C’est toi le chat ! de Laura Trompette

Il y a des découvertes qui font toujours plaisir et là, j’en ai une bien jolie pour vous. C’est au détour d’un tweet de Laura Trompette – que je suis depuis un bail désormais – que j’ai eu connaissance de son roman estival C’est toi le chat. Sélectionné par Télé Star, il a conquis le coeur de plusieurs milliers de lecteurs.

Tentative désespérée de prendre une photo « potable » en présence du félin ^_^

« C’est toi le chat » : un poilu qui me parle

Bon, minute honnêteté : quand j’ai vu le bandeau « Le best-seller Télé Star de l’été », je me suis dit que ça sentait la bluette légère sans consistance. Au suivant. Et puis j’ai lu la 4ème de couverture. Quelques jours plus tard, le roman était dans ma boîte aux lettres.

L’histoire en quelques mots :

Depuis la mort subite de sa femme trois ans plus tôt, Paul, chef cuisinier, élève seul sa fille de sept ans. Le quotidien n’est pas toujours facile et Paul remarque que sa fille souffre encore beaucoup de ce décès brutal. Lorsqu’il croise un chat abandonné, il décide de l’offrir à Louise afin d’améliorer son bien-être. L’animal a également des souffrances à soigner.

Un roman qui se dévore comme du bon pain

Dès la première page, je suis tombée sous le charme du poilu, un chat doté qui comprend les humains et doté d’un certain sens de la survie. Le poisson était ferré. Très vite, le poilu m’emmène, me tient par la patte et je découvre son vétérinaire Saxo, mais aussi et surtout Paul et sa petite Louise. Vous l’aurez vite compris, le destin de ces trois là va se croiser pour le meilleur et quelques dos d’âne habilement négociés.

C’est toi le chat est un roman estival en effet, qui se dévore en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Estival, car léger, sans prise de tête mais mais mais… pas stupide non plus, loin de là ! Franchement, en plein mois d’octobre, j’ai été plus que conquise par ce livre qui m’a changé les idées en 370 pages.

Très bien écrit, dans un style ni pompeux, ni trop « parlé » comme c’est la tendance ces derniers temps, j’ai pris un réel plaisir à suivre en alternance les pérégrinations du Poilu et de sa nouvelle famille dont la vie n’est pas un long fleuve tranquille. C’est aussi ça, la spécificité de ce livre, car il parle de thématiques profondes comme l’abandon, le deuil, la différence et son acceptation, la « résilience » mais aussi l’amitié et l’amour. Rien de gnangnan, pas de psychanalyse à deux francs six sous (expression de jeune), mais bien un traitement actuel de sujets qui touchent tout le monde. Ce n’est pas un livre « félin », mais bien l’histoire de plusieurs vies qui se télescopent.

Whisper, Sacré(e) de Birmanie de son état et qui me comprend, j’en suis sûre

Tout le monde veut devenir un cat

Vous l’aurez compris, je vous recommande chaudement cette petite pépite, disponible en version brochée à 14,90€, qui prolongera vos vacances en mode « été indien », ne serait-ce parce qu’après sa lecture, vous parlerez différemment à votre chat. Oui, c’est un fait, j’imagine très nettement mon chat comprendre tout ce que je lui dit… Et il y aurait de quoi se marrer !

Écrit par
More from Florence

La Poste ou le syndrome du pigeon (voyageur)

Ce matin, j’ai cru avoir la berlue. Mais non. J’ai bien vu,...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *