Star Wars épisode 7 : une petite déception ?

Oui, je sais, vous n’en pouvez déjà plus. Star Wars par ici, Star Wars par là… Ras-le-bol, non ? Mea culpa, j’apporte ici une pierre supplémentaire à l’édifice. D’ailleurs, pour info, ce billet va être tout pleins de gros spoilers qui tâchent, donc passez très vite votre chemin si vous n’avez pas encore pris votre place de ciné.

Let me introduce you Rey & Finn
C’est bon ? Je peux commencer ?
Depuis quand entend-on parler du dernier Star Wars ? L’année dernière ? Le siècle dernier ? J’ai tellement vu/lu d’articles et de reportages à ce sujet que j’étais déjà over-saoulée avant même de passer la porte du cinéma. Mais bon, fan de la saga je suis, fan je resterai. Alors quand j’ai été invitée pour la projection privée d’Europe 1, je n’ai pas demandé mon reste, j’ai même carrément sauté sur l’occasion !

Pour celles et ceux qui seraient volontairement passés ou non à côté, le nouvel épisode se situe chronologiquement après l’épisode 6, lorsque Dark Vador se prend une tarte et que les jumeaux se retrouvent. 30 ans plus tard, l’Empire a laissé place au Premier Ordre, avec un « suprême leader » Snoke et son « lieutenant/apprenti » Kylo Ren. Du côté de la Résistance, on retrouve bien évidemment la Générale/Princesse Léia. Han Solo & Chewbacca sont également de la partie.

Trois nouveaux rôles principaux font leur apparition avec Rey, demoiselle tout sauf en détresse qui prend sous son aile le Droide BB-8, que je veux à Noël d’ailleurs. Trop chou. Elle est également accompagnée de Finn, ancien Stormtrooper de son état. Côté Obscur de la Force, nous voilà avec Kylo Ren, ersatz de Dark Vador qui sent la Force en lui, mais qui y résiste parce qu’il veut être un super vilain.

Je veux BB-8 à Noël !
Alors, ça donne quoi ?
Visuellement parlant, c’est réellement bluffant. La 3D n’apporte, bien entendu, absolument rien au film, si ce n’est des euros en plus sur votre place de cinéma (et une gerbe fantastique pendant deux heures). Côté scénario… C’est là que ça pêche un peu, à mon très humble avis.

L’épisode 7 est un gentil gloubi-boulga de références aux 6 premiers épisodes et c’est ce qui m’a légèrement dérangé. J’ai eu la sensation de repérer à mon corps défendant ici et là un puzzle de différentes scènes déjà vues. Les références sont bien trop évidentes pour moi. Où est passée la créativité ? Quant aux scènes reprenant ouvertement la mythologie hitlérienne… too much dans l’évidence, encore une fois.

Ne parlons même pas de Kylo Ren qui a le charisme d’une huître et la méchanceté de mon chat. Ouh le vilain pas beau ! Je ne sais pas si l’acteur y est pour quelque chose (Adam Driver, visiblement la nouvelle coqueluche d’Hollywood), mais la scène où Kylo Ren veut mentalement extorquer une carte à Rey qui résiste parce-que-la-Force-est-en-elle est juste à mourir de rire et je pense que les détournements font faire florès dans peu de temps.

BB-8, la vraie Star et Kylo Ren
Et sinon, on y va ?
Oui bien sûr, parce que c’est Star Wars ! Abstraction faite de tout ce que vous avez pu lire plus haut, cet épisode de la nouvelle trilogie est à vraiment voir pour plusieurs raisons : parce que c’est un bon divertissement, parce qu’il est bourré d’humour et ça fait du bien, parce qu’il annonce deux épisodes qui devraient déchirer sa maman vu que les bases sont posées, parce que le casting est excellent (mention spéciale à l’acteur John Boyega en Finn), parce que la saga est mythique et parce que BB-8, tout simplement.

Et comme je suis un brin maso, j’y retourne le 24 décembre avec la maman, qui essaie elle-aussi de m’extorquer des bribes du scénario. Les spoilers, elle s’en tamponne. Mais non, je résiste. Et par pitié, si vous avez lu ce billet sans être allés au ciné (bande de foufous), choisissez la VOST dans la mesure du possible.

May the Force be with you, with Jimmy Fallon (cette vidéo est déjà culte) !

Écrit par
More from Florence

Le métro parisien, sur un air de Je t’aime moi non plus

J’ai plusieurs idées de billets qui s’entremêlent dans ma petite tête, mais...
Lire la suite

5 Commentaires

  • Le méchant est ridicule: un ados de 17 ans qui dirige la plus grande armée de la galaxie ? Ça gémit , ça pleure , et ça pète les plombs: on le voit défoncer des écrans d'ordinateur parce que tout ne se passe pas comme prévu …
    Les journalistes sont corrompus , ils n'osent pas dire du mal de ce nanar parce qu'ils ont peur de perdre leurs privilèges : tickets de ciné gratuits, dejeunés dans certains hôtels , voir aussi budget publicitaire….
    C'est un calcul à court terme car sur le long terme vous êtes en train de vous discréditer aux yeux du public qui dans le futur ne vous écoutera plus.

    • Euh non…on a le droit d'être journaliste ET de trouver que le film n'est "pas si pire". On n'est pas obligé de dire que c'est naze pour faire semblant d'être honnête. On n'est pas tous d'accord sur le fait que ce soit un ratage intersidéral.
      Ceci étant dit c'est vrai, le méchant est ridicule. Mais je rejoins Bulles de Flo sur le fait que le film reste plein d'humour et accomplit la mission de divertir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *