I love rien, I’m Parisien

Je l’avoue sans honte ni gêne, cette idée d’article, je l’ai allègrement piquée à Vivre Paris, véritable mine d’or pour parisiens et touristes en mal de Capitale, de lieux branchés, originaux, exotiques et d’idées balades/shopping… En résumé, ce magazine nous fait découvrir Paris sous toutes ses formes. Génial.
Revenons-en à nos moutons.
Pour son 4ème opus, le magazine revient sur dix idées reçues qui frappent les parisiens, qu’elles soient sympa ou carrément grotesques. Après une bonne tranche de rire, je décide donc d’apporter mon avis perso qu’il est rien qu’à moi sur la question, enfin sur cinq des dix points, je vous laisse le plaisir de la découverte pour les autres. Attention, c’est parti!
A Paris, il fait un temps pourri.
Ah là, je vous vois dodeliner de la tête, surtout si vous avez en mémoire ce superbe été que nous venons d’avoir. Gilet, bottines, parapluie et manteau… N’exagérons rien, mais nous n’en étions pas loin. Il semble, en fait, que ce soit notre ressenti sur la question qui fasse des loopings. D’après les dires de nos plus grands météorologistes, le temps n’a quasiment pas varié depuis ces dernières années.
« C’était bien mieux avant ma bonne dame » je serais tentée d’ajouter, mais je trouve qu’il y a quelques années, on se pelait en hiver, que le thermomètre passait sous zéro en novembre/décembre et qu’en été, bah il faisait chaud… et beau! Parce qu’il est là, le fond du problème. Il faisait beau avant cet été, preuve en est l’été 2003 où l’on a failli perdre tous nos petits vieux. Je m’égare.
Donc la question : à Paris, il fait un temps pourri? Pas plus qu’ailleurs je trouve.
Les Parisiens sont tellement snobs qu’ils en deviendraient presque hautains.
Il est vrai que les Parisiens ont une fâcheuse tendance à étaler leur pseudo culture à deux francs six sous qui pourrait en mettre mal à l’aise certains! Mais je dis attention, il ne s’agit que d’une certaine catégorie de Parisiens, plutôt centrés rive-gauche, germanopratins, se baladant de jour comme de nuit dans les galeries d’arts et regardant le week-end « ça balance à Paris » (ça fait cliché, n’est-ce pas?!).
Tiens, en parlant de cette émission que je ne devrais pas regarder cette année pour cause de Naulleauïte aiguë, je l’aimais bien. Mais il y avait quelque chose qui, invariablement, me faisait tiquer chaque samedi soir : je suis une bille en Culture. Culture avec un grand C. C’est fou ce qu’on peut se sentir inculte rien en regardant une émission télé. Bref, je pense que le syndrome çbap doit peut-être refléter ce qui se passe dans la tête des français qui montent à Paris. Un choc.
Donc la question : les Parisiens sont tellement snobs qu’ils en deviendraient presque hautains… C’est comme partout je pense, il y a les cultivés bobos qui mangent/boivent/vivent bio et le reste de la planète. Le tout, c’est de ne pas tomber dessus pendant votre séjour à Paris.
Les Parisiens connaissent Paris comme leur poche.
Nan, nan. Faux. Pas vrai. Et encore moins vrai depuis l’apparition du GPS/Iphone/BB et autres plans dispos en 3G. Moi qui viens de ma petite banlieue il y a déjà plus de dix ans, j’ai des circonstances atténuantes. Enfin non, même pas. Mon univers commence au 18ème, en passant par le 11ème, le 9ème, le 8ème, le 1er et se termine avec la Porte de Versailles. Après, c’est l’aventure!
Donc la question : les Parisiens connaissent Paris comme leur poche… « Excusez-moi, la rue Schmurtz, c’est par où?« … « Désolée, je ne suis pas du quartier... »
Le mythe de la Parisienne.
Pas besoin d’aller plus loin, nous, les Parisiennes, avons le sens du staïle, le vrai bon style qui fait baver d’envie nos consoeurs de Dunkerque. On pourrait se mettre un gilet troué façon le Père Noël est une ordure que ça nous irait comme un gant. Troué le gant, mais comme un gant.
Sans rire, il est vrai que certaines de mes voisines de Capitale ont la chance d’être bénies des dieux en ayant du nez pour trouver les bonnes fringues et/ou l’argent qui va avec. Si, par manque de chance, elles ont un livret épargne durable aussi rempli que le mien, elles se regroupent en meute dans les friperies du 11ème et du Marais. Un must.
Pour les autres, la majorité, nous sommes dotées d’un physique fleurant bon le sus 40 et un environnement peuplé d’H&M, Zara, Comptoirs des Cotonniers et pour les plus dingues, The Kooples. Bref, on s’habille avec ce qu’on trouve, mais comme en général, c’est mieux qu’ailleurs, CQFD, on a du style. Par contre, et c’est très important, nous avons, il est vrai, le sens des couleurs et des motifs. Pas de dessins « mouton joyeux » avec des pois, par exemple. Faute de goût. Original à Londres, mais moche à Paris.
Donc la question : le mythe de la Parisienne? Pas faux, en toute simplicité.
Et enfin, last but not least : Parigot, tête de veau.
Je dis stop aux clichés! Non, nous ne passons pas notre temps à déguster de la tête de veau, des cuisses de grenouille et autres escargots… Nous aimons, voire même préférons et de loin, un bon vieux steak/frites sauce béarnaise / un sandwich jambon-beurre / un jambon purée que ces pauvres petites bêtes qui n’ont rien demandé à personne. Les trois plats cités sont nos vrais clichés à nous et aux français en général.
Donc la question : Parigot, tête de veau…. Le réseau passe mal d’un coup… 😉
Voilà donc un rapide tour d’horizon des idées reçues qui peuvent frapper le Parisien. Bien évidemment, je ne suis pas allée chercher du côté de l’humeur grincheuse des parisiens, ni de leur fameux béret/baguette/vélo si prisés des américains. J’ai trouvé l’idée intéressante et marrante en cette rentrée qui plombe l’air et le moral de chacun!
Alors si vous aussi, vous en avez assez de certains clichés ou vous les trouvez fondés, n’hésitez pas, la tribune est libre!
Tags from the story
Écrit par
More from Florence

[Tatouage] L’encre dans la peau, encore et toujours

Ce n’est pas une drogue, mais un besoin, un plaisir, une satisfaction....
Lire la suite

2 Commentaires

  • Si l'on résume: Paris s'associe au snobisme de vivre des étés pourris mais à lavant-garde de la mode et ed la culture, le reste, beaucoup plus terre à terre, n'étant pas à prendre en considération ??? Encore la preuve qu'après plus de 15 ans à la capitale, je reste fièrement provincial 😉 !!!

  • Bonjour! Alors comment dire… je pense m'être mal exprimée (ou pas), car au contraire, je pense que le "snobisme parisien", s'il existe vraiment, ne concerne qu'une petite catégorie de personnes… tout comme il doit y en avoir à Bordeaux ou à Toulouse.
    Cet article est, avant tout, un point sur les idées reçues qui frappent les habitants de la Capitale et qui, visiblement, ont touché au but.
    Si l'on résume : il fait aussi beau à Paris qu'ailleurs (peut-être pas qu'à Marseille par exemple, toute proportion gardée), nous avons aussi nos snobs, mais aussi et en grande majorité, des personnes charmantes et accessibles. Quant à la culture, manque de bol, nous avons un échantillon de musées/galeries/expos non négligeable, donc fatalement, ça impacte les personnes.
    Je vous invite à lire l'article de "Vivre Paris" qui saura certainement mieux vous convaincre sur la question que moi…
    Néanmoins, merci pour votre avis et à très bientôt sur cette antenne!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *