[Lecture d’été] En voiture Simone !

En ce moment, j’ai des envies de lectures dites « légères », pas prises de tête. L’approche de l’été, sans doute. Alors après quelques recherches archéologiques dans ma bibliothèque, je suis tombée sur En voiture Simone ! d’Aurélie Valognes et en une journée, l’affaire était pliée : un bon signe en ce qui me concerne.

En voiture Simone ! : un livre parfait à déguster sans modération

Initialement publié aux éditions Michel Lafon sous le titre « Nos adorables belles-filles », ce petit bouquin de 246 pages est basé sur une histoire de famille comme on en connaît tant : le père, ronchon comme il faut et peu conscient des choses, la mère en pleine remise en question et surtout, surtout… les belles-filles, les « pièces rapportées » flanquées de leur copain/mari, alias fils des parents évidemment.

Prenez tous ces ingrédients et assaisonnez-les d’une très belle pointe d’humour et vous obtiendrez une jolie comédie familiale qui passerait fort bien au cinéma.

Des belles-filles qui pourraient être vous comme moi

Stéphanie, la mère-poule angoissée et un brin rigide, Laura, la végétarienne presque inflexible et la petite nouvelle Jeanne forment à elles-seules le socle de ce livre. Chacune a ses qualités et beaucoup de défauts, mais on ne peut s’empêcher d’être pleine d’empathie à leur égard. J’ai eu très très envie de secouer beau-papa, comme les fistons d’ailleurs. Quant à la mère, elle est – évidemment – indispensable à l’ensemble, comme un ciment. Le tout se passe dans une charmante maison de famille normande.

Bref, j’ai bien accroché à cette petite lecture légère, pas niaise, assez bien écrite et qui parlera à pas mal d’entre nous je pense. Bien entendu, il ne s’agit pas d’une œuvre très profonde, mais bien d’une lecture idéale pour la plage cet été. Et rien que pour ça, je vous le recommande fortement !

A vous les studios !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Écrit par
More from Florence

Celle qui reprenait le chemin des écoliers.

Cinq mois. Voilà cinq mois que j’étais en « congé sabbatique ». J’étais, puisque...
Lire la suite

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *