Ce qui ne me tue pas…

« Mercredi 30 juin, 7h30. Je prends mon petit-déjeuner comme tous les matins. Light celui-ci, car je dois assister à un rendez-vous journaliste au Café de la Paix. Ça tombe bien, je n’y suis jamais allée et le petit-déjeuner a bonne réputation. Bien sûr, je râle un peu, il est tôt et j’ai passé une nuit somme toute assez moyenne (merci le chat, la chaleur, etc.).
J’ai soif, je prends mon jus de pomme à ma gauche. Quelque chose cloche. Mon bras droit ne répond pas comme il le devrait. Il s’affaisse. Ok, je me suis encore coincée le nerf de l’épaule, j’avais que ça à faire bien entendu. Mais je ne sais pas pourquoi, je ne suis pas tranquille. Pas le temps de souffler, ma jambe se met à l’unisson. J’ai compris. Je fonds en larmes de peur.« 
C’est par ces mots que j’ai commencé mon tout premier billet sur ce blog.
Il y a un an jour pour jour, le 30 juin 2009, je faisais un AVC – Accident Vasculaire Cérébral pour les non initiés. Une année. Long et en même temps tellement, tellement rapide.
Une année d’emmerdes (passez-moi l’expression), d’intense fatigue, de kiné pour récupérer mon côté droit… Une année perdue à ne pas travailler, à tourner en rond, à maudire les médecins, à refuser des examens (gaz du sang entre autres…), à me faire opérer, à récupérer… Une année à ne pas imprimer dans ma tête ce qui m’est arrivé. J’occulte la gravité de la chose. Il y a toujours pire ailleurs.
Mais cette année a été aussi l’occasion de m’investir dans ce blog, de faire de nouvelles connaissances via Twitter, de sortir un peu quand j’ai la force et l’occasion. Tout n’est pas négatif, loin de là.
J’ai l’impression que le temps s’est arrêté et d’avoir vécu mille choses. « On » a enfin mis un nom sur ce que j’avais : le syndrome d’Ehler-Danlos. Et subitement, tout s’éclaire. On me prend moins pour une hypocondriaque tout d’un coup. Moi qui fuyais le corps médical, j’ai appris à faire confiance, seulement en deux médecins, mais c’est un grand pas.
La roue tourne, tourne…
J’ai hâte de mettre un point final à tout ça. J’ai hâte de me faire opérer une dernière fois pour enfin, passer à autre chose. J’ai hâte de ne plus compter les jours qui passent depuis « The Big One ». J’ai hâte de revivre pleinement. J’ai hâte.
Enfin voilà.
Je tenais à partager avec vous ce petit moment tellement important pour moi. Le mot de la fin sera simple : Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort
Tags from the story
, , ,
Écrit par
More from Florence

Blog it yourself ! La bible pour développer son blog.

Pourquoi ouvrir un blog ? Comment ? Avec quels outils ? Comment...
Lire la suite

8 Commentaires

  • oulah ma pauvre! C'est pas rigolo, pour reprendre mon expression que je dis quand je suis malade et qui fait rire tout le monde… vivement que tu sois libérée de tout ça, et que tu oublies meme les anniversaires de cette date! bises!

  • très émouvant, pas dans le sens larmoyant, dans le sens "wow, ah ouais quand même".
    j'ignorais ce qui t'était arrivé, ayant pris ton blog en cours de route et n'étant pas très fouineuse.
    je suis admirative.certains auraient choisi le lacher-prise, toi tu t'es battue.

  • Félicitations pour ton courage et ta force de vaincre! Lorsqu'on vit un moment douloureux en santé on ne se le dit jamais assez, on pense que c'est normal ! Ben non, certaines gens laissent tomber… Alors bravo à toi pour t'être battu contre un corps médical parfois cru et dur, et d'être là aujourd'hui plus forte que jamais !
    Je comprends fort bien ces sensations ayant vécu un accident de la route et ayant mis en place un place un blog parce que j'ai rencontré des personnes formidables que je n'aurais peut-être jamais rencontré sans celui-ci… Je te souhaite le meilleur et encore bravo à toi 😀

  • Au moins tu as eu le courage de te battre et de ne pas donner raison aux mauvaises langues.

    La maladie touche tout le monde, au quotidien, lorsqu'il s'agit d'un people cela fait la une dans les médias alors qu'il a y tant de personnes qui sont atteintes par la maladie et qui ne peuvent compter que sur elle-même au mieux avec leur proche et ami(e)s.

  • Billet assez dur et émouvant mais à la fois optimiste, je t'avoue que tu m'as faite (un peu) pleurer… J'espère que ton opération se rapproche et que tu es confiante, mais surtout que tu seras enfin tranquille après tout ça. Plein de courage et d'ondes positives. Tu es une des jolies rencontres que j'ai fait sur Twitter, j'espère que c'est réciproque. Bisous.

  • Je ne connais pas les premiers billets de ton blog, je ne connaissais donc pas cette genèse.
    Ca a dû être assez horrible comme année et paniquant… Mais cette petite note d'espoir et rafraichissante à la fin est très agréable à lire 🙂 Que la vie reprenne son cours et que tu sois libérée de tout ça, je te le souhaite, sans griller les étapes 😉 La patience ce n'est pas facile !
    Mais comme tu dis, ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort (un de mes crédos) et à tout malheur, on réalise tôt ou tard, que quelque chose de positif a pu être retiré!
    Comme tu le dis, la roue tourne 😉
    Tu fais aussi partie des jolies rencontres sur twitter même si relativement récente, et peut être irl one day puisqu'on est toutes deux parisiennes 😉
    je te souhaite encore plein de courage pour la suite!
    Des Bises!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.