Marseille la belle

Je vous écris aujourd’hui ce tout petit billet de la terrasse de l’hôtel Intercontinental – Hôtel Dieu de Marseille. Aujourd’hui, je suis bien et ça faisait tellement longtemps que ça ne m’était pas arrivé que j’en profite un maximum.
Arrivée hier matin sur place et jusqu’à cet après-midi, j’ai eu le plaisir de découvrir cette ville hier (très rapidement tout de même, je suis là avant tout pour bosser) et franchement, ce n’est pas un coup de cœur, mais presque. Tranquille, à l’ombre d’un parasol, je savoure (ok, j’exagère un chouïa. On est à Marseille, non ?) ;).
La convention annuelle d’un des clients de l’agence a donc élue domicile dans la cité phocéenne pour trois jours. Je ne resterai qu’un jour et demi, et c’est déjà génial. Après une première journée bien remplie entièrement dédiée au boulot, nous avons eu carte blanche pendant deux petites heures jusqu’au dîner. À moi une partie du vieux-port, le MUCEM (de l’extérieur) et ses remparts, la sublime vue sur la mer et un rapide détour vers le panier, l’un des célèbres quartiers de la ville.
Je rends à Caesar ce qui appartient à Caesar, c’est ma collègue qui m’a un peu botté les fesses pour sortir prendre l’air. Mais quelle bonne idée !!!
Pour le dîner, direction une petite île à une vingtaine de minutes de Marseille. Et là, c’est la chevauchée fantastique à bord d’un zodiac de compétition. Par groupe de six ou quatorze, nous voilà voguant sur les flots. Bien évidemment, votre serviteur se prend une saucée mémorable. Adieu brushing, veaux, vaches, cochons… mais qu’est-ce que c’est génial (bis) !!! On dîne, on papote (de boulot, soyons raisonnables) et une fois encore, je savoure.
Retour en zodiac, après avoir chuté et chopé un joli bleu, de nuit. Bon là, j’ai un peu moins fait ma fière, parce qu’être dans un bateau fonçant sur la mer noire, sans gilets de sauvetage (à dispo dans le bateau quand même)… Les plus téméraires deviennent assez silencieux tout d’un coup. Une fois arrivée sur terre, j’en redemanderais presque !
00:30, c’est l’heure de se reposer.
Malgré le confort absolu de la chambre, je dors mal. Levée à 6h30, la cheville en vrac, le dos en compote, on enchaîne avec le petit-déjeuner puis les ateliers proposés dans le cadre de la convention. Il est donc temps pour moi de clore cette petite bafouille.
J’espère avoir à nouveau l’occasion de visiter Marseille plus en détail et cerise sur le gâteau, qui sait, de re-séjourner dans ce fabuleux hôtel avec vue directe sur la Bonne-Mère.
Ps : J’ai couché mes pensées via mon iPad et l’appli Blogger, donc mille excuses pour la mise en page quelque peu rudimentaire…
Écrit par
More from Florence

Découvrir de nouveaux horizons avec Exploratology

Amis littéraires, fans de découvertes et à l’esprit curieux, j’ai ce qu’il...
Lire la suite

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *