La Connasse se fait un film

Quand une connasse se fait un film, elle ne le fait pas à moitié ! Quel film !
J’avoue d’emblée que Camille Cottin et les pastilles « Connasse » n’étaient pas forcément ma tasse de thé. D’ailleurs, j’ai dû en voir une ou deux, pas plus. Donc c’est avec une assez grande curiosité que je me suis rendue, en compagnie de mon officiel +1 Louisa (c’est son homme qui est content), à l’avant-première de « Connasse, princesse des cœurs« , le 1er conte de fées entièrement tourné en caméra cachée.

connasse-film

Le synopsis pour commencer :

« Camille, 30 ans, connasse née, se rend compte qu’elle n’a pas la vie qu’elle mérite et décide que le seul destin à sa hauteur est celui d’Altesse Royale.« 

La connasse en mode runway



Entièrement tourné en caméra cachée grâce à une équipe au top, mais aussi à des éléments planqués avec finesse dans un sac spécialement conçu pour l’occasion ou dans un étui à guitare par exemple, ce film est à la fois une prouesse technique à lui tout seul et un monument de drôlerie. Franchement, je n’étais pas la cible idéale, je serais même passée royalement à côté si je n’avais pas été invitée et pourtant, j’ai passé une excellente soirée à me fendre la poire. C’est un signe, croyez-moi.
Donc, pour en revenir à nos moutons, nous suivons le parcours de notre Connasse nationale qui, en fait, ne veut absolument pas bosser comme tout le monde et désire un destin à sa mesure. Sur les conseils avisés d’un guest de choix, elle jettera son dévolu sur le prince Harry d’Angleterre, le petit rouquin.

La connasse en mode guide touristique



Loin d’être un agrégat de petites scènes en caméra cachée, nous avons bien devant les yeux un film très bien structuré, au scénario ficelé et hilarant de bout en bout. Pratiquement chaque scène a le potentiel de devenir culte.

La connasse en guide touristique dans une 2cv (l’une de mes scènes préférées), la connasse chez le notaire, la connasse à Buckingham Palace (à se tordre de rire dans son fauteuil), la connasse qui prend un cours de savoir-vivre à l’anglaise (priceless), la connasse en mode Comtesse de Paris intra-muros, la connasse et le chien… Tout est pensé, conçu et réalisé pour faire rire la salle qui, d’ailleurs, le lui rend bien.

Entendre une salle rire de concert, dans un ensemble presque parfait, c’est assez rare.J’avoue ne pas trop comprendre les critiques des féministes sur le projet « Connasse » en général. Il faut avoir un peu d’humour dans la vie, bordel de shit (ceux qui savent…) ! On est toutes un peu la connasse de quelqu’un, moi la première. Je passe ma vie à râler, à ronchonner. Parfois je pense ou fais des choses qui ne sont pas « politiquement correctes », mais aussi ça, la vie.
J’ai passé une bonne partie du film à me dire « Non mais non elle ne va pas le faire »… et elle le fait ou « Non mais non quand même, elle ne va pas oser »… et elle ose. Évidemment, je ne peux que vous conseiller de rester jusqu’à la toute fin, puisque le bêtisier vous révèle aussi quelques aspects du film.

Inutile d’être une fan de base de Camille Cottin pour foncer voir ce film qui vous colle le smile pendant presque 1h30. Il faut juste passer en mode « humour au 30ème degré » pour apprécier le tout. Il ne faut pas se prendre au sérieux. Cela vous permettra d’apprécier à sa juste valeur le travail accompli par l’équipe du film et celui de Camille Cottin, totalement bluffante.

Enregistrer

Écrit par
More from Florence

Je t’aime ma petite Madeleine ou se souvenir des belles choses

Les Madeleines de Proust. Qui n’en a jamais entendu parler ou même...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *