Hier, je me suis achetée des cheveux…

J’ai envie de vous parler d’un sujet intime, que j’essaie de prendre « à la légère » à l’extérieur, mais qui me ronge de l’intérieur. C’est un sujet qui impacte peut-être plus fortement les femmes, parce que ce souci touche directement la « féminité ». J’ai 32 ans, et je souffre d’alopécie.
J’ai eu des cheveux longs un jour. Quand j’étais petite. Et par longs, j’entends jusqu’au milieu du dos. Des cheveux raides et noirs. J’avais cependant plus souvent une coupe mi-longue aux épaules. Et puis un jour, je les ai perdus. En novembre 2011, j’en avais déjà parlé, donc je ne vais pas faire un simple copier-coller.
Depuis quelques années, je supporte très difficilement mon reflet dans le miroir. A cause de ma taille de guêpe qui a vraiment trop abusée de fleurs et de choses sucrées, mais aussi à cause de ma tonsure à la Zidane. Impossible de regarder une photo où l’on me voit de dos par exemple, parce que l’on verra toujours ce trou dans mon crâne. J’en ai tellement honte. Alors hier, j’ai sauté le pas et je me suis rendue chez Any d’Avray, spécialiste des postiches, perruques et autres « solutions capillaires ».
Franchement, c’est extrêmement dur de sauter le pas.
Il faut mettre sa honte de côté, prendre son courage à deux mains et y aller. Cela m’a pris quelques respectables années jusqu’à ce que je n’en puisse simplement plus. Les larmes qui coulent systématiquement dès qu’une photo croise mon chemin, c’est nerveusement insupportable.
La même en un peu + court
Le rendez-vous est pris, il faut y aller.
La conseillère est très sympathique et s’évertue à me mettre à l’aise. Après un petit temps « d’adaptation », je me détends (enfin j’essaie). Il est temps d’essayer la première solution « Top Secret » en fibre (cheveux synthétiques).
Ayant des cheveux courts, cette perruque me correspond assez bien, même si l’ensemble, tout droit sorti de la boîte, a encore besoin d’un bon brossage pour ressembler à quelque chose.
Au premier essai, je ressemble plutôt à l’héroïne d’Hairspray qu’à autre chose. J’ai un peu de mal à me projeter avec cette tête, mais l’idée fait tout de même son chemin.
Tellement de choses me passent par la tête… Que vont en penser mes amis, mes collègues… et pire, les clients qui me connaissent déjà avec trois poils sur le caillou ? Que c’est dur…
Pas mal, mais il va falloir aplatir tout ça !
On enchaîne avec le Top Secret « Créatif », un peu plus long pour un carré sympathique.
C’est celui-ci qui a unanimement conquis mes amis sur les réseaux sociaux. Gloups, aurais-je fait une erreur ?! Je ne l’ai finalement pas choisi, même si j’ai vraiment bien aimé l’effet obtenu. En effet, d’une coupe très courte, je serais d’emblée passée à un carré court. Quitte à évoluer, autant y aller à fond ? Oui, mais non… J’ai déjà du mal avec l’aspect « perruque à 32 ans », alors ce changement est peut-être trop radical pour moi. 
Petit carré tout mignon
Et on termine juste pour le fun avec une troisième option et des cheveux encore plus longs. C’est un peu du n’importe quoi, mais ça m’a fait marrer d’avoir à nouveau une telle longueur de cheveux l’espace d’un instant.
Enfin voilà.
Je suis donc ressortie avec des cheveux synthétiques en plus et 299€ en moins (349€ si j’avais choisi l’option carré court). C’est moins cher que prévu, mais c’est tout de même un sacré budget ! Je devais me faire un tatouage, il attendra.
Je me suis baladée avec ma nouvelle choucroute sur la tête pendant une bonne heure, en me « checkant » assez régulièrement dans les vitrines. Je n’ai décidément plus l’habitude d’avoir des cheveux.
En rentrant à la maison, premier réflexe : enlever ce postiche. C’est marrant, on dirait une méduse échouée sur le rivage. Il va falloir que je m’habitue à la positionner sur mon crâne !
Me voici donc à nouveau devant le miroir de la salle de bain, avec des cheveux fins, plats et quasi inexistants sur le dessus. Encore une fois, j’ai peur. J’ai vraiment peur de la réaction des autres, de ceux qui me connaissent « sans ». J’appréhende les regards, les coups d’oeil furtifs pour voir si « ça se voit ». Les mots dans mon dos « Elle porte une perruque, c’te honte »… Et quand mon futur « prince charmant » voudra me passer la main dans les cheveux, que se passera-t-il ? J’en ai mal au ventre d’avance.
A la limite, si je devais tout recommencer à zéro, avec des inconnus, je l’assumerais sans doute mieux. Mais là, la honte ne s’est pas évaporée d’un coup de baguette magique, loin de là.
Je suis faite totalement de travers, Prévert aurait de quoi compléter son inventaire. Je suis fatiguée de tout ça, mais il faut bien avancer. Alors je mets, enfin j’essaie de mettre mes scrupules et mes doutes de côté pour aller plus loin et avoir confiance en moi.
Il faut que je trouve un petit nom à ma méduse. Des pistes peut-être ? 😉
Écrit par
More from Florence

[Mode] Vous mettrez bien un peu de Balsamik dans votre dressing ?

S’habiller quand on est ronde, voire extra ronde (ok grosse) comme moi,...
Lire la suite

8 Commentaires

  • Tu n'as pas à avoir honte car tu n'es pas responsable de ce qui arrive. Par contre, tu es celle qui a franchi le pas. Celle qui a décidé qu'il fallait en passer par là pour te sentir mieux. Et pour ça : Bravo ! (J'ai failli dire "chapeau" 😉 ) Des bisous !

    • Merci Mr Chat <3
      Je crois que la "bataille" va être difficile, notamment au boulot avec mes clients. Assumer les choses, c'est une autre étape.
      Sinon, tu peux dire chapeau, parce que j'ai bien l'intention d'en mettre du coup 😉

  • Pas d'idée de nom, cela viendra peut-être avec le temps…
    Je comprends que ce cap aie été si dur à passer. Pour la 2e option, c'est peut-être une 2e étape psychologique à garder pour plus tard.
    Amusant de voir que tu souris de plus en plus sur les photos au fil de la longueur des cheveux 😉

    • Oui tu as raison tiens, je n'avais même pas fais attention pour le sourire. Bien vu 😉 Je vais gérer la 1ère perruque et effectivement garder la 2nde en tête. Je vais avoir plus de cheveux que nécessaire bientôt 😉

  • Mon Dieu comme j'imagine à quel point cela doit être douloureux pour toi. Ton billet m'a bouleversé bien que je ne sois pas directement concernée (ma mère s'est retrouvée avec un gros trou sur la tête suite à des soucis hormonaux. Après des mois de traitement, tout est revenu dans l'ordre mais sa féminité en a pris un coup et la honte l'a suivi durant toute cette période). J'imagine les épreuves que tu as traversé et il a fallu une sacrée dose de courage pour franchir la porte de cette boutique. Rien que pour ça, bravo ! (et franchement, les perruques ont vachement évolué Oo).

    Les mots sont tellement faciles à dire mais refuses-toi d'avoir honte ! Personne n'est parfait, tout le monde a ses soucis et ses secrets. Donc oui, ça va en surprendre quelques uns que tes cheveux aient poussé de 20cm en une nuit, mais l'important reste ton bien-être.

    J'espère que tu t'es réveillée avec le sourire, que tu as mis cette perruque avec le sourire et que tu continues à sourire.

  • Oh mais ça te va très bien, sans déconner, tu sais qu'avec mon tact habituel, je te le dirais si ça me choquait. Donc fonce, et merci d'avoir partagé ce problème très intime, c'est courageux et ça aidera sans doute d'autres femmes. La prochaine fois qu'on se croise (très vite), je veux te voir avec 🙂

  • Tu paries qu'on te demande si t'as changé de lunettes??
    et sinon tu dois lire: l'homme qui voulait être heureux!
    Tu es une bien jolie personne et ca c'est pas les cheveux qui changeront quelque chose. Relève la tête et sois fière de ce que tu es!

  • Je suis sensible à ce sujet, car ma maman, suite à une chimio avait du enduré cette absence également.. Alors, puisque tu n'y peux rien, que ce n'est pas de ta faute, et bien assume le du mieux que tu peux. (je sais, c'est facile à dire…)
    Chez nous, ça a été un peu dur au début pour elle, mais à la fin, on en riait. Même que chacune des deux perruques avait un nom, et presque une personnalité!
    Bon courage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *