Invasion féline ou quand les chats prennent le pouvoir

Chaton : petite boule à poils longs ou cours, poussant des mini cris susceptibles de tirer des « Gnii, trop chou, so cute, j’le veux » à toute heure du jour et/ou de la nuit à chaque Bisounours enfoui en chaque être humain. La gente féminine est plus particulièrement touchée par le phénomène.
Les chatons sont partout, où que vous soyez.
Depuis la nuit des temps, les chats, les chatons sont des petites choses fragiles qui provoquent en nous un incroyable besoin de câlins et de douceur. Même les plus durs se « chamallow-tisent » (hum) à leur contact. C’est fou.
Un jour, les Lolcats sont apparus. Qui a osé? Qui a créé cette épidémie?
Koitaisse un Laulekatte? Pour une définition pompeuse, go to Wikipedia. Pour faire simple, ce sont des images de chats grimaçants avec une légende dite humoristique. On en trouve à peu près partout. Personnellement, je n’étais pas trop accrochée par ces images, mais l’évolution 2.0 allait bientôt tout bouleverser!
Des vidéos!
L’une d’entre elles a fait le tour du monde. « Surprised Kitty » est le prototype même de la vidéo trop mignonne qui fait décrocher un sourire au plus endurci des bikers! Bref, tout le monde l’a vu.
Outre les vidéos, il existe aussi des sites ad hoc (Le Chat et la Souris ou l’indispensable Simon’s Cat par exemple), des pages Facebook et des bloggueuses (ici et ) qui succombent elles aussi à la tentation (et moi aussi par la même occasion).
Alors je me pose la question : quel est l’élément déclencheur d’une telle passion, d’un tel engouement pour de simples vidéos de chatons fripons (je fais une rechute mignonnesque là…)? Notre société s’est-elle endurcie à ce point qu’il devient quasiment obligatoire de se lâcher un peu avec des bébés z’animaux? Les chatons, écureuils, chiots, etc. sont-ils devenus notre « soupape de sécurité »?
Autre hypothèse, qui peut tout à fait compléter la première : ayant subis la Crise (qui fait krkr tellement elle fait peur), la crise de la vingtaine/trentaine/quarantaine (alias le démon de la vingtaine…), nous devions trouver un moyen de retomber en enfance sans pour autant retourner dans notre chambre d’ado. Est-ce chose faite? Je pense que oui.
Les chats sont tellement « à la mode » qu’ils en deviennent même des objets de communication, avec plus ou moins de bonheur, voire carrément de malheur avec cette grande plantade (ou réussite d’un pur point de vue buzz?) de la marque Veet et son « Minou tout doux ». Il y avait évidemment plusieurs niveaux de lecture (sans blague?!), mais une fois encore, des marketeux de tous poils (ah aha ah) ont compté sur la puissance du miaou pour déchirer sa mémé. La pauvre, elle s’est retournée dans sa tombe.
L’utilisation du chat et des animaux craquants n’en est encore qu’à ces débuts. Pour le moment, la com’ ne s’en est pas (encore) trop emparée, mais ça ne saurait tarder. Nous lolerons du cat jusqu’à la lie. En même temps, ce n’est pas moi qui vais me plaindre, je suis bien la première à gagatiser devant des petites choses à poils. Je les veux tous!
Et vous, êtes-vous sensible à ces bestioles ou vous en foutez-vous comme de votre premier bib’?
Tags from the story
,
Écrit par
More from Florence

Idun Minerals, Emani : quand les cosmétiques se mettent au naturel « de qualité »

J’ai longtemps été sceptique sur les cosmétiques naturels (qui regroupent pour moi...
Lire la suite

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *