Restaurants dans le salon, papilles en folie au balcon

Oui bon, la livraison à domicile, c’est (très) loin d’être nouveau me direz-vous. Et je vous répondrai que vous avez raison. Mais pour les deux ans de Foodora, je me suis dit que l’occasion faisait le larron pour en parler sur le blog.

La livraison de repas à domicile : un concept qui a fait des petits

Au début était Allo Resto. Je n’ai jamais été adepte de la livraison de repas à la grande époque d’Allo Resto pour des raisons sans fondements d’ailleurs. Et puis j’ai découvert Deliveroo et Foodora. L’offre pléthorique de restaurants à proximité de son domicile ou de son bureau, associée à une flemme patente ont fait de moi une cliente assez régulière.

Évidemment, il y a des hauts et pas mal de bas – les livreurs qui font le tour de Paris ou le classique des commandes incomplètes ou livrées en vrac – mais l’offre est malgré tout très, très pratique.

Happy birthday Foodora !

Donc, à l’occasion des deux ans de l’entreprise fêtés au Pavillon Puebla aux Buttes-Chaumont (très, très beau lieu en pleine verdure), j’ai pu tester des restaurants partenaires et fait des découvertes culinaires, car c’est bien là le principe de fond.

Avec le Muesli’s Bar, le Crêpe à Ding (avec une spécialité banane / caramel au beurre salé et speculoos à tomber) ou bien encore le Saïgon d’Antan, Foodora avait sorti les petits plats dans les grands avec des partenaires « de qualitay » comme on dit. Et du coup, je me suis régalée !

Toc toc, madame est servie !
Deliveroo pour le boulot, Frichti pour les gourmands

La flemme de sortir ? Trop chaud pour se bouger ? Une envie de glaces pour l’équipe qui se meurt en pleine canicule ? Et hop, je dégaine mon smartphone avec l’appli qui va bien.

Ces applis ont vraiment changé la façon de consommer les petits plaisirs gustatifs de la « cuisine du monde ». Et d’ailleurs, d’autres startups se sont engouffrées dans le créneau, comme Frichti par exemple qui recueille les suffrages de l’une de mes collègues (et que je vais tester incessamment sous peu). Son concept est légèrement différent, puisque Frichti propose des repas de saison cuisinés avec amour, grâce à des ingrédients frais et issus de producteurs au top. Là, nous sommes plutôt dans le concept du producteur (le restaurant) au consommateur sans intermédiaire.

Enfin bref, tout ceci pour dire que je suis devenue fan de ce type de services qui ont changé ma façon de me « restaurer ». Je sais aussi que les livreurs ont une situation professionnelle peu enviable et c’est pourquoi la majorité du temps, je laisse un pourboire.

Je suis assez curieuse de savoir ce que vous en pensez et si vous aussi vous êtes devenu(e)s plus ou moins accros à la chose. En attendant, happy birthday Foodora et longue vie à ses concurrentes mais néanmoins amies !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Écrit par
More from Florence

Putain de chat vol. 1 & 2, putain de drôlerie

Les chats, ces maîtres du Monde. Ils sont mignons, attendrissants, font « le...
Lire la suite

1 Commentaire

  • J’avais testé Alloresto, pour un resto indien près de chez moi, ça s’est toujours bien passé. Au bureau, dans mon précédent job, comme tu le sais j’avais chaque semaine des jours où j’étais de permanence coincée devant le pc entre 12h et 14h, donc j’ai pas mal utilisé Deliveroo. Solution d’autant plus appréciable, qu’il n’y avait pas grand chose de rentable dans le 7e arrondissement, Deliveroo permet d’élargir un peu le périmètre.
    A mon job actuel, fini les permanences ! Mais je me fais livrer régulièrement quand les collègues ne sont pas disponibles pour sortir au resto, où préfèrent un sandwich.
    Seul petit regret, Deliveroo ne propose pas encore la possibilité d’être livré ailleurs que dans les arrondissements proches. Ainsi, si j’ai envie d’un plat particulier, qui n’existe que dans le 14e, eh bien je ne pourrai pas le commander depuis mon domicile dans le 20e. Alors que je suis sûre que les livreurs, moyennant un tarif adapté, serait d’accord pour pédaler un peu plus.. Pour moi ces applis nous changent un peu la vie, la rendent plus facile, comme le développement des VTC. Au point qu’on se dit… Comment faisait-on avant ? 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *