Nous sommes toutes des Parisiennes avec The Parisienne !

La blogosphère est en ébullition et je dirais même carrément en rogne.
Sauf si vous vivez sur une autre planète (marre d’être dans une grotte), vous n’avez pas pu échapper à LA polémique qui touche actuellement Nathalie et son blog « The Parisienne » vs le quotidien Le Parisien.
Pour faire simple, le quotidien assigne Nathalie en justice pour contrefaçon. Concrètement, le nom du blog « The Parisienne » serait trop proche de « La Parisienne », marque déposée pour le magazine féminin du quotidien.
Passé un premier instant de stupeur, j’en suis presque tombée de ma chaise.
Il faut donc plusieurs années à un quotidien de presse nationale pour se rendre compte de ce « forfait ». Et quand bien même il se serait réveillé plus tôt… Où va-t-on ? Mais dans quel monde vivons-nous ?! Il ne faut pas être devin pour noter que, de près ou de loin, le blog de Nathalie n’a rien à voir avec l’hebdomadaire féminin cité plus haut. Aucune concurrence n’est envisageable entre les deux « camps ».
Et oui, « The Parisienne » est un blog très bien léché, aux rubriques claires et bien fournies, avec une multitude de bonnes adresses et de coups de cœur. N’est-ce pas le principe même d’un blog qui a plusieurs années d’expériences ? La belle histoire ne s’arrête pas là, puisque Nathalie a monté sa propre agence de communication digitale et de relations e-influenceurs grâce aux nombreux contacts qu’elle a pu se faire via son blog. Les rencontres « e-parisiennes » vous connaissez ? Et bien c’est elle.
Cette histoire ubuesque va bien au-delà du cas de Nathalie. Je ne vous parle même pas des autres blogs dont le nom de domaine contient « parisienne ». Tremblez blogueuses, tremblez ! 
Quiconque possède un nom de blog qui se rapprocherait un temps soit peu d’une marque risque désormais le fouet. Ok, il faut avoir un peu de jujotte lorsque l’on choisit son nom de domaine et ne pas jouer avec le feu. Mais les limites ne doivent pas être dépassées dans les deux camps et dans le cas présent, la question ne se posait déjà pas à l’époque.
Le Parisien ne se rend pas vraiment compte, ou ne souhaite pas le faire, de l’impact négatif que cette affaire a sur son e-réputation. Le quotidien espère-t-il secrètement que la vague d’indignation soulevée par cette assignation retombe comme un soufflé une fois que tout le monde aura râlé de son côté ? Allons donc, c’est tenter le Diable, car la mobilisation de la blogosphère n’est pas qu’un feu de paille, car elle sait pertinemment que ce qui peut arriver à l’une peut arriver à toutes.
Le directeur général du Parisien dit vouloir « défendre sa marque ». La défendre contre quoi ? Des insultes ? Un nivellement de la marque vers le bas ? C’est une aberration. Que les douanes se battent au quotidien pour éviter que les parfums contrefaits Chanel, Dior ou Lancôme, saletés en bouteille, ça c’est une chose noble. Que le Parisien se mette vent debout contre un blog dont le concept même n’est pas d’entrer en concurrence avec l’hebdomadaire féminin est simplement stupide et tellement contre-productif…
#jesuisparisienne
Alors maintenant, lorsqu’on aime Paris et qu’on tient à le faire savoir haut et fort sur son blog, il faudra demander la permission au Parisien pour dire ? Je dis non, même pas en rêve. Je n’apprécie vraiment pas que l’on me dise comment penser en général et comment gérer ce que j’écris sur mon blog en particulier.
Je n’apprécie pas de voir Nathalie se battre pour sauver ce qui peut être considéré comme son « bébé ». Je n’apprécie pas de voir ce combat inégal prendre potentiellement une mauvaise tournure pour elle. Je n’apprécie pas de voir que les cons, ça ose toujours tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît.
Si vous voulez soutenir Nathalie et son blog « The Parisienne » et par extension, empêcher que ce genre de choses arrive à nouveau, signez la pétition, relayez ce billet, celui de Nathalie ou celui de Fanny, peu importe. Sur Twitter, n’hésitez pas à ponctuer vos tweets d’un #jesuisparisienne… mais surtout il faut absolument continuer à FAIRE DU BRUIT !!!
Écrit par
More from Florence

Rouge Baiser

Les rouges à lèvres et moi, c’est un peu « Je t’aime moi...
Lire la suite

3 Commentaires

  • Cette histoire est complètement rocambolesque ! Je crois que les dommages et intérêts que Le Parisien demandent sont en partie dû au fait que si l'on tape "la parisienne" (filière du parisien) sur Google on tombe sur le blog de The Parisienne (je n'ai pas vérifié) et donc du coup Le Parisien considère qu'elle leur vole des visites (et donc de l'argent lié à la pub en fonction du nombre de visites). Tant que son blog n'avait "presque pas d'influence" ça ne gênait pas le Parisien mais maintenant… Je pense qu'ils auraient pu (dû !) essayer de discuter plutôt que de la traîner en justice…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.