En attendant 2015… un bilan, des résolutions et des gifs !

En cette fin d’année qui a filé plus vite que l’éclair (ne dites pas le contraire, vous l’aviez vu venir vous, qu’on était déjà le 23 décembre ?), je respecte la blogo tradition de faire le point sur ce qui s’est passé et mes souhaits, mes rêves pour l’année prochaine. On va bien se marrer, parce que plus les années passent, plus je deviens pragmatique et terre à terre.
Cette semaine, notre Madame Parle nationale nous a proposé de répondre à quelques petites questions qui vont m’obligent un peu à regarder vers le passé pour mieux appréhender mon avenir et franchement, c’est assez intéressant.
Allez, c’est parti : 
Quel est ton prénom ? [Question suivie de…] Quel est le nom de ton blog ? Pourquoi l’as-tu choisi ?
Yolanda. Nan j’déconne. Mon blog, Bulles de Flo, appartient à une certaine Florence, 33 ans et toutes ses dents ! Elle parle d’elle à la 3ème personne du singulier, signe flagrant qu’elle a un grain dans sa tête. Sinon, pourquoi avoir choisi Bulles de Flo comme titre de blog ? Vaste question que je ne me suis pas posée plus que ça en fait, c’est venu assez « naturellement ». 
Je crois que j’ai toujours aimé les bulles en général, de savon, de champagne qui pétillent et comme je suis une vilaine râleuse, j’ai voulu insuffler à ce bébé blog un côté… pétillant piquant ! 
Pourquoi ai-je ouvert un blog, qu’est-ce qui m’en a donné l’envie ?
Le tout premier billet date du 9 juillet 2010 et relate ma superbe expérience à l’hôpital Bichat suite à mon AVC. Bref. Je crois que je me suis vite aperçue que l’écriture m’aidait pour ma rééducation, aussi bien physique (merci l’iPhone pour la « réactivation » de ma main droite), que morale. Mais c’est vrai, c’est une bonne question. Pourquoi, à un moment donné, je me suis officiellement jetée à l’eau ? Je ne m’en souviens même plus, c’est étrange. 
Quels seraient les mots qui décriraient le mieux mon univers ?
Mmmm… Difficile à dire, ce serait plutôt à mes lecteurs de me le dire. J’essaie de proposer quelque chose de relativement léger, « pétillant » justement et qui ne ressemble (pas trop) à ce que fait la blogosphère. Sur ce point, je me rends compte que lentement, mais sûrement, j’ai dévié de ma route qui consistait à proposer des coups de coeur et coups de gueule pour quelque chose de plus consensuel. Ce n’est pas forcément une bonne chose d’ailleurs.
Mon dernier sourire ?
Ce matin en lisant des tweets de blogo keupines, hier en lisant un billet hilarant de Ginie, ce matin encore en voyant mon chat piquer ma place sans que j’ai eu le temps de dire ouf… J’ai le rire assez facile en fait.
Quelle chanson fait office de pépite de bonheur ?
Impossible de répondre à cette question, j’en ai tellement. Les Bee Gees, Queen, « Barbie Girl » d’Aqua (oui parfaitement), Libérée Délivréeeeee… Je suis certaine qu’en lisant les proses des autres participantes, je vais dire « Mais oui, mais c’est bien sûr ! », mais là… je sèche !
Peux-tu me raconter une situation où tu as été libre et heureuse ?
Libre et heureuse, les deux ensembles ? Je ne sais pas… peut-être en colo de vacances à Kerjouanno près de Vannes… une période qui ne m’a laissé que d’excellents souvenirs. Quelque chose de plus récent ? En fait non, ce n’est pas une sensation que j’ai ressenti récemment ou que je me souviens avoir ressenti. C’est certainement dommage d’ailleurs.
Si demain je n’avais plus d’obligation avec enfant, conjoint, maman/chat, que ferais-je ?
Je déménagerais, pas si loin d’où j’habite actuellement d’ailleurs. Je prendrai le large un week-end, en restant proche de Paris puis petit à petit, de plus en plus loin. J’irais parfois seule au ciné le soir en sortant du boulot (ce que je pourrais parfaitement faire dès à présent d’ailleurs, je n’y pense pas tout simplement pas, c’est bêta). Je prendrais des cours de cuisine et j’essaierais de pâtisser tout pleins de trucs (ce que je pourrais aussi faire, mais actuellement, la flemme prend le dessus).
Je me prendrais un peu plus en charge je pense, par la force des choses.
Me suis-je oublié ces dernières années ?
Clairement. J’ai été malade, je le suis toujours, j’ai déprimée, j’ai pleuré, j’ai chouiné. J’ai beaucoup grossi, merci une fois encore à la déprime et à cette superbe hormone du stress, le cortisol, qui empêche toute velléité de descente de manière assez ferme (et définitive). J’ai été heureuse aussi et depuis, je suis plutôt en mode « veille ». Je vais me réveiller un jour, c’est évident.
Que sais-tu faire le mieux ?
Râler ? Jurer ? Vociférer ? Livetweeter ? Me marrer ? Faire claquer ma CB ? Ecrire peut-être ? Joker.
Prends trois résolutions bienveillantes à ton égard :
Mouahaaaaa les résolutions de nouvelle année, cette blague. Bon ok, soyons sérieuse quinze secondes : 1°) prendre des cours de danse de salon, non pas pour participer à DALS, mais juste pour une question de confiance en moi et de maintien (et de plaisir aussi). Je trouve qu’il est essentiel de savoir danser au moins la valse et maîtriser deux ou trois autres pas de danse.
2°) m’essayer au dessin, parce que je suis une buse, mais ce n’est pas l’envie qui me manque. Qui sait, peut-être ai-je un talent (bien bien) caché ? On peut rêver, non ?
et 3°) m’octroyer un moment « douceur/bien-être » une fois tous les deux mois, commençons de manière raisonnable. Un petit massage, un petit chouchoutage… rien de bien délirant, mais quelque chose rien que me, myself and I.
Vais-je tenir ces bonnes résolutions ?
Evid’of course !

Tu te sens comment après cette « interview » ?
C’est assez paradoxal en fait. Mi-figue, mi-raisin. Pleine d’espoir devant les portes qui s’ouvrent devant moi et triste de constater à quel point j’ai bouffé mes jeunes années pour rien. Mais je suis ravie d’avoir eu l’occasion de me poser un peu pour voir le chemin qu’il reste à faire.

Je vous laisse, je dois prendre des forces pour la nouvelle année qui s’annonce fort intéressante et chargée en challenge de toutes sortes !
Écrit par
More from Florence

Les Heures Heureuses de Paris

« Paris vaut mieux qu’une poignée de cacahuètes ! » Voilà comment débute le...
Lire la suite

4 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *