32 ans et presque toutes mes dents !

Et voilà, depuis jeudi, une année de plus au compteur !
Je passe régulièrement le contrôle technique, de justesse, mais ça passe. A l’Argus, je ne dois pas valoir une fortune, mais je ne suis pas encore bonne pour la casse 😉
Comment ?! Elle se compare à une voiture ?
Humour humour voyons ! Si, à 32 ans, je n’ai pas assez de recul pour rire de moi et de mes soucis, alors je suis bonne pour m’enfermer dans ma grotte et ne plus jamais en sortir. Par contre, un anniversaire est toujours une bonne occasion de jeter un coup d’oeil en arrière et de voir ce qui nous attend, en bien et en moins bien.
Alors, que vois-je dans mon rétroviseur ?
Je vois, je vois… Telle une Mme Irma en carton, je vois d’abord tout ce que j’ai raté évidemment. Mon adolescence, des sorties, des occasions ratés, des actes manqués… Des remords, des regrets, j’en ai une bassine pleine qui déborde.
Je n’ai jamais été d’une nature débordante adorant passer mes soirées en boîte ou en soirée. En fait, je déteste les boîtes de nuit. Aimer être collée à des inconnu(e)s jusqu’à l’aube, perdant au passage mon audition à chaque sortie me laisse perplexe. Quant aux soirées, je commence tout juste à m’y faire, à me botter les fesses pour devenir de plus en plus « sociable » et moins timide. Parce que ce n’est pas que je ne veux pas, c’est que je n’ose pas. Et cette timidité a vraiment joué sur ces années qui auraient pu être une mine de souvenirs heureux.
J’ai cette impression tenace d’avoir raté cette première trentaine. Complètement. Totalement. Absolument. Cette période a trop été synonyme de maladie(s), de coups durs, de (grosses) déprimes, de régimes, de (grosses) prises de poids, de boulettes entre pseudo amies, de déménagement, de pertes, de déception et de solitude. 
Mais il n’y a pas eu que du négatif évidemment et heureusement.
Dans ce rétroviseur, je vois également le plaisir d’écrire, la création de ce bébé blog, les belles découvertes humaines qu’il a engendré. Je vois les amies que je peux compter sur les doigts d’une main (ça déborde aussi sur la deuxième), mais à qui je dis tout, sans filtre ou presque, parce que je garde encore mon jardin secret. Je me vois enfin plus ou moins tranquille, adulte. Je paie les factures, j’ai un travail, et je me vois mûrir, de plus en plus. Je râle (un peu) moins, j’essaie d’être (un peu) moins dans l’émotion, plus dans la raison.
Parfois, je vous l’avoue, c’est difficile.
Pourquoi untel fait ça et pas moi ? Pourquoi machine est invitée alors que je ne le suis pas ? Qu’ai-je fait de travers ? Ai-je dit quelque chose qui ne fallait pas ? Autant de questions que je me pose de moins en moins et du coup, je vais de mieux en mieux.
Alors, que vois-je pour mon avenir ?
Je vois, je vois… Je vois du bon, du très bon, du meilleur. Je vois un « Prince Charmant », ou du moins ce qui y ressemble. Je vois de nouvelles amitiés, de belles amitiés. Je vois une fille qui retrouve enfin pleinement confiance en elle, qui ne se laisse plus marcher sur les pieds. Elle va se prendre en main, elle va tout faire pour. Elle va se battre contre ce corps qui l’empêche de faire ce qu’elle veut vraiment. Elle sait qu’elle se prépare à entrer dans une longue bataille, que parfois elle baissera les bras, mais qu’un jour, elle y arrivera.
32 ans et presque toutes mes dents.
32 ans passés et le double à venir, uniquement pour le meilleur.
Happy birthday to me !
Écrit par
More from Florence

Fondus de meringues, j’ai ce qu’il vous faut !

Encore une mono-boutique, très parisiano bobo vous allez me dire ?! Sur...
Lire la suite

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *