[Livre] Le mystère Henri Pick

Trop d’écran, besoin de se poser… Hop, le moment était à nouveau idéal pour une plongée dans un livre de poche que je n’ai pas mis longtemps à dévorer : Le Mystère Henri Pick, par David Foenkinos.

Le mystère Henri Pick ou les six degrés de séparation

Commençons par le synopsis : En Bretagne, un bibliothécaire décide de recueillir tous les livres refusés par les éditeurs. Parmi ceux-ci, une jeune éditrice découvre ce qu’elle pense être un chef-d’œuvre, écrit par un certain Henri Pick. Elle part à sa recherche et apprend qu’il est mort deux ans auparavant. Selon sa veuve, il n’a jamais lu un livre ni écrit autre chose que des listes de courses… Aurait-il eu une vie secrète ? Le livre de Mr Pick aura des conséquences étonnantes sur le monde littéraire et va changer le destin de nombreuses personnes.

Le mystère Henri Pick commence de façon somme toute assez classique et monte crescendo au fil des pages. On découvre le fonctionnement des maisons d’édition, le côté parfaitement subjectif d’une sélection d’une œuvre (si on en doutait encore), le branle-bas de combat au moment de la sortie d’un roman… Mais ce n’est évidemment pas tout, puisque ce livre s’attache également de façon très précise et fouillée aux histoires et caractères des protagonistes, directs ou indirects. Le mystère Henri Pick aurait pu parfaitement avoir comme sous-titre « Six degrés de séparation ».

En filigrane se dessine le destin de personnes lambda, coincées dans un quotidien perçu comme ennuyeux ou banal, bouleversé par la découverte d’un simple livre. Qui, au final, en est l’auteur ? Henri Pick ? Vraiment ? Et au-delà de cette question : qui ne s’est pas rêvé, un jour, écrivain ?

Alors, verdict ?

Je n’avais jamais lu, jusqu’ici, de romans de David Foenkinos. J’ai donc découvert un style assez fluide et accessible qui a le mérite d’accrocher le lecteur. Quelques petites choses m’ont fait tiquer, comme des notes de bas de pages complétant la narration pas forcément indispensables, voire superflues, comme s’il fallait obligatoirement ajouter de l’information à un texte qui se suffit déjà à lui-même.

Le mystère Henri Pick est aussi un roman qui s’essouffle légèrement avant de repartir de plus belle à la moitié de l’ouvrage, au risque de s’éparpiller un peu. Pour ma part, je le classe dans la catégorie des parfaites lectures d’été qui se dégustent comme un sorbet, sans forcément laisser un souvenir impérissable. Bref, je vous le conseille si vous êtes à la recherche d’un roman léger sans prise de tête qui vous aérera le cerveau durant vos heures de transport en commun par exemple.

Allez-vous résoudre le mystère Henri Pick ?

Écrit par
More from Florence

Assassin’s creed : du grand art !

Dès la première bande-annonce, j’ai su que j’allais être conquise. Assassin’s creed...
Lire la suite

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.