Coup de foudre pour Une merveilleuse histoire du Temps

Voilà bien longtemps que je n’avais pas eu un aussi joli coup de cœur pour un film. Comme ça, au moins, ça pose directement les choses. Une merveilleuse histoire du Temps (ou The Theory of Everything in english, titre beaucoup plus beau et profond à mon humble avis) est un film tiré de la biographie de la première femme du célèbre physicien cosmologiste Stephen Hawking.

theory-of-everything-1024x599

Alors comme ça, de but en blanc, ça pourrait paraître chiant ou un peu perché. Ce n’est ni l’un, ni l’autre, c’est juste beau. J’ai adoré, même avec un petit 1/4 d’heure, voire 20 minutes de trop. C’est bien le seul bémol de ce film.Stephen Hawking est l’un des plus brillants cosmologistes de ce siècle. Ok, il est controversé sur certains points, mais à ce niveau, j’avoue que je n’ai aucun avis sur la question ! Âgé de 73 ans, Stephen H. souffre d’une SLA assez cognée qui l’a laissé handicapé, incapable de se mouvoir, mais qui n’a pas touché son intelligence hors du commun. Il est l’auteur du best-seller « Une brève histoire du temps », un livre censé vulgariser la cosmologie, le Big Bang et les trous noirs. Bon, je l’ai à la maison et question vulgarisation… Il faut s’accrocher tout de même.

Et le scénario alors ?Le film relate donc la rencontre de Stephen H. avec sa première épouse, Jane Wild, qui l’a accompagné de nombreuses années et qui lui a donné trois enfants, sachant que les médecins ne lui donnaient que deux ans à vivre au moment du diagnostic. En parallèle, on suit le cheminement du scientifique pour établir ses théories et les faire reconnaître par ses pairs.

Et le casting alors ?
Ce film est beau, les acteurs sont formidables (en particulier Eddie Redmayne qui se métamorphose tout au long du film pour incarner Stephen H. et qui vient de remporter un Screen Actors Guilds Award amplement mérité pour ce rôle) et la photographie est sublime. Le film est fait de couleurs douces, d’un autre temps, qui m’ont transporté d’un bout à l’autre du film.

Reparlons du casting :
Eddie Redmayne arrive à être d’une choupitude absolue au début du film avec un regard si intense qu’il m’en a fait chavirer sur mon siège. Je suis une midinette dans l’âme. Sinon, il a clairement trouvé ici un rôle à Oscar. Tout y est : l’émotion et la transformation physique dont les américains raffolent tant. [Edit : d’ailleurs bingo, il l’a eu, j’avais raison.] Felicity Jones, qui incarne la femme de Hawkings est, quant à elle, juste et touchante. Le « couple » fonctionne ici à merveille.

Alors on y va ?

Oui mille fois oui ! Et si le cœur vous en dit – et que vous passez ici après la bataille – n’hésitez pas à le regarder lovés au chaud dans votre canapé en VOD ET en VOST sivouplé. Parce que le british accent y fait beaucoup, évidemment. Remontez vos pendules et laissez-vous transporter par cette merveilleuse histoire du Temps !

Enregistrer

Enregistrer

Écrit par
More from Florence

In tattoos I trust

Ce n’est plus vraiment une surprise, j’ai été touchée par le « virus »...
Lire la suite

3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *