Exposition : Dans ma peau au Musée de l’Homme

Le saviez-vous ? La peau est le plus étendu de nos organes avec une surface entre 1,5 m2 entre 2 m2 et un poids entre 3 et 5 kilos, rien que ça ! Si le sujet vous intrigue, je vous conseille donc de vous rendre au Musée de l’Homme (Trocadéro) qui propose, jusqu’au 3 juin, l’exposition Dans ma peau.

Que se cache-t-il dans ma peau ?

Vous connaissez certainement le derme et l’hypoderme. Mais que se passe-t-il au-delà ? L’exposition Dans ma peau invite le visiteur à découvrir ce qui se cache sous la surface, grâce à des expériences sensorielles, des projections vidéos et un parcours immersif où vous serez amenés à soigner un grand brûlé.

Dans un parcours pédagogique, le visiteur pourra découvrir de façon précise sa tonalité de peau, grâce au nuancier L’Oréal (partenaire de l’exposition), les cellules qui entrent en jeu lors du toucher et des différentes sensations associées (le vent ou bien encore le changement de température sur la peau) ou bien encore le microcosme qui habite cet organe vital.

Pour aller encore plus loin, l’exposition propose trois scénarios de recherche médicale sur la peau, que ce soit au niveau de la repousse ou de la mesure des UVA et UVB par exemple. Didactique et simple d’accès pour les petits, comme pour les grands. N’oublions pas le petit corner – toujours dédiée à la recherche médicale – qui s’intéresse aux progrès de la science en matière de création de « vraie » peau en laboratoire, que ce soit pour les maladies rares ou les grand brûlés.

Ma peau, je l’aime, j’en prends soin

Avec mon syndrome d’Ehlers-Danlos, j’ai un souci de collagène (pour faire très très simple). Il faut savoir que le collagène ne concerne pas cette super molécule que l’on retrouve dans toutes les crèmes de beauté. En effet, nous avons tous et toutes du collagène partout dans notre corps, dans nos organes et donc, dans notre peau. Conséquence : j’ai une peau dite atopique dont je dois prendre grand soin à coups de gommages quand j’y pense et de crèmes super hydratantes.

Tout ça pour dire que cette exposition est intéressante à plus d’un titre, la peau faisant le lien entre le corps et l’esprit. Quand ça ne va pas, il est fort à parier que votre peau vous le fera comprendre. On peut la nourrir pour l’embellir, la caresser, la toucher pour la détendre et l’aider à vieillir du mieux que l’on peut, grâce aux crèmes de jour avec indice de protection, sans oublier les vraies crèmes solaires l’été ou simplement par temps ensoleillé (gare aussi aux nuages qui peuvent cacher un soleil… mordant).

Pour terminer, n’hésitez pas à lire l’article complet de Libération sur le sujet. Côté tarifs, comptez 12€/adulte – 9€ en tarif réduit – pour l’exposition et l’accès aux collections permanentes de la Galerie de l’Homme.

Tags from the story
,
Écrit par
More from Florence

Autocensure

L’autocensure. J’ai tendance à croire, parfois, que je suis passée maître dans...
Lire la suite

7 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.