L’embauche ou comment ferrer le poisson, mode d’emploi

J’ai toujours eu plus ou moins une certaine angoisse à l’approche des entretiens d’embauche. C’est un fait, ce type d’exercice ne met pas forcément le candidat en valeur, ne serait-ce que « grâce » à ou plutôt à cause du stress (en première place), du feeling et du manque de temps. Mais c’est le jeu ma pauv’ Lucette!
Ces temps-ci, je suis amenée à mettre mon CV à jour et surtout à le diffuser. C’est indispensable et franchement, un vrai travail à temps plein! Il ne faut rien laisser au hasard.

Voici un petit résumé des 5 Commandements de la recherche d’emploi ou « Comment ferrer le poisson, mode d’emploi » :

  • En Viadeo et Linkedin (link’din ou linkeudin, je n’ai jamais entendu deux fois la même chose) tu croiras. Pas un seul demandeur d’emploi ne passe désormais à côté de ces deux plateformes. A voir ensuite si l’on préfère la version payante ou non.
  • Par Doyoubuzz tu passeras si tu veux un CV à la fois moderne, clair et cherry on the cake, gratuit!!! (Spéciale dédicace à Theldja sur ce coup)
  • Une fois ton CV créé sur Doyoubuzz, sur Facebook tu le publieras. On ne sait jamais, ça pourrait fonctionner. En sus, un cierge virtuel tu brûleras.
  • Après tous ces efforts, googliser (oui, j’invente un verbe) ton nom tu feras. Voilà une méthode efficace pour vérifier si tes photos de beuveries apparaissent en haut de page ou si tu es sérieux avec un beau CV mis à jour. IN-DIS-PEN-SA-BLE!!!
  • Tu es déjà fatigué? Tssss, voyons! Sur les sites spécialisés ton CV et ton annonce de recherche d’emploi tu mettras. Young Padawan, cette étape est, comme les précédentes, un passage obligé. Et prière d’uniformiser ton discours, le contraire ferait mauvais genre.
Une fois toutes ces petites choses faites, il te reste à prier, fureter sur le web à la recherche d’opportunités, ouvrir tes oreilles, faire fonctionner ton réseau (1°/ si tu en as un – 2°/ si tu n’es pas trop timide pour te jeter à l’eau. Une fois que c’est fait, on se sent mieux!) et surtout à ne pas hésiter à envoyer des candidatures spontanées. Crois-moi, ça fonctionne, ne serait-ce que pour décrocher un entretien d’embauche.
Les candidatures envoyées, commence l’interminable attente. Celle qui vous ronge les nerfs et qui vous fait penser que décidément, nous ne sommes pas grand-chose en ce bas-monde. Oui, il faut savoir attendre. Attendre le mail automatique qui, bien aimablement, vous « remercie, mais votre profil ne correspond pas au poste proposé. Néanmoins, sauf avis contraire, nous conserverons votre CV pour une éventuelle opportunité ultérieure / a bien reçu votre candidature, si vous n’avez pas de nos nouvelles d’ici 3 semaines, c’est mort pauvre pomme« …
Autre possibilité : le néant. Nada. Que dalle. Même pas de mail automatique. Et là on se demande si les Boss ont été stagiaires/en recherche d’emploi un jour. Non, ça ne mange pas de pain de prendre son plus beau clavier pour copier-coller le mail tout fait, personnalisé, of course. Je sais, je l’ai fait.
Bon, l’envoi de CV, c’est fait. L’entretien calé, c’est fait. Il faut maintenant être au top le D Day. C’est la guerre, nous sommes des warrior.
Reconnaître le parcours d’abord : faut-il une heure ou dix minutes pour se rendre sur place? Arriver en retard, c’est franchement moyen, sauf en cas de VRAIE bonne excuse vérifiable, genre passager malade… Pas glop pour le pauvre homme, mais ça passe mieux pour nous. Fait-il chaud/froid? Ce serait assez bêta d’arriver en nage au rendez-vous (toute ressemblance avec… moi serait purement normale).
La tenue ensuite : ni trop classe (on a besoin d’argent ou pas?) ni trop pouilleuse, il faut quand même correspondre à l’image de l’entreprise que l’on souhaite intégrer.

Et puis voilà, on y est. Et là, on se donne à fond, on y croit, car on ne se rend pas à un entretien juste pour le fun. On le veut ce poste ou non?! Tel un « commercial », il faut se vendre. Pas de vice caché, nous sommes de la matière première Premium môsieur!!! Nos qualités/défauts? LA grande question piège, le dada, la pépite des recruteurs. Une fois, j’ai osé le « Non, je ne réponds plus à cette question« . Et ça a fonctionné. A utiliser avec grande modération, voire jamais. Faites ce que je dis, pas ce que je fais.

Ensuite? Et bien ensuite, Inch’Allah comme on dit dans mon quartier. C’est le grand mystère de la vie : « Dis maman, comment on décroche un job?« … Bonne question mon enfant…
Sur ce, et pour vous récompenser d’avoir lu (en entier) ce post fort long, voici un lien qui devrait vous donner l’envie d’avoir envie. Allez allez, on ne se fait pas prier et on clique! C’est par ici!

Tags from the story
Écrit par
More from Florence

Et ça pétille à la Girls Geek Party, 7ème du nom ! #GGP7

Sandrine Camus est une cuisinière, mieux, une barmaid de renom. La Girls...
Lire la suite

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *