X-Men Apocalypse : le film qui portait bien son nom….

J’ai attendu pour écrire ce billet, pour ne pas avoir un ton trop « assassin » suite à l’avant-première d’X-Men Apocalypse. Pour laisser reposer les choses aussi. Je l’attendais comme le Messie (enfin presque, n’exagérons rien) et malheureusement, la déception est à la hauteur de mes attentes : infinie. Je vais donc vous dire pourquoi je vous invite à ne pas trop en attendre, sans spoilers (dans la mesure du possible).

x-men-apocalypse

La saga X-Men : stop ou encore ?

X-Men Apocalypse fait partie de la deuxième trilogie d’un point de vue chronologique, après X-Men le commencement et X-Men Days of Future Past… Ici, vous retrouverez Charles Xavier et Magneto jeunes, ainsi que les élèves qui découvrent leur pouvoir. Il s’agit de prequels, soient des épisodes se basant chronologiquement avant la première trilogie.

Avec X-Men Apocalypse, oubliez tout ce que vous pensez savoir sur la saga. Oubliez la précédente trilogie, voire oubliez les deux précédents opus de la nouvelle trilogie, puisque certains éléments ne correspondent en rien à ce qui a été déjà proposé.

My chouchou !
My chouchou !

Si, comme moi, vous n’avez pas lu les comics (nous sommes donc à fouetter vigoureusement), inutile de lire les « bios fictives » sur Wikipédia par exemple, vous serez plus perdus qu’autre chose, notamment avec Diablo, Mystique, Charles Xavier… tous en fait. BREF.

Revenons à l’Apocalypse. Synopsis du film : « Depuis les origines de la civilisation, Apocalypse, le tout premier mutant, a absorbé de nombreux pouvoirs, devenant à la fois immortel et invincible, adoré comme un dieu. Se réveillant après un sommeil de plusieurs milliers d’années et désillusionné par le monde qu’il découvre, il réunit de puissants mutants dont Magneto pour nettoyer l’humanité et régner sur un nouvel ordre. Raven et Professeur X vont joindre leurs forces pour affronter leur plus dangereux ennemi et sauver l’humanité d’une destruction totale.« 

Il revient... et il n'est pas content !
Il revient… et il n’est pas content !

Alors alors ? Et bien… Dès le fameux générique, je suis dedans. Et puis très vite, je me sens mise à l’écart. Et ne parlons pas de la 3D, parfaitement inutile ici. D’ailleurs, comme une prophétie, Jean Grey affirme : « Le 3ème épisode est toujours le plus mauvais. » On en rirait presque si ce n’était pas si affligeant.

Le scénario se tient dans un mouchoir de poche, on s’y perd, on ne comprend plus rien des précédents épisodes. Les dialogues sont creux (bon, la saga X-Men n’a jamais été du Truffaut, je sais bien) et les acteurs semblent prendre leur mal en patience. Les motivations personnelles de la plupart des personnages passent par pertes et profits, quand ce n’est pas la logique qui trinque, tout simplement.

Les effets spéciaux sont délirants dans tous les sens du terme. Il y a du bon, du moins bon et du franchement mauvais. Les écrans verts ont été manifestement utilisés à outrance.

Et le casting… Mention spéciale aux « tauliers » de la saga Michael Fassbender mon amour chéri et James McAvoy mon amour chéri aussi qui réussissent à gérer un scénario absent et une histoire rendue presque absurde. Juste un truc, pourquoi Diable James s’est-il rasé quand des prothèses existent ? Tristesse… Sinon, perplexe je suis et je resterai quant au choix de Sophie Turner pour la jeune Jean Grey qui en devient presque lisse, creuse, sans aspérités, alors qu’elle vit un moment clé de son histoire. Quant à l’Apocalypse lui-même, je compatis réellement au désespoir de l’acteur Oscar Isaac qui a bien dû se faire chier pendant les prises.

Les autres seconds rôles seraient presque anecdotiques ou pathétiques, c’est selon. Olivia Munn en Psylocke en fait dix fois trop pour pallier l’absence d’intérêt de son personnage et Ben Hardy en « Angel » est transparent. Trois cavaliers de l’Apocalypse sur quatre sont simplement inutiles. Joli score.

Quelques scènes sont, cependant et heureusement, à sauver comme celle particulièrement émouvante de Magneto et sa famille (larmichette puissance 1000 inside) et celle, époustouflante, de Vif Argent, malheureusement saupoudrée d’une chanson so 80’s qui m’a littéralement fait pouffer de rire (je vous laisse la surprise). Elle m’a, toutefois, furieusement rappelé celle de Diablo à la Maison Blanche, sans toutefois l’égaler. (Rappelez-vous cette beauté).

X-Men Apocalypse est-il le film de trop ?

Oui et non. Cet épisode se fait actuellement étriller par la critique US et la française suit le même chemin. On sait déjà qu’un nouvel opus « X-Men, les nouveaux mutants » est prévu pour 2020. Espérons sincèrement que le réalisateur en charge de ce film saura retrouver ce qui a fait le sel et le succès mérité de la première trilogie.

Et comme dans tout bon Marvel qui se respecte, une scène bonus se cache au bout du long, très long, trop long générique de fin (5 petites minutes faciles) et celui-ci est clairement destiné à Wolverine (dont l’apparition est peut-être l’un de meilleurs moments du film, c’est dire).

Bref, si vous êtes bien conscients qu’X-Men Apocalypse n’est pas le chef d’œuvre du siècle, ni même de la saga et que vous cherchez un film pour vous décrasser le cerveau sans vous prendre le chou, celui-ci sera fait pour vous dès le 18 mai prochain !

Un grand merci à Constance Fontaine de l’agence Cartel pour cette invitation. Après ce billet, je ne suis pas sûre d’être réinvitée de sitôt, mais j’ai vraiment apprécié d’être présente à l’une des avant-première… 

Enregistrer

Enregistrer

Tags from the story
, , , ,
Écrit par
More from Florence

Le Futur, c’est aujourd’hui

J’ai eu dernièrement l’occasion, à titre personnel ou pour mon boulot (notamment...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *