chaque année, c’est le même cirque.
Invariablement, je décrète d’un ton plus que péremptoire que non, la finale 2003-4-8-10-11 ne passera pas par moi. Non non. Vous pouvez toujours rêver. Et chaque année, je me félicite parce que j’ai réussi mon pari les treize premiers jours. L’élimination de mister Kinder Bueno, de mister poudreuse et des compatriotes français qui, en général, se plantent parce que merde, ils ont gagné un match-ce-n’est-pas-normal? Je passe la main!

Problème : Roland-Garros est un tournoi mixte, donc hommes/femmes, donc il y a deux finales. Vous suivez le raisonnement? Et voilà, je résiste, je grimace, je tourne en rond et puis… et puis flûte tiens, il en est à combien Nadal contre Murray?!
Voilà, j’ai craqué. Quoique.
Cette année, blogs, Facebook et surtout Twitter obligent (ce qui change des années précédentes), je n’ai pas eu besoin de suivre la première demi-finale. Et oui, j’ai pu suivre en quasi direct le match, sans avoir à me fader les cris, commentaires et autres petites choses sympathiques qui font le sel d’une bonne retransmission télévisuelle.
Tiens d’ailleurs, parlons deux secondes des cris.
Sérieusement, avec certaines concurrentes, on se croirait dans un baisodrome une foire d’empoigne! A tel point parfois que les arbitres se sentent obligés de baisser le volume des divas… Hiii Hannn, Hiii Hannn… Et oh poulette! Qu’est-ce que ça doit donner à la maison!… Hum… Je m’égare. Parlons tennis et surtout Roland Garros.

C’est intéressant comme ce tournoi peut éclipser des sujets de fond du type France-Biélorussie, ce soir à 20h45! Youhou! (Je déconne) La France, l’autre pays du tennis? Assurément, au moins quinze jours par an. Mais ce qui nous passionne, nous les françaises, ce sont les tenues des joueuses. D’ailleurs, miss Graine de Sportive en fait un comte-rendu quasi quotidien à la perfection. Elle m’aide donc fort bien à ne pas regarder les matches. Trop forte.
Enfin voilà, tout ça pour dire que je suis une affreuse routinière qui malgré une volonté d’acier finit encore et toujours par se planter le premier week-end de juin devant France Télévisions, en switchant de chaîne quand c’est l’heure du 20H. Il ne manquerait presque que les charentaises. Pathétique.
Et vous? Fan de Nadal, de Federer ou de rien du tout?
Vous faites quoi l’année prochaine? 😉
Écrit par
More from Florence

Sans don, pas d'action! La nouvelle stratégie web de la Croix Rouge française

Chose promise, chose due. Suite à mon billet sur la Quête Nationale...
Lire la suite

4 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.