L’icône Marie-Antoinette à la Conciergerie

Mi-août (déjà), je parlais ici des six expositions incontournables de la rentrée. Bien évidemment, Marie-Antoinette : métamorphoses d’une image en faisait partie. J’ai eu le grand plaisir – et privilège – de découvrir cette exposition dans des conditions de rêve, et voici mon humble avis sur la question.

Marie-Antoinette : métamorphoses d’une image

Jusqu’au 26 janvier 2020, la Conciergerie vous propose de découvrir les multiples représentations de Marie-Antoinette au travers de près de 200 œuvres, objets d’art et archives, extraits de films, accessoires de mode. Une véritable icône pop notre Marie-Antoinette !

Marie-Antoinette à la Conciergerie – une scénographie dynamique

L’exposition revient sur le statut particulier de cette fascinante reine – dont les 76 derniers jours ont fait l’objet d’une fiction historique très réussie sur Arte – via cinq thématiques : Marie-Antoinette à la Conciergerie, les Histoires, l’image de la reine, fétiches de la reine et retours de la reine (son regain de popularité).

La Conciergerie

La première partie de l’exposition est axée sur les représentations des dix dernières semaines de Marie-Antoinette qui correspondent aux moments les plus dramatiques vécus par la reine à la Conciergerie, quand, au même instant, se tenait son procès au Tribunal révolutionnaire.

Des portraits, gravures et tableaux réalisés dans les mois ou années qui ont suivi sa mort sont, ainsi, présentés. La Conciergerie est également un lieu de mémoire, avec un certain nombres d’objets autour du procès et de l’exécution de la reine sont présents : chemise, soulier, ceinture, plan d’aménagement des lieux et documents d’archives. L’émotion est très présente…

Les histoires

Plongez au cœur de vingt événements de la vie de Marie-Antoinette – publics ou privés – de sa naissance à sa mort, puis à ses funérailles officielles en 1814, à partir de vingt livres édités de 1788 à nos jours.

L’image de la reine – et les retours de la reine

Quand je parle d’icône pop pour évoquer Marie-Antoinette, ce n’est pas qu’une simple image. Du film de Sofia Coppola – dont plusieurs éléments sont présents – à la poupée de Peggy la cochonne à l’effigie de la reine (étonnant) en passant par un célèbre manga ou les standards de la Mode inspirés par la garde-robe de la reine, tout est là pour faire de Marie-Antoinette un personnage plus que jamais présent dans notre imaginaire collectif.

Marie-Antoinette de Sofia Coppola

N’oublions pas, évidemment, les plus que célèbres portraits d’Elisabeth Vigée le Brun que tout le monde connaît et qui ont fait l’objet de multiples variations, comme le portrait de la reine revu et corrigé par le célèbre duo Pierre & Gilles (je ne vous spoile pas plus).

Les fétiches de la reine

Sa célèbre chevelure, son corps ou bien encore sa tête coupée (et oui) font l’objet de fantasmes et d’un imaginaire artistique très développé. Parfois, c’est beau, parfois, c’est franchement glauque ou a minima de mauvais goût.

L’imaginaire de la chevelure ici revisitée – la mode, la mode, la mode
Barbie-Antoinette

Marie-Antoinette à la Conciergerie : à voir et revoir

Le lieu, évidemment incontournable dans l’histoire de la dernière reine de France, est réellement propice à une immersion complète dans cette exposition à la scénographie dynamique et pédagogique. Je ne peux que vous conseiller de prendre le temps d’y aller, vous en ressortirez étonnés.

Infos pratiques : exposition ouverte tous les jours de 9h30 à 18h, nocturne le mercredi jusqu’à 20h30. Billet plein tarif à 9€

Un grand merci à Djamila, la vraie Parisienne du Nord et à Baptiste du CMN pour cette très belle opportunité.

Tags from the story
,
Écrit par
More from Florence

La Connasse se fait un film

Quand une connasse se fait un film, elle ne le fait pas...
Lire la suite

15 Commentaires

Répondre à Mady Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.