Habille-toi comme un sac…

Vous êtes tous plus ou moins au courant, je suis grosse. Voilà, une grosse bien grosse, pas ronde, mais grosse et j’en ai ras-le-bol. Ras-le-bol de tout. Ras-le-bol de prendre trois kilos de pur stress en une semaine et de tout reperdre le week-end, dans un cercle infini.
Ras-le-bol de grossir parce que je suis stressée, parce que je suis triste, parce que j’ai le moral dans les chaussettes. Ras-le-bol de ne pas pouvoir m’habiller comme je le souhaiterai. Parce que non, je ne trouve pas du tout mon bonheur sur des sites comme Asos Curve, Onestepplus, Taillissime, etc. Non, je ne trouve pas.

Je viens de m’acheter une veste et une tunique sur Asos. Magnifiques, sauf que. Sauf que j’ai un bide qui fait concurrence au plus averti des buveurs de bière. J’ai des hanches et des fesses, que dis-je, un cul, je ne vous en parle même pas. Je suis grosse et mal fichue.
Et non, je n’apprécie pas d’être enroulée comme un jambon bien gras dans du cellophane, donc dans du stretch. C’est moche et je le suis bien assez comme ça. Du coup, étant taillée comme un blob, ma veste est trop grande en haut et limite en bas. Ne parlons même pas de la jolie tunique pour laquelle j’avais eu le coup de coeur. La goutte d’eau…

Je n’ai jamais été aussi opulente de ma vie. Mon grand-père que je n’ai jamais connu aurait dit « copieuse ». C’est joli, mais je suis mal dans ma peau, mal dans ma tête et pourtant, je me fais violence pour sortir et voir des gens, ça relèverait presque d’une torture volontaire.
C’est rigolo, parce que cette semaine paraîtra un billet sur le FitBit, une sorte de coach électronique. Comme quoi…

Ah oui, y’à qu’à. Y’à qu’à faire du sport, mais quand on atteint mon volume, il est plus que difficile de se rendre dans une salle où les testotéronés de base se bisoutent le biceps tellement ils en sont fiers. Le regard des autres est trop dur.
Alors non, je ne suis pas atteinte de boulimie, je ne passe pas mon temps à manger. Je suis gourmande par contre, ça, je ne peux le nier et ce ne serait pas honnête de ma part. Mais je sais le gérer. Si je cède à un burger le midi, c’est salade/fruits le soir. Je ne suis pas inconsciente.

Pas inconsciente, mais sapée comme un sac.
Un sempiternel pantalon noir en plusieurs exemplaires parce qu’il est le seul dans lequel je me sens bien et parce qu’il ne me colle pas. Des hauts que je mets souvent, faute de pouvoir varier les plaisirs. Je bave devant les vitrines des magasins, même ceux des grandes chaînes. J’aimerais avoir le choix. Un vrai choix. J’aimerais porter une robe, c’est une lubie en ce moment, une jolie robe, mais je n’ose pas.

Je ne suis pas une Beth Ditto qui s’assume, loin de là. Je suis une fille qui se cache, qui en a honte et qui, parfois, s’énerve parce qu’elle n’en peut simplement plus. Demain est un autre jour, demain, ça ira beaucoup mieux.

Écrit par
More from Florence

La Connasse se fait un film

Quand une connasse se fait un film, elle ne le fait pas...
Lire la suite

13 Commentaires

  • c'est vrai que ça ne doit pas etre facile, dans une culture qui stigmatise au premier bourrelet meme les moins grasses… je ne sais que te conseiller, mais ce cri du coeur te fait déjà surement du bien, et j'espère qu'il t'appaisera un peu. Dans tous les cas, ta démarche de sortir malgré tes copmplexes est la bonne, tu n'aurais rien à gagner à te désocialiser, au contraire! Bon courage, en espérant que tu retrouvera strès vite confiance en toi. bises

  • C'est tellement triste de te lire, aujourd'hui. 🙁

    Le regard des autres devrait être si insignifiant et il prend, pourtant, une telle place, c'est dingue. Non, parce que, franchement, rationnellement, on est tous d'accord pour dire qu'on s'en fiche, tout ça. Mais, au fond, on ne le ressent pas comme ça.

    Dans ma ville, j'ai la chance d'avoir trouvé UN magasin, avec des fringues qui me vont. Mais, UN magasin, hein. Pas deux. Faut pas déconner. Parce que dans les autres enseignes "grandes tailles", on estime que si t'es gros, t'aimes forcément mettre des trucs bizarres et sans forme que personne d'autre ne porte dans la vraie vie, avec des couleurs flashy pour bien pas passer inaperçu… :-s

    Cela dit, depuis peu, j'ai renoué un peu avec mon corps et avec moi-même, grâce à deux médecins qui ont publié des livres qui m'ont fait du bien : Zermati et Apfeldorfer. Et depuis que j'applique leurs conseils, (ou que j'essaie, du moins), je n'ai plus grossi. Oh, je n'ai pas perdu de poids, mais je me suis réconciliée avec mes assiettes et c'est déjà pas si mal ! 🙂

  • ma petite caille… d'abord tu n'es pas monstrueuse comme tu le penses mais ce qu'on pense de soi est le plus important n'est ce pas? 😉 j'en sais quelque chose moi qui bataille depuis une vie avec mes 10 /15 kilos en trop et qu'a 37 ans, je voue une haine passionnelle pour tout ce qui comporte le mot régime… je ne peux que te conseiller de faire la paix avec toi. Apfeldorfer et Zermati ont une approche plus "saine" et moins détraumatisante de l'alimentation et de l'acceptation de soi… le chemin est looooooooong… une vie parfois. mais C dur. Surtout avec nos métiers basés sur l'apparence etc. on n'est pas aidés. Quoiqu'on dise, l'étiquette est là. Sois gentille avec toi tu le mérites 😉

  • Et bien je peux t'assurer que dans les salles de sport il n'y a pas que des bimbos et des kékés.
    Tu ne te doutes certainement pas du soutien que tu peux y trouver.
    Le regard méprisant est plus dans la rue.

    • Bonsoir Heidi.
      J'ai testé et (dés)approuvé, c'est pour ça que j'en parle. Dans la salle près de chez moi, c'est caricatures à gogo, donc difficilement gérable malheureusement…

  • Juste un free hug en passant car je reconnais mon état d'esprit d'hier. Et puis aussi le demain ça ira mieux, et le sac, et… Tout quoi ! Pardonne moi si je suis déplacée, mais c'est juste qu'un sourire en passant des fois me ferait du bien, même d'un inconnu. Aussi, je te l'offre, malgré la bienséance (qui m'ennuie quelques fois).

  • je suis exactement dans la même situation que toi, je n'en peux plus… je suis une "fausse grosse" , on me dirait juste avec quelques kilos en trop, mais quand ces kilos en trop se chiffrent à 24, je suis mal, très mal dans ma peau… je te comprends tout a fait quand tu dis ne pas vouloir aller en salle de sport, j'en crève d'envie mais je ne serais que "la petite grosse qui croit que d'aller ramer 1h par semaine ça la fera maigrir"… exit aussi les cours de Zumba et autres danses, je ne supporte pas d'être devant un miroir, qui plus est en jogging avec d'autres femmes qui jugent forcément…
    bref, je suis de tout coeur avec toi…

  • J'ai comme toi quelques kilos en trop (environ une dizaine), j'ai été longtemps complexée, mais grâce aux salles de sport, j'ai renoué avec mon corps.

    Etre nue dans les vestiaires au milieu de toutes ces femmes décomplexe énormément. Je pense que je serai toujours ronde car j'ai un souci de thyroïde, mais avant de me blesser, je ne savais même pas ce qu'était la cellulite. Je l'ai malheureusement découvert pendant ma trop longue rééducation.

    Le sport fait tellement de bien, te dope tellement que tu oublies vite les regards des autres et même si tu ne perds pas sur la balance, tu perds en volume. Depuis que j'ai repris le sport (yoga et surf) j'ai perdu une taille de vêtements sans changer mon régime alimentaire alors que je n'ai pas perdu un gramme sur la balance, la graisse a juste été remplacée par du muscle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.