A la recherche de la Sérénité…

Depuis quelques temps, allez, quelques mois, je suis devenue « addict » au massage Sérénité du spa Nuxe. Alors oui je sais, ça coûte un bras, mais il n’empêche, grâce à mon esthéticienne/masseuse attitrée, je ressortais systématiquement sur un petit nuage après chaque pétrissage intensif.

Et là, le drame. MA masseuse s’envole ailleurs et se pose dans un nouveau nid pas vraiment près de chez moi. Je pleure intérieurement. Snif. Un mouchoir siouplait.

J’éprouve le besoin quasi-viscéral de me faire papouiller, de me réapproprier mon corps, la faute à ma tête qui a twisté le mois dernier. Hop hop hop, ni une ni deux, je dégaine ma CB (merci banquier) et me prends non pas un mais deux (j’suis une ouf’ malade, une tarée) rendez-vous pour me faire toute belle et détendue. Une gageure, croyez-moi, car la détente et moi, comment dire, c’est un concept. Bref.

Jeudi, 15h30, spa Nuxe Montorgueil.

Ouh, mais c’est bien joli tout ça! Quelle belle cave voûtée! Ok, il fait un peu chaud, mais comme j’allume régulièrement mon poêle interne, je passe outre. En fait non, le siège chauffant est allumé, ça ne va pas être possible. J’oubliais un peu vite que nos désirs sont quasi des ordres dans les spas et le chauffage est arrêté dans la seconde. Après un bon bain de pied (et oui, c’est tout de même bien plus agréable pour celle qui va vous pétrir façon Poilâne pendant une heure), il est temps de passer aux choses sérieuses.

Mmm, moui, encore, trop bon, wwAYEUUUU! Bobo!!!! Mon Dieu, mais que se passe-t-il? J’ai le dos en friche depuis quelques temps, mais quand même!!! Pas de contestation possible, je me surprends même à serrer les mâchoires. Mauvais signe lorsqu’on est censée plonger dans un espace de sérénité absolue.
« Excusez-moi, serait-il, éventuellement, si cela ne vous dérange pas bien entendu… possible d’appuyer moins FORT?!!!! ». Mais pas de problème mademoiselle me dit la charmante masseuse, au demeurant fort sympathique et tellement poupée de porcelaine qu’on n’oserait pas la critiquer et lui faire peur. Quand même…

Tout commence avec le dos. Pressions fortes sur les épaules, j’adore. Plus on enchaîne avec les reins, et… et… je fais la grimace. Puis arrivent les pressions sur la colonne qui, d’ordinaire, m’envoient au Paradis. Ajoutez à ce cocktail une playlist façon Natures et Découvertes, cui-cui de piafs à l’appui et je me rebelle intérieurement. Oh et puis zut, puisque je n’arrive pas à atteindre les portes de la plénitude éternelle, autant ne pas perdre son temps. Entre deux crispations intérieures, je pense à cet article et à ce que je vais écrire, puis aux courses à faire… Ah tiens, il est temps de m’enduire d’huile chaude et de me passer des boules chaudes sur la face Sud de mon corps. Je n’aime pas l’huile. Je me crois dans un Dîner Presque Parfait à tout critiquer. 

Il faut se détendre, lâcher prise, tu as payé cher pour ça, etc. Je me répète une liste de mantras pour m’obliger à savourer le moment présent, mais je ne peux pas. J’ai mal partout. Mais enfin?! Je suis tellement déçue! Je ne suis pas une débutante du « Sérénité »! D’ailleurs, j’en ressors à chaque fois toute chamboulée, dans du coton! Certes, les douillettes s’abstiendront, tout comme les stressées de la vie qui ont des noeuds à la place du corps (non, je ne suis pas entrain de me décrire, ou presque), mais c’est un massage au final fort relaxant. En théorie.

Moment de grâce : la playlist m’envoie la BO de Gladiator dans les tympans, le passage où Maximus trépasse et s’en va gambader dans les champs avec femme et enfant! Ah si on me prend pas les sentiments! Je vole, j’aime les champs de blé et les gladiateurs muscl…aïe!!! Ayeuuu j’ai dit!!! Je redescends sur Terre.

Face Nord de l’Everest. Surtout, on ne me touche pas le ventre sous peine de morsure profonde. C’est comme ça. Ah, et tant qu’on y est, est-il possible d’éviter la zone interne de la jambe gauche, j’ai été opérée et c’est encore sensible? Parle à mon ***, ma tête est malade. Je sais, c’est vulgaire. Elle n’y va pas franchement, mais ça suffit pour me tendre comme un arc attendant ses flèches. Soupir.

Ayant fait le deuil de mon premier massage, j’attends avec impatience le « crânien charismatic ». 45 minutes de massage de tête et de pressions sur le visage. Le Bonheur avec un grand B selon ma môman, déjà passée par là. Verdict? Déjà, pour les 45 minutes, je repasserai. Ensuite, pas convaincue je suis. J’ai connu mieux. En résumé, je suis déçue.
Décidément, le Dieu du bien-être n’était pas avec moi ce jour-là.

Alors résumons. Les « pour » (parce que je ne m’arrête pas à la mauvais expérience d’hier, ce serait malhonnête) :

  • 1h15 de papouillage, pétrissage, dénouage, le tout, si vous avez de la chance et une masseuse possédant sa propre musique, sur un fond envoûtant, relaxant. Le pied.
  • Un lieu superbe, dans un quartier sympa. Des caves voûtées, une impression d’exclusivité.
  • Un accueil à la hauteur et des petites douceurs au moment de repartir. Et croyez-moi, ça fait du bien! 

Les « à voir », parce que forcément, il y en a :

  • Le prix. Il ne faut pas rêver, Nuxe, c’est cher.
  • L’huile partout. Il faut aimer.
  • Si vous avez une coiffure au cordeau, mise en pli et tout le tralala, oubliez. Vous ressortirez avec une choucroute façon Gaga. C’est moyen.
  • Il faut tomber sur une bonne masseuse. Si c’est le cas, vous avez toutes les cartes en main. 
J’espère que ce petit billet ne vous aura pas refroidi(e) (les hommes aussi ont le droit de se faire chouchouter), si vous caressez l’espoir de vous rendre chez Nuxe un jour. Sachez, en passant, qu’un spa est localisé au premier étage du Printemps. C’est moins glamour, mais tout aussi efficace. J’y suis allée, j’ai vu, j’ai approuvé.
Prochaine étape : le spa Thémaé. Vous serez tenu(e) au courant!!!
Tags from the story
,
Écrit par
More from Florence

Le pull moche de Noël : où trouver la perle rare ?

Tout comme Halloween ou le Black Friday, une nouvelle tradition anglo-saxonne arrive...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.