Faut-il quitter Facebook ?

Faut-il, oui ou non, quitter Facebook, et d’une manière générale les réseaux sociaux, pour sauvegarder ses données personnelles, son intimité et éviter d’être manipulé ? La réponse est, à mon sens, plus complexe. La prise de conscience de ce que nous laissons sur le web va au-delà de ce réseau.

Facebook : le désamour ?

Le hashtag du moment, #DeleteFacebook, invite les américains à se désabonner en masse de Facebook suite à une utilisation massive de certaines données personnelles à des fins politiques. Le phénomène, même s’il touche beaucoup moins l’hexagone, tend à se propager chez nous. Mais au final, si on a d’ores et déjà une utilisation « sereine » du réseau, pourquoi s’en séparer ? Trop de notifications ? Des jeux moisis en pagaille ? Des posts comme « Si le prénom de votre amie commence par E, elle devra vous masser les pieds pendant 10 ans » vous sortent par les yeux ?

Et si vous commenciez par faire du tri dans vos connaissances et surtout, par faire le point sur votre utilisation du réseau ? Pour ma part, je ne quitterai pas Facebook pour le moment, car ce réseau reste un lien indispensable avec mes amis. J’en ai une utilisation strictement personnelle et je n’ai que des contacts que je connais « IRL ». C’est via Facebook que je communique essentiellement, que je réagis (presque) sans filtre, que je donne mon opinion et recueille celle des contacts que j’ai choisi, contrairement à Twitter par exemple. Sans être bisounours, j’ai une « liberté » sur Facebook que je n’ai pas ailleurs, sans jamais perdre de vue que certaines personnes, même des « amis » peuvent faire des captures d’écran de vos écrits…

« Mais heuuu Facebook c’est devenu chiant et puis les publicités toussa… » Je vous propose de vous désabonner des pages et personnes décrétées « chiantes » et/ou de filtrer vos contenus et connaissances (astuce : si vous vous désabonnez d’un ami, il restera dans vos contacts, mais vous ne verrez plus ses publications). Sinon oui, malheureusement, vous aurez toujours des publicités ciblées et posts sponsorisés, mais c’est malheureusement le jeu ma pov’ lucette !

Facebook, un ami qui ne vous veut pas que du bien

Plusieurs choses sont essentielles pour une optimisation optimale du réseau :

  • Paramétrer correctement son compte pour éviter de voir des publications intimes devenir publiques (attention, le paramétrage est à vérifier très régulièrement)
  • Choisir consciencieusement ses contacts en se souvenant qu’un « ami Facebook » que l’on ne connaît pas ou très peu dans la vraie vie n’est pas un ami
  • Prendre le temps de vérifier les sources des informations qui circulent avant de cliquer sur le bouton « partager » et accessoirement…
  • Éviter de partager des données sensibles à tout va. C’est fou ce que l’on laisse comme traces sur les réseaux sociaux sans y prendre garde (adresse, boulot, famille, etc.).

Que le réseau social ait pioché dans les données personnelles n’est, bien entendu, pas une bonne nouvelle. Mais est-ce, quelque part, étonnant ? « Quand c’est gratuit, c’est vous le produit » : une sentence à ne pas généraliser, mais à ne jamais oublier non plus.

Bref, tout ça pour dire que le #deletefacebook, c’est bien joli, mais bon. Alors oui, vous pouvez aussi me dire qu’il y aussi la vie en dehors du réseau, que les Internets Mondiaux, c’est le mal et qu’au final, le problème de Facebook n’est que le sommet émergé de l’iceberg. Et vous aurez probablement raison. Mais avant d’appuyer sur le bouton « supprimer le compte », pesez le pour et le contre, monitorez votre rythme de consultation de votre profil et là, vous pourrez dire « Ça suffit ! ».

Alors, #deleteFacebok ?

Écrit par
More from Florence

Roland-Garros, tu me casses les pieds!

Le tennis, je n’y comprends rien. Mais alors, rien. L’année dernière, j’ai...
Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *